Catégories
Non classé

Djinn au Prado

Échauffement avant la conviviale hivernale de Marseill’air 2020. Il a faut un beau soleil vendredi. Il fallait en profiter.

Marseille c’est aussi les copains revo du sud !

A ce week-end ! pour la coniviale Marseill’air ! et la French Djinn Touch…. tenue vestimentaire non obligatoire (le djinn…)

Catégories
Non classé

French Djinn Touch

En attendant la conviviale de Marseill’air de ce week-end, dès jeudi les pilotes de Djinn se sont donné rendez-vous sur la plage du Prado où est apparu le Djinn la première fois en France.

Frédéric fut le premier à être sur le terrain.

Benoit arriva peu après mais il manquait Tommy. Il ne faisait pas beau et la séance fut très venteuse. Nous avons tous les 3 sorti le Djinn Extra-ventilé.

Le vent monta au court de la séance et nous avons fini avec 2cm de plus dans les bras ! Comme prévue par la météo, vers 18h le soleil fit son apparition.

Catégories
Cours Indoor Non classé

Séance studieuse à Courcouronnes

Aujourd’hui m’attendait un vent plus modeste que celui de la semaine dernière qui m’avait permi de tester le hardcore ventilé. Seul 16 mph en moyenne et des rafales à 30 étaient prévus.

Le semi ventilé fut le premièr à sortir puisque le vent ne dépassait pas 18 mph.

Même si le vent était plus faible que celui de dimanche dernier, il était assez fort pour que mettre en défaut la précision de mon vol. Plus le vent est fort et plus les défauts sont accentués rendant le vol moins précis.

Voler avec tout le corps

En indoor je mets volontier en oeuvre ce principe (voir mon cours sur le site de cramayailes) mais en exterieur j’ai au contraire tendance à être beaucoup plus statique. Pourquoi bouger ? le vent fait tout le travail non ?

En vent léger disons en standard pour fixer les idées, l’utilisation des bras pour gérer la compensation (décalage d’une demie-aile par rapport à l’autre) ne demande pas beaucoup d’effort. La précision de ce décalage est alors facile à obtenir. Quand le vent est plus fort ou rafaleux, cela demande plus d’effort et les bras fatiguent.

Decalage des pieds….

Avec le vol en megateam où il faut garder une position statique pendant longtemps, j’ai pris l’habitude de décaler les pieds afin de mettre les épaules et donc les bras en décalage. Je fais automatique ce décalage lors du vol horizontal en effectuant un changement de sens quand le CV arrive en bout de fenêtre pour faire un virage pointe.

… pour décaler les épaules

L’objectif de ce décalage des pieds est de faire un décalage des epaules. En vent fort, le décalage des épaules est beaucoup plus avantageux que de faire un décalage avec la force de bras. En effet d’un point de vue mécanique, le décalage des épaules est une rotation autour d’une axe vertical. La force à mettre en œuvre est bien moindre que de relâcher et ramener les bras. Dans le second cas il faut combattre directement la traction, c’est donc plus fatiguant ! Merci à John Barresi pour le conseil 👍

Vent de milieu de séance

Utile en vent fort mais pas que

Même quand le vent est gérable, le mouvement des épaules est une technique qui peut s’avérer utile. Ainsi quand le décalage doit etre effectué de manière alternée rapidement, il est plus facile d’un point de vue psychomoteur de déléguer cela à un groupe musculaire dédié. La coordination est plus simple, je trouve.

C’ets le cas dans le mouvement que j’appelle tarzan. Le CV doit faire une rotation pointe 180° par le bas partant d’une position BA vers le haut. Il se retrouve donc BA en bas puis en continuant dans le même sens de rotation on fait encore une rotation pointe par le bas et en se retrouve BA en haut. Puis en recommance. Le CV décrit alors une ligne horizontale en balançant les pointes sur une liane imaginaire. Dans ce mouvement on alterne des compensations (quand le CV est BA sur le côté) d’un sens puis l’autre. Outre cette alternance il faut également freiner une aile puis accélérer l’autre etc. Je trouve plus simple de coordonner l’alternance de la compensation et des rotations quand l’une est faite par les épaules et l’autre par les poignets que si c’était le bras et les poignets. En effet en tirant les bras on influe mécaniquement sur les poignets ce qui rend le contrôle plus difficile.

