Catégories
Cours Indoor Non classé

Séance studieuse à Courcouronnes

Aujourd’hui m’attendait un vent plus modeste que celui de la semaine dernière qui m’avait permi de tester le hardcore ventilé. Seul 16 mph en moyenne et des rafales à 30 étaient prévus.

Le semi ventilé fut le premièr à sortir puisque le vent ne dépassait pas 18 mph.

Même si le vent était plus faible que celui de dimanche dernier, il était assez fort pour que mettre en défaut la précision de mon vol. Plus le vent est fort et plus les défauts sont accentués rendant le vol moins précis.

Voler avec tout le corps

En indoor je mets volontier en oeuvre ce principe (voir mon cours sur le site de cramayailes) mais en exterieur j’ai au contraire tendance à être beaucoup plus statique. Pourquoi bouger ? le vent fait tout le travail non ?

En vent léger disons en standard pour fixer les idées, l’utilisation des bras pour gérer la compensation (décalage d’une demie-aile par rapport à l’autre) ne demande pas beaucoup d’effort. La précision de ce décalage est alors facile à obtenir. Quand le vent est plus fort ou rafaleux, cela demande plus d’effort et les bras fatiguent.

Decalage des pieds….

Avec le vol en megateam où il faut garder une position statique pendant longtemps, j’ai pris l’habitude de décaler les pieds afin de mettre les épaules et donc les bras en décalage. Je fais automatique ce décalage lors du vol horizontal en effectuant un changement de sens quand le CV arrive en bout de fenêtre pour faire un virage pointe.

… pour décaler les épaules

L’objectif de ce décalage des pieds est de faire un décalage des epaules. En vent fort, le décalage des épaules est beaucoup plus avantageux que de faire un décalage avec la force de bras. En effet d’un point de vue mécanique, le décalage des épaules est une rotation autour d’une axe vertical. La force à mettre en œuvre est bien moindre que de relâcher et ramener les bras. Dans le second cas il faut combattre directement la traction, c’est donc plus fatiguant ! Merci à John Barresi pour le conseil 👍

Vent de milieu de séance

Utile en vent fort mais pas que

Même quand le vent est gérable, le mouvement des épaules est une technique qui peut s’avérer utile. Ainsi quand le décalage doit etre effectué de manière alternée rapidement, il est plus facile d’un point de vue psychomoteur de déléguer cela à un groupe musculaire dédié. La coordination est plus simple, je trouve.

C’ets le cas dans le mouvement que j’appelle tarzan. Le CV doit faire une rotation pointe 180° par le bas partant d’une position BA vers le haut. Il se retrouve donc BA en bas puis en continuant dans le même sens de rotation on fait encore une rotation pointe par le bas et en se retrouve BA en haut. Puis en recommance. Le CV décrit alors une ligne horizontale en balançant les pointes sur une liane imaginaire. Dans ce mouvement on alterne des compensations (quand le CV est BA sur le côté) d’un sens puis l’autre. Outre cette alternance il faut également freiner une aile puis accélérer l’autre etc. Je trouve plus simple de coordonner l’alternance de la compensation et des rotations quand l’une est faite par les épaules et l’autre par les poignets que si c’était le bras et les poignets. En effet en tirant les bras on influe mécaniquement sur les poignets ce qui rend le contrôle plus difficile.

Ce fut une séance studieuse riche en enseignement. Le talent inné ne s’acquiert pas mais la technique oui et je crois qu’il y a une grande part de technique dans le cerf-volant.

Catégories
Cours Festival Indoor Non classé

2019

Comme l’année dernière il est temps de faire une rétrospective des 12 mois écoulés. Ce cru 2019 est marqué par un changement de CV. J’ai abandonné le Revo B-Serie pour le Djinn. Au delà de ce changement matériel, plusieurs événements ont marqué mon année cerf-volistique 2019.

Cours révo débutant

La demande était forte et comme j’avais préparé quelques vidéos, je les ai simplement complétées afin de présenter un parcours de progression complet. Le tutorial part de la base en commençant par une présentation du matériel puis des commandes essentielles, pour finir avec des exercices en vidéo.

