Air’genteuil 2019

Le club Hurricane animait ce 23 juin le 2e Air’genteuil qui se tenait sur la butte d’Orgement au nord de Paris.La butte bien que en hauteur possède une aérologie particulière car le spot n’est pas très grand donc les effets du vent quand il contourne la butte sont perceptibles dès que le cv sort du sommet de cette dernière. Néanmoins le soleil était bien présent ce qui est fort appréciable.Peut-être même trop présent car ce dimanche marquait également le début d’un épisode de forte chaleur en France… mais je n’allais pas bouder mon plaisir puisque cela faisait un mois que je n’avais pas volé. L’appel du Djinn est irrésistible.
Christophe et Alban étaient déjà là quand je suis arrivé vers 10h30. Le temps de sortir mon Djinn et me voilà dans les airs !Le vent fut vraiment moyen, j’ai commencé en standard, puis le semi, enfin le ventile pour revenir au semi dans l’après-midi. Au niveau revo nous fûmes moins d’une dizaine en cherchant bien mais seulement 5 au maximum en même temps: Christophe, Alban, Pascal, Guillaume (un lecteur de mon blog) et moi-même.Ce n’était pas si mal, je ne me souviens pas que nous étions aussi « nombreux » l’année dernière. De leur côté les 2 ligne étaient bien représentés avec la bande à Yasu mais nous avons également eu droit à notre petit moment de gloire. Dans quel journal ces photos seront publiées ?Ce 2e Air’genteuil était egalement le 2e festival de l’année pour moi apres Berck en Avril. Je me devais de soutenir ce festival qui est l’un des derniers en région parisienne. La prochaine étape sera Penvins qui est devenu un haut lieu de rencontre de pilotes 4 lignes. Vivement juillet !

Parc du Rondeau

Après avoir fait mon devoir de citoyen en ce jour d’élection européenne, un petit tour au parc du Rondeau à Evry-Courcouronne pour travailler avec le Djinn.

Le vent pouvais être leger mais était en train de monter. Et si le standard pris l’air en premier, j’ai fini la séance en semi-ventilé.

Avec l’été qui pointe son nez, les buttes de Courcouronnes attirent les grosses voiles. Ce matin des apprentis vélideltistes étaient présents et l’un d’entre-eux avait un 2 lignes pour partienter le temps d’être rejoint par le reste de sa troupe.

Ma session fut consacrée aux lignes droites et au virage pointe. Ce dernier point confirme que c’est beaucoup plus facile de faire le virage pointe en lâchant l’aile extérieure que de chercher à freiner l’aile intérieure.

La fin de séance en semi-ventilé fut très plaisante. J’ai eu de nouveau les vibrations dans les poignées: la voile qui travaille ?

Djinn à Longjumeau

Je ballade mon Djinn sur mes terrains de jeux. Après être allé mercredi au polygone de Vincennes pour le decouvrir complètement fermé pour cause de préparatif d’un événement. Je m’étais alors rabattu sur un terrain annexe mal entretenu, mal orienté qui m’a vallu un bon sac de noeud.

Djinn à Longjumeau

Aujourd’hui je suis allé oublier ma mesaventure à Longjumeau. Le vent était totalement orienté différemment de la prévision. Au lieu de de pester contre le vent et le terrain, j’ai préféré prendre les lignes courtes et m’entrainer pour des situations similaires: inscrit à un festival, ayant dépensé pour le trajet et l’hebergement, le vent est pourri, on fait quoi ? on joue à la belote ?

Ce fut une séance en lignes courtes à m’amuser avec le vent. Le cerf-volant c’est physique quand il n’y a pas de vent.

Juste pour le plaisir…

Djinn en vent variable

Ce dimanche matin les averses des jours précédants avaient cessé et le vent annoncé entre 7 et 15 mph me fit sortir le Djinn semi-ventile.

L’objectif de la séance étaient de préparer un nouveau ballet suite à ma session de mardi dernier où je me trouvais plutôt moyen en Djinn sur mon ballet de 2017.

J’avais quelques idées mais j’étais sans doute trop optimiste au regard de ma maîtrise du vol avec le Djinn. Le ballet demande plus de précision que le megateam et je suis revenu à faire mes gammes: lignes droites, rotation, stop.

Le verdict fut sans appel. A berck j’avais travaillé les rotations pointes et j’ai alors remarqué une faiblesse dans la position stop BA vers la bas. Ma reprise de le rotation pointe était vraiment brouillone. Ici en rotation centre, le défaut était également présent.