Ce fut une séance studieuse riche en enseignement. Le talent inné ne s’acquiert pas mais la technique oui et je crois qu’il y a une grande part de technique dans le cerf-volant.

Catégories
Non classé

Un temps de hardcore ventilé

Le vent d’hier ne m’avait pas permis de jouer avec mes Djinn les plus ventilés: l’extra et le hardcore. J’aurais également aimé les sortir dimanche dernier à Berck mais le temps était très mauvais: je veux du vent mais pas de pluie !

du vent et pas de pluie et il faut chaud !

Aujourd’hui la météo annonçait du grand vent et même si il était rafaleux comme d’habitude en vent de terre, cela allait être un occasion en or de tester mes jouets.

extra ou hardcore ?

Si un vent de 27 mph est le domaine de l’extra-ventilé, les rafales à presque 50 mph me firent choisir le hardcore. Comme d’habitude pour être factuel et apporter une demarche scientifique à ma pratique, j’ai commencé par mesurer les conditions de l’expérience: le vent.

A bout de bras le vent était plus modeste que les previsions mais cela ne laissait aucun doute sur ce qui se passait en hauteur. J’avais donc choisi le Djinn hardcore ventilé.

Djinn hardcore ventilé

Ce fut un bon choix pour 2 raisons. La première est que le vent en hauteur était bien plus fort ce qui légitime la version la plus ventilée. La seconde raison est que je ne suis pas habitué aux vents forts car d’une part je n’ai que rarement ces conditions et d’autre part le 4 plumes b-serie ne sortait pas au delà de 25 mph. C’est donc un univers nouveau pour moi ! Et comme je n’aime pas quand ça tire, le hardcore était le meilleur choix.

Verdict

Je n’ai pas la mesure du vent en hauteur: 50 mph en rafale ? Mais j’au vu un Djinn hardcore-ventilé se courber comme un arc. C’est une marque de fabrique des Djinn mais avec toute sa ventilation il est raisonnable de penser que le vent était bien au-delà de 35 mph, la plage de vent de l’hardcore. Au-dessus de sa plage de vent, je ne sais pas. Rien n’a cassé mais le CV tirait parfois beaucoup dans les bras et là c’est un signe qui ne trompe pas. Quand cela m’arrive avec les autres versions c’est qu’il faut passer à la ventilation au dessus.

Djinn hardcore ventilé

Comme c’est un univers nouveau, la séance fut riche d’enseignement. Tout d’abord j’ai la confirmation que je n’aime pas les vents forts et la traction fini pas se repercuter dans mon articulation du coude droit en réveillant une blessure. Finalement je vais vraiment avoit besoin des versions ventilés, ce n’est pas un luxe.

Les vents forts amplifient les erreurs et comme le vent était rafaleux, j’ai été servi: la précision n’était vraiment pas au rendez-vous. Je pense que l’absence d’appui centrale ou du moins sa forte diminution fait que la dynamique du CV s’en ressent. Il n’y a plus l’effet stabilisateur de la poche et la moindre erreur se révèle. Dans le vent rafaleux qui prévalait cette après-midi l’exercice était difficile.

Niveau de pilotage avancé requis

Le hardcore ventilé permet certes de voler même quand les conditions de vents sont extrêmes mais il faut un certain niveau de pilotage que je n’ai pas en vent fort. Ceci étant j’ai maintenant un étalon de vent avec cette première véritable expérience avec le hardcore. Je sais que je dois m’entraîner plus avec les conditions de vent du hardcore ( plus de 35 mph) car si je vole, la maîtrise n’y est pas, du moins pas de manière satisfaisante à mont goût.