Simulateur de megateam

Le megateam est une pratique assez accessible. Mon but était de donner un aperçu du megateam au plus grand nombre en n’éludant pas sa partie théorique. Pour cela j’ai développé un modèle 3D sous Blender afin de produire des animation. Ces vidéos montrant les figures les plus connues que j’ai rencontrées en megateam à Berck notamment sont présentées avec des explications. Le source du modèle lui-même est en licence Créative Common pour garantir sa diffusion.

Modèle 3D megateam

Djinn

J’ai mis dans ma housse le dernier CV sorti de chez Kiteforge et mis au point par John Barresi. J’ai dû m’adapter au vol du Djinn car la différence de bridage et de barre ont un impact certain par rapport au B-Serie.

Festivals et événements

J’ai été présent à Berck encore cette année où j’ai participé au premier Black Sails. Mike Loskov proposait de donner une seconde vie aux revo noirs de la coupe du monde de Football 2018. Parmi d’autres pilotes, j’ai répondu présent à cette nouvelle aventure. A côté des black sails, Berck fut l’occasion de rencontrer des amateurs de cerf-volant de tout horizon.

Black sailes Berck 2019

En Île-de-France on ne peut pas ignorer Air’genteuil et pour la 2e année, j’ai participé au festival. J’ai également fait voler mon Djinn à Penvins qui confirme son statut de haut lieu de rencontre de pilotes 4 lignes.

Megateam Penvins 2019
Megateam de Marseille 2019

Initiation

J’ai démarré une campagne de promotion de la pratique en proposant des initiations gratuites. J’ai donné ainsi une séance d’initiation en mars et je compte développer cette action dans le cadre de l’association KITEJUST4FUN. Mes anciens Revo B-Serie auront donc une seconde vie. Je m’en servirai pour les initiations.

Kitejust4fun l’association

J’ai entrepris de donner de la visibilité au nom KITEJUST4FUN. C’était déjà le cas au travers de mes vidéo mais l’objectif est maintenant de l’associer uniquement à la structure associative afin d’être référencé auprès des acteurs institutionnels du milieu local (mairies etc).

Rencontre mensuelles informelles

L’idée est de proposer le premier dimanche de chaque mois, une séance de vol 4 lignes à tous ceux qui désirent voler en groupe. Un événement récurrent permet aux nouveaux entrants dans la discipline de s’y essayer sans contrainte.

Concours photos

J’ai lancé un concours photos en fin d’année afin d’associer la communauté à la mise en valeur de la discipline. Le cerf-volant est une pratique hautement visuelle, la photo est donc un élément essentiel de sa promotion. Cela est également valable pour le pilotable.

Une participation venue des 4 coins du monde

Enfin pour finir l’année j’ai participé à une conviviale en région Rhône-Alpes. Il s’agissait de l’After Glagla au parc de Miribel Jonase près de Lyon.

After Glagla pas si froid

Voilà le résumé de l’année 2019. Celle qui s’annonce promet encore plus d’activité avec notamment des déplacements et une mise à l’honneur de l’indoor….

Catégories
Non classé

Megateam

Je voulais depuis Penvins faire une billet sur le megateam afin de noter mes réflexions sur le sujet. Cet article est une ébauche ayant pour prétention de décortiquer ce qui permet de faire un beau megateam. Je me base pour cela sur les megateams auxquels j’ai participé.

Pilotes

Les pilotes sont les éléments d’un groupe: le mégateam. Chacun doit mettre son ego de côté et suivre les instructions du leader dont la responsabilité est ce que doit faire le megateam. La responsabilité de chaque pilote c’est comment réaliser les ordres du leader c’est-à-dire son son cerf-volant. Il doit savoir le tenir en stop dans toutes les positions.

La gestion de la vitesse est egalement très importante et quand les CV sont différents le pilotes doit modifier l’ouverture ou fermeture des freins pour suivre le rythme imposé par le leader. Cela change sensiblement le pilotage car les mains/poignet ne sont plus dans la même position. Cette gestion de la vitesse est acquise quand on vole en team au fil des heures d’entrainement où tous les pilotes prennent la même vitesse de vol imprimée par le leader. En megateam on doit être capable de prendre la vitesse de vol du leader du moment mais rien n’empêche de demander en dernier recours  « plus vite ou moins vite » 🙂

Un dernier aspect que j’évoquerai dans les qualités nécessaires aux pilotes c’est…. le silence. Ce n’est pas vendeur de le dire mais le silence aide à la concentration des novices en megateam qui doivent écouter les ordres, les traduire et les mettre en œuvre. Le tout avec le stress des autres revo autour du sien, le novice apprécie donc le silence 🎶

Le silence règle le problème de la discussion des ordres. On ne discute pas les ordres du leader. C’est lui qui est responsable du groupe, d’enlever les tours dans les lignes etc. Si un pilote a des idées, le moyen de les exprimer est de passer leader !