La rotation

A force de décortiquer mes mouvements en rotation pointe, j’ai compris que je forçais sur le frein intérieur alors qu’il faut plutôt lâcher le frein extérieur. En rotation centré ce même défaut est pire avec le Djinn: il faut que je me débarrasse de ce reflex sans doute efficace avec le Revolution B-Serie mais pas bon avec le bridage du Djinn. J’avais d’ailleurs remarqué l’année dernière à Marseille que je faisais survirer le Djinn la première fois où je l’avais essayé.

Vent variable et tension de ligne

Comme le vent du jour était variable loin du vent de cinema de Berck, j’ai eu l’occasion de découvrir un effet de la souplesse des barres du Djinn:

  1. Ça permet d’encaisser les rafales
  2. Rend inopérant la mise en tension brutale des lignes

Ainsi en mouvement quand le vent faiblit brutalement j’ai tendance à tirer les 2 bras pour remettre de la tension. Avec le Djinn comme les barres sont souples, ce pompage quand il est trop fort tend les lignes puis au lieu de générer du vent relatif, est absorbé par la déformation du BA. Ce qui n’est pas l’effet souhaité !

En stop j’ai bien intégré qu’avec le Djinn il suffit dans un premier temps de lacher plus de frein pour tenir quand le vent faibli sans tirer les bras. Le pompage est ensuite utile seulement pour regonfler la poche.

En mouvement il faut appliquer le même principe. Baisse de vent, relâcher les freins. Il en est de même pour les démarrages vifs. Avec le Barresi je donnais un leger coup dans lignes (sorte de pompage) sans vraiment me soucier de relacher les freins. Avec le Djinn ce pompage ne fait que déformer le BA. Il me faut bien penser à lacher les freins: et vroooooom 😎

Ce fut une séance comme je l’aime…. en progression.

Séance de midi à Vincennes

Après ma courte séance au Djinn de dimanche dernier à Bagatelle je voulais m’entraîner un peu sur mon ballet de 2018. Ce dernier est constitué de figures simples mais que j’avais mis au point avec mon Barresi debut 2018 pour le CDF de mai 2018.

De l’eau a coulé sous les ponts depuis et je n’avais pas encore utilisé mon Djinn dans les conditions d’un ballet où il faut travailler le rythme et la précision.

Les conditions de vent me paraissaient tout à fait honorables. J’ai ressenti une désagréable impression de flottement dans les figures et encore je l’exécutait sans musique donc sans l’imperatif du tempo ! Il est vrai que j’avais trouvé à l’époque assez difficile mes entrainements pour caler mon ballet et j’y était arrivé au prix d’un très gros effort. Depuis mai 2018 j’avais ensuite mis de côté cette pratique très exigeante.

Il me reste moins d’un mois avant l’Air-genteuil où j’aimerai bien avoir un ballet à présenter. Si je ne suis pas prêt il y a d’autres festivals durant l’été mais je vais quand même essayer pour juin. Pour cela il va falloir que je refasse mes gammes avec le Djinn et que je consacre exclusivement mes séances à mon ballet… à moins que je n’ecrive un nouveau ballet sur mesure pour le Djinn…. voilà une idée 😎

Djinn à Bagatelle

3 semaines après mon dernier vol en Djinn à Berck, j’ai amené mon Djinn prendre l’air à Bagatelle, aire de jeu qui fut autrefois un lieu de rencontre des cerf-volistes de la region parisienne aux heures de gloire de cette pratique.

Il y avait au loin un revo RX et un petit cerf-volant d’enfant, signe que le spot n’est pas mort pour tous.

En réalité j’avais rendez-vous avec Christophe et Alban pour tester le vol en barre de 12. En effet après avoir sorti le Djinn j’ai troqué ce dernier pour un revo barre de 12 pour voler avec mes 2 acolytes du moment.

Christophe pensait que je n’arriverais pas à bien voler avec le revo d’essai sans des poignées longues mais je m’en sortais bien avec mes poignées classiques 13 pouces Revolution. En utilisant des poignées longues maison, le résultat fut décevant: trop de frein et au prix d’un effort d’adaptation énorme je volais mais avec une précision plus que médiocre.

J’en conclus que les poignées étant un élément de liaison entre le CV et l’anatomie du pilote, c’est un outil personnel avec lequel chaque pilote prend ses habitudes. C’est un peu le reglage du siège dans une automobile, chacun le sien pour qu’il se sente bien.

En poussant la réflexion plus loin, les poignées longues permettent un débattement plus important donc on fait des mouvements plus petits avec ces poignets. Cela necessite donc un contrôle plus fin de la part du pilote d’autant plus que le revo d’essai ne poche pas ou peu donc la pression de stabilité est moins perceptible à mon goût.

Au final ce couple revo tendu et poignées longues recquiert plus de sensibilité et de finesse dans le pilotage. J’ai des poignées longue que j’utilisais avec mon B-Zen. Je ne sors plus ce dernier de sa housse et je suis maintenant un habitué des poignées standards 13 pouces.