Vidéo entraînement au Djinn Hardcore ventilé

Plus d’information sur les Djinn extra-ventilé et hardcore-ventilé sur le site du fabricant: https://kiteforge.com

Catégories
Non classé

Retour en vent de terre à Draveil

La semaine dernière j’etais dans un vent de cinéma à Berck avant que Ciara ne vienne mettre fin à ma séance. De retour dans mes pénates j’ai dû composer de nouveau avec un vent bien moins coopératif à Draveil.

L’aérologie d’un parc est bien différente de celle d’un bord de mer. Le vent était variable entre 6 mph et 15 mph alors que les previsions tablaient sur 15 à 34 mph. On était loin du compte. J’avais sorti le standard que j’ai rapidement remplacé par semi-ventilé pour finir en fin de seance avec le ventilé.

J’ai mis à profit la séance pour améliorer le vol en courbe. Plus particulièrement je me suis attaché à parfaire l’exécution de la rotation centrée alors que le centre du revo decrit lui lui-même un cercle. C’est un mouvement enivrant !

Séance en vent de terre à Draveil
Catégories
Non classé

Regardez entraînement à Berck sur Youtube

Le cerf-volant est un loisir hautement visuel, non ? Donc il me fallait mettre en vidéo ma séance d’entraînement à Berck de samedi dernier. Voici un petit montage vidéo en musique :

Morceaux choisis de la séance en fin d’après midi

Séquences brutes

Le montage vidéo c’est bien mais ça donne quoi quand on ne coupe aucune séquence…. il y a-t-il des gamelles ?

Entraînement à Berck – sans montage, première prise
Entraînement à Berck – sans montage, seconde prise
Catégories
Uncategorized

Entrainement à Berck

La conviviale voler ensemble du début d’année m’avait donné l’idée de faire des séances de cerf-volant à Berck. C’est en effet l’assurance d’avoir de la place et un vent bien meilleur que sur mes spot en région parisienne. A Berck la plage est immence et  à marée basse même un vent de terre est praticable en s’éloignant vers la mer. Bref ce sont des conditions idéales pour progresser.

En attendant Ciara

J’avais prévu de longue date cette excursion dans le sud de la côte d’Opale et je me suis aperçu bien trop tard que la météo annonçait une tempête pour ce week-end. Que faire ? Ce ne sont pas quelques gouttes et un peu de vent qui allaient m’arrêter.

Je n’etais pas le seul à être à Berck

Le vent était assez faible et le Djinn standard sorti de ma housse le premier mais rapidement je sentais qu’il souflait un peu trop en rafale pour le standard. Finalement le semi-ventilé prit l’air.

Rencontre

En plus des pilotes de 2 lignes qui étaient présents depuis le matin avanr que je n’arrive, j’ai eu la bonne surprise de voir un autre 4 lignes sur la plage de Berck l’après-midi. 2020 une année de rencontre.

Un italien qui avait comme moi envie de voler à Berck

Vent de cinéma

Le déplacement en valait la peine. Le vent de plage de Berck est vraiment idéal pour progresser. J’ai pu travailler mon ballet et y ajouter une suite. Avec un vent régulier, pas perturbé, il est plus facile d’apprendre et de composer un ballet. On se focalise sur l’enchaînement des figures sans être gêné par les corrections de pilotage dûes au vent. Dans un premier temps cela permet d’écrire le ballet en laissant dans un second temps la tâche dz savoir le réaliser même dans des vents divers et variés. Ainsi chaque chose en son temps !

Soleil en fin de journée

Finalement il n’y avait pas tant de vent que ça mais la météo avait annoncé les premiers effets de la tempête pour le lendemain avec 30 mph et des rafale à 60 mph. J’ai donc bien profité de ce samedi à Berck.