Leader

Le leader dirige le megateam et donne les ordres. C’est un rôle à la fois de responsabilité du rendu final c’est-à-dire les figures montrées aux spectateurs mais également un rôle de gestion du groupe de revo.

Pour cela le leader doit connaitre un certain nombre de figures et comment les enchaîner. C’est de sa responsabilité de faire du beau et cela nécessite de sa part un sens de la chorégraphie. Différents styles existent sur la place: lent et cool ou rapide et dynamique. Cela dépend du leader.

Pour ce qui est de la gestion du groupe c’est une aptitude à voir tous les revo et pas seulement le sien. Il doit adapter la fenêtre de vol en fonction du nombre de revo et dans une certaine mesure des capacités des participants.

Ordres

C’est à mon sens ce qui est le plus important dans le megateam car c’est le lien entre le leader chorégraphe et la troupe. C’est encore plus vrai quand il n’y a pas eu de préparation préalable au megateam. Le sujet des ordres revient aussi très souvent quand on observe les megateam car il soulève les problématiques suivantes:

  • langue
  • vocabulaire
  • manière d’énoncer
  • matériel

Langue

La langue utilisée pour les ordres au sein d’un team est naturellement la langue maternelle des membres du team. Une équipe allemande donnera les ordres en allemand par exemple. Dans le cas du megateam où les pilotes sont d’horizon différents comme c’est le cas sur les festivals internationaux, il faut trouver une langue commune…. idéalement celle parlée par le plus grand nombre. Je propose le chinois… ou le finnois…non ? plus sérieusement la langue commune qui sera comprise de tous est de facto l’anglais. Du moins l’anglais va demander globalement moins d’effort à tous.

Vocabulaire

Le vocabulaire choisi participe également à la compréhension rapide des ordres surtout pour ceux dont la langue maternelle n’est pas l’anglais et en masquant les différence d’accent dans la prononciation. C’est un sujet intéressant qui méritera que je m’y penche.

Énonciation

La manière d’énoncer consiste dans le tempo employé et la présence ou non de pré-ordre. C’est un sujet également qui mérite d’être décortiquer par des sensibilités varier pour trouver le meilleurs compromis: entre le délais d’annonce des figures, la positionnement d’un pré-ordre ou pas: en effet dire « go » respectivement « and…. go » oblige à avoir une annonce dans le premier et un consensus implicite sur le délai de réaction (on entend le « go » puis 1/2 seconde l’ordre est exécuté) tandis que dans le second le « and » prépare le pilote à la commande « go ».

Matériel

On parle peu du matériel en megateam car souvent improvisé. Pourtant les équipes utilisent parfois du matériel de transmission audio (PMR). Cela évite au leader d’avoir à crier ses ordres et permet aux pilotes « loignés en bout de ligne de bien les entendre. Un autre moyen est pour le leader de sortir du megateam pour occuper la position de coordinateur et d’utiliser un… mégaphone.


Pour aller plus loin dans je vous conseille de lire le standard Jst 4 fun faites par Marc van der Graaf, Roelof van der Tak et Wil Ammerlaan, des pilotes hollandais, et qui définit les ordres. Vous pouvez également consulter une liste des figures megateam disponible. Le tout sur le site de Revolution(tm) https://revkites.com/learn-to-fly/revolution-team-flying-manuals/

Catégories
Festival Non classé

Marseille 2019 – samedi un vent difficile

Après avoir pris un café à la tente, nous sommes allés sur la terrain où les copains cerfs-volistes étaient déjà en place. Le vent de ce matin était prometteur quoique conforme aux prévisions qui annonçaient un ralentissement l’après-midi.

petit vol entre amis

Pendant ce temps les coquelicots de Alain Micquiaux prenaient place à l’entrée du terrain.

Le vent du matin était juste parfait et on en a bien profité. Dommage que c’était avant l’heure d’ouverture.