Le vent de travers était vraiment horrible. Cela m’a rappelé en plus de la distance (40 minutes aller) pourquoi je ne vais jamais sur ce spot. Un vent vraiment, vraiment pourri. A part s’entraîner pour pouvoir voler dans des lieux inattendus si on fait de la démo partout, ou bien dans le cas du vent de terre de Berck ou en compétition, Bagatelle en vent de travers c’est une torture.

J’ai terminé cette séance avec mon Djinn, que j’aime beaucoup. Signe du vent de film d’horreur toute la suite du Djinn y passa. J’ai commencé avec le ventilé puis je suis passé au semi pour finir au standard. Au fait l’axel est toujours aussi fantastique…😎

Mégateam black sails 4×5 – Berck 2019

Le mégateam Black sails 4×5 vu à Berck 2019 présentait quelques nouveautés basées sur:

  1. des transitions fluides
  2. des déplacements de la grille au sol

J’ai choisi dans cet article de prendre un sous ensemble de la démo présentée à Berck en 2019 en me focalisant sur les points les plus importants.

Formation de la grille

Comme l’aspect transition entre les figures est une caractéristique du Black sails, la mise en grille est elle-même chorégraphiée.

On a démarré en lignes posé petit côté.

Dans la simulation la mise en grille se fait de façon progressive, en se calant sur le revo ligne 4 de chaque colonne.

Files horizontales

Le motif file horizontal qui a déjà fait l’objet d’une simulation 3D n’est pas une nouveauté. Je l’ai incluse dans la simulation black sails car le déplacement au sol est une caractéristique importante du megateam grille.

Formation de la boule

On amène la figure boule par la formation de 2 lignes horizontales. Les croisements de lignes de la boule résultante ne sont pas symétriques (et donc optimum) mais ce n’est pas grave car l’espacement au sein de chaque colonne pour permettre les files horizontales évite que les lignes ne se touchent.

Le rendu visuel des transitions est privilégié.

Rotation de la grille

La rotation de la grille est une vrai nouveauté dans le megateam présenté à Berck en 2019. En effet il impose vraiment de tourner la grille au sol !

La simulation 3D présente un exemple de rotation: si la position de départ et la position finale est sans discussion car imposée par la formation grille et le respect de la forme de la grille, la transition peut être discutée. J’ai choisi un mouvement au plus court ie en ligne droite à la fois des pilotes au sol et des revo dans le ciel. Je pense que c’est ce que naturellement les pilotes vont faire et c’est ce que j’ai vu faire à Berck.

Ce n’est pourtant pas la transition idéale, car la figure dans le ciel ne conserve pas la même taille durant la transition. La grille dans le ciel diminue un peu en taille durant la transition pour retrouver sa taille initiale à la fin. Idéalement, les revo dans le ciel devraient décrire des cercles tout en maintenant la figure. C’est un mouvement très compliqué. On fait une rotation d’un rectangle !

On pourrait également améliorer le déplacement des pilotes au sol en faisant une rotation de la grille mais là aussi c’est très compliqué à faire faire. La proprioception collective de la grille au sol fait rentrer le mégateam grille dans une autre dimension. J’en ferai l’exercice en simulation 3D ultérieurement.

Pour le moment la vue du dessus donne un bon exemple de déplacement au sol pour la réalisation de la rotation de la grille. On voit également que la grille finale change les colonnes en ligne et vice-versa. C’est très amusant !

En simulation 3D

Vue du public

Vue de dessus

Les déplacements des pilotes est un aspect primordial dans la bonne réalisation de certaine figure. Dans le cas des files on le savait déjà et la nouveauté de la rotation de la grille dans le megateam black sails renforce cet aspect. Les vues du dessus permettent de bien s’en rendre compte:

Caméra tournante

Comme d’habitude, les caméras tour de tables permettent de se rendre compte du monde d’illusion dans lequel le cerf-volant évolue: non ce n’est pas un plan ! Chaque cerf-volant évolue sur une fenêtre sphérique.

Toutes les vues

Megateam black sails 4×5 Berck 2019 – teaser

Comme je l’indiquais dans mon article sur le 33e RICV de Berck où j’ai participé au Black Sails, j’ai entrepris de modéliser en 3D la démo. Le rendu 3D de la simulation du megateam Black Sails présenté à Berck 2019 est en cours. Pour vous donner un aperçu voici le rendu de la caméra tour de table en position basse. Un article et le reste des animations seront mis en ligne très bientôt dont les vues du dessus très explicites pour la rotation de la grille ! Pour rester avertis abonnez-vous à ce blog