Impulsion par lancé en vol exterieur

Le pilotage du revo en extérieur est basé sur la différence d’incidence des 2 demi-ailes. En intérieur lorsque le vent relatif est très faible la technique du lancé permet de donner l’impulsion pour faire avancer une demi-aile. Cet accompagnement paraît contradictoire avec le pilotage canonique mais fait le job tant qu’on garde la tension des lignes.

la technique du lancé en gardant la tension permet de compenser le manque de vent relatif en indoor

Ce constat est-il applicable en extérieur ? En allant sur des festival et en côtoyant des pilotes expérimentés on peut observer les différents style de pilotage.

Vol en douceur ou saccadé

Le vol en team est plutôt canonique avec une utilisation quasi-exclusive de la différence d’incidence. Cela conduit à un vol doux et lent. Au contraire en individuel on remarquera un vol plus saccadé. Ce type de pilotage quand bien réalisé c’est-à-dire contrôlé mérite qu’on s’y attarde.

En vent fort l’incidence suffit à provoquer l’impulsion. En vent faible peut-appliquer la technique sus-citée ?

Impulsion par lancé

J’ai observé certain pilote initier la rotation par une impulsion de lancé sur l’avant de la demi-aile conjointement au freinage de l’autre. Partant d’un stop BA en haut, la main de l’aile qui avance ne se contente pas de lâcher le frein mais monte un peu pour donner une impulsion. Certes monter permet de relâcher aussi le frein puisque baisser les mains augmente la tension des freins.

Différents styles de vol

Cela me pousse à croire que le vol canonique permet de développer un certain niveau de maîtrise mais que pour aller plus loin l’étude des différents styles permet d’acquérir des compétences utiles en fonction des conditions de vent.

Visite sur la butte d’Orgemont

Le site, prisé par le club Hurricane, jouit d’une situation privilégiée. Il est perché à plus de 100m surplombant la capitale.

La butte d'Orgemont et la vue sur les tours de la Défense

L’accès est facile par l’A15 et quelques places de parking au bout de la rue du clos des moines à Argenteuil.

Le site n’est pas très grand. Nous fûmes une petite dizaine