Cette édition 2019 du festival de Marseille vit la présence de nombreux exemplaires du Djinn. J’en avais jamais vu autant sur le sol français au même endroit 😍.

Puis le vent chuta. Dans ces conditions, une pause photo s’avéra tomber à point…

… avant d’aller déjeuner.

Alban, René
Awa, Thierry, Serge

Le vent de l’après-midi fut un peu terrible. Il était mal orienté et de force variable. Tantôt vent de standard, tantôt vent de semi-ventilé. J’ai fini par me laisser tenter par Jean-Pierre que je voyais évoluer en lignes courtes avec son style reconnaissable.

session en ligness courtes

Quand on ne vole pas, un festival est aussi l’occasion d’aller discuter avec les autres pilotes pour « prendre de la graine ».

Fréderic content d’avoir un Djinn dédicacé par John

Et de se faire prendre en photo avec son idole

Thierry, Awa, John

Alors que la parade d’ouverture battait son plein, un megateam entraîné par Philippe On Web donnait un goût de Berck à cette fête du vent de Marseille.

Parade d’ouverture

Le reste de l’après-midi, les demonstrations s’enchainèrent dans des conditions de vent difficiles. Bravo pour ceux qui s’y sont frottés.

L’équipe Mistral

Sébastien ne résista pas a l’envie de me montrer son avant dernier acquisition: un revo d’Yves Gannes.

Seb Trek

En fin d’après-midi la team kite life international (TKL Intl) constituée de John, Sara, Jeremy et Tommy donna sa première representation après seulement 2 jours de préparations en équipe. Le vent très déavorable ne rend la prestation que plus honorable.

John, Tommy, Sara et Jeremy

Je ferais une mention spéciale pour la prestation individuelle de Marjorie Truchet et celle de John Barresi qui sont vraiment, vraiment au dessus du lot, chacune dans son style propre. Je n’ai pas pris de photos ni de video de leur ballet respectif car j’en ai profité égoïstement avec délectation 😎

Comme le thème de cette édition est la femme, c’est un megateam feminin qui clotura la journée de samedi.

Un megateam de charme pour la cloture

Lors du repas du soir sous la tente les cerfs-volistes qui sont restés de grands enfants comme il y a 2 ans ont fait voler en l’air des avions en papier. Devise du cerf-voliste étant il faut que ça vole.

Serge, René, Awa
John Barresi avec son Kaiju
Pendentif offert à toutes les femmes présentes
Catégories
Festival Non classé

Marseille 2019 – premiers contacts

Dès que les courses pour le WE furent faites, je suis allé sur le terrain où déjà les copains revo étaient en action.

Philippe On Web bien connu en tant que patron du megateam de Berck était cette année présent à Marseille. Il proposa un entraînement à tous les pilotes en guise d’échauffement pour le week-end.

Pendant ce temps sur l’autre partie du terrain les Djinn de la team internationale emmenée par John Barresi peaufinait leur démonstration pour le festival.

kitejust4fun à Marseille

Le temps passa rapidement et le soleil déclinait sonnant l’heure du pliage. Le vent avait bien chuté et cela présageait bien les prévisions météo pour le week-end où le vent était annoncé comme timide.

Fin de soirée sur la fête foraine de Borely
Catégories
Festival

Penvins – samedi en vent léger puis fort

La matinée de samedi fut marquée par un un vent léger. Malgré une mesure prometteuse à l’anémomètre…… le semi-ventilé laissa place au standard et même celui-là avait du mal. Vivement que je fasse l’acquisition de barres Mystic 10 ! Pas de megateam 4 lignes ce matin, seuls ceux qui etaient équipés en SUL purent faire quelque chose. Comme ici la Cream Team de Chantilly (Henri et Philippe):Ou encore Roelof et Axelavec leur train de revo jaune:Pendant ce temps, Sébastien faisait un peu de lignes courtes malgré la chaleur:Apres le déjeuner l’après-midi fut aussi ensoleillé que le matin mais le vent ne forcit pas beaucoup. Je suis resté avec le standard.On comptair quelques gros cerfs-volants en plus par rapport à la veille.Une après-midi très chaude passée à voler sous un soleil bien présent et qui fut riche d’enseignement en fréquentant d’autres cerfs-volistes. Cela m’a permi de comparer leur réaction fasse à différents types d’ordre du leader ou bien d’observer leur façon du faire l’axel (mon dada de la fin de l’année derniere). J’en ferai d’ailleur sûrement un article prochainement ! Ensuite rencontrer des pilotes permet de partager sur les routines et d’en decouvrir de nouvelles. En fin d’aprèsle vent souffla bien plus fort, si bien que le ventilé fut nécessaire avec des vent de 18-19 mph.Le megateam fin de journée fut très réussi avec pas moins de 14 pilotes ! J’ai bien retrouvé là l’esprit de Penvins qui transparaissait dans les photos et vidéos des années précédentes.

Catégories
Festival

Penvins – c’est partie !

Aujourd’hui vendredi 12 juillet c’est le démarrage des journées du vent de Penvins éditions 2019. Enfin j’ai pu être présent cette année. Cela faisait 2 ans que je souhaitais en être !Malheureusement ce matin, le temps est maussade. Espérons que le ciel va se comporter comme hier c’est-à-dire qu’il va se colorer en bleu l’après-midi.Malgré la vue peu encourageante depuis la location, le rendez-vous avait été pris la veillle avec les copains revo pour 10h sur le terrain. C’était donc avec hâte que j’attendais ce moment.Cette première journée du festival a tenu ces promesses. Les copains revo étaient bien là, ce qui a permit de faire un megateam 4 lignes à 9 pilotes. C’est moins qu’à Berck mais plus qu’à Argenteuil ! Et si le ciel du matin était gris, le bleu prit sa revanche toute l’après-midi.Quelques grosses structures étaient également présentes pour ravir un public qui fut plus nombreux parait-il que le même jour l’année derniere.

Catégories
Festival

Penvins – c'est partie !

Aujourd’hui vendredi 12 juillet c’est le démarrage des journées du vent de Penvins éditions 2019. Enfin j’ai pu être présent cette année. Cela faisait 2 ans que je souhaitais en être !Malheureusement ce matin, le temps est maussade. Espérons que le ciel va se comporter comme hier c’est-à-dire qu’il va se colorer en bleu l’après-midi.Malgré la vue peu encourageante depuis la location, le rendez-vous avait été pris la veillle avec les copains revo pour 10h sur le terrain. C’était donc avec hâte que j’attendais ce moment.Cette première journée du festival a tenu ces promesses. Les copains revo étaient bien là, ce qui a permit de faire un megateam 4 lignes à 9 pilotes. C’est moins qu’à Berck mais plus qu’à Argenteuil ! Et si le ciel du matin était gris, le bleu prit sa revanche toute l’après-midi.Quelques grosses structures étaient également présentes pour ravir un public qui fut plus nombreux parait-il que le même jour l’année derniere.

Catégories
Uncategorized

Djinn en vent variable

Ce dimanche matin les averses des jours précédants avaient cessé et le vent annoncé entre 7 et 15 mph me fit sortir le Djinn semi-ventile.

L’objectif de la séance étaient de préparer un nouveau ballet suite à ma session de mardi dernier où je me trouvais plutôt moyen en Djinn sur mon ballet de 2017.

J’avais quelques idées mais j’étais sans doute trop optimiste au regard de ma maîtrise du vol avec le Djinn. Le ballet demande plus de précision que le megateam et je suis revenu à faire mes gammes: lignes droites, rotation, stop.

Le verdict fut sans appel. A berck j’avais travaillé les rotations pointes et j’ai alors remarqué une faiblesse dans la position stop BA vers la bas. Ma reprise de le rotation pointe était vraiment brouillone. Ici en rotation centre, le défaut était également présent.

La rotation

A force de décortiquer mes mouvements en rotation pointe, j’ai compris que je forçais sur le frein intérieur alors qu’il faut plutôt lâcher le frein extérieur. En rotation centré ce même défaut est pire avec le Djinn: il faut que je me débarrasse de ce reflex sans doute efficace avec le Revolution B-Serie mais pas bon avec le bridage du Djinn. J’avais d’ailleurs remarqué l’année dernière à Marseille que je faisais survirer le Djinn la première fois où je l’avais essayé.

Vent variable et tension de ligne

Comme le vent du jour était variable loin du vent de cinema de Berck, j’ai eu l’occasion de découvrir un effet de la souplesse des barres du Djinn:

  1. Ça permet d’encaisser les rafales
  2. Rend inopérant la mise en tension brutale des lignes

Ainsi en mouvement quand le vent faiblit brutalement j’ai tendance à tirer les 2 bras pour remettre de la tension. Avec le Djinn comme les barres sont souples, ce pompage quand il est trop fort tend les lignes puis au lieu de générer du vent relatif, est absorbé par la déformation du BA. Ce qui n’est pas l’effet souhaité !

En stop j’ai bien intégré qu’avec le Djinn il suffit dans un premier temps de lacher plus de frein pour tenir quand le vent faibli sans tirer les bras. Le pompage est ensuite utile seulement pour regonfler la poche.

En mouvement il faut appliquer le même principe. Baisse de vent, relâcher les freins. Il en est de même pour les démarrages vifs. Avec le Barresi je donnais un leger coup dans lignes (sorte de pompage) sans vraiment me soucier de relacher les freins. Avec le Djinn ce pompage ne fait que déformer le BA. Il me faut bien penser à lacher les freins: et vroooooom 😎

Ce fut une séance comme je l’aime…. en progression.

Catégories
Cours Festival

Mégateam black sails 4×5 – Berck 2019

Le mégateam Black sails 4×5 vu à Berck 2019 présentait quelques nouveautés basées sur:

  1. des transitions fluides
  2. des déplacements de la grille au sol

J’ai choisi dans cet article de prendre un sous ensemble de la démo présentée à Berck en 2019 en me focalisant sur les points les plus importants.

Formation de la grille

Comme l’aspect transition entre les figures est une caractéristique du Black sails, la mise en grille est elle-même chorégraphiée.

On a démarré en lignes posé petit côté.

Dans la simulation la mise en grille se fait de façon progressive, en se calant sur le revo ligne 4 de chaque colonne.

Files horizontales

Le motif file horizontal qui a déjà fait l’objet d’une simulation 3D n’est pas une nouveauté. Je l’ai incluse dans la simulation black sails car le déplacement au sol est une caractéristique importante du megateam grille.

Formation de la boule

On amène la figure boule par la formation de 2 lignes horizontales. Les croisements de lignes de la boule résultante ne sont pas symétriques (et donc optimum) mais ce n’est pas grave car l’espacement au sein de chaque colonne pour permettre les files horizontales évite que les lignes ne se touchent.

Le rendu visuel des transitions est privilégié.

Rotation de la grille

La rotation de la grille est une vrai nouveauté dans le megateam présenté à Berck en 2019. En effet il impose vraiment de tourner la grille au sol !

La simulation 3D présente un exemple de rotation: si la position de départ et la position finale est sans discussion car imposée par la formation grille et le respect de la forme de la grille, la transition peut être discutée. J’ai choisi un mouvement au plus court ie en ligne droite à la fois des pilotes au sol et des revo dans le ciel. Je pense que c’est ce que naturellement les pilotes vont faire et c’est ce que j’ai vu faire à Berck.

Ce n’est pourtant pas la transition idéale, car la figure dans le ciel ne conserve pas la même taille durant la transition. La grille dans le ciel diminue un peu en taille durant la transition pour retrouver sa taille initiale à la fin. Idéalement, les revo dans le ciel devraient décrire des cercles tout en maintenant la figure. C’est un mouvement très compliqué. On fait une rotation d’un rectangle !

On pourrait également améliorer le déplacement des pilotes au sol en faisant une rotation de la grille mais là aussi c’est très compliqué à faire faire. La proprioception collective de la grille au sol fait rentrer le mégateam grille dans une autre dimension. J’en ferai l’exercice en simulation 3D ultérieurement.

Pour le moment la vue du dessus donne un bon exemple de déplacement au sol pour la réalisation de la rotation de la grille. On voit également que la grille finale change les colonnes en ligne et vice-versa. C’est très amusant !

En simulation 3D

Vue du public

Vue de dessus

Les déplacements des pilotes est un aspect primordial dans la bonne réalisation de certaine figure. Dans le cas des files on le savait déjà et la nouveauté de la rotation de la grille dans le megateam black sails renforce cet aspect. Les vues du dessus permettent de bien s’en rendre compte:

Caméra tournante

Comme d’habitude, les caméras tour de tables permettent de se rendre compte du monde d’illusion dans lequel le cerf-volant évolue: non ce n’est pas un plan ! Chaque cerf-volant évolue sur une fenêtre sphérique.

Toutes les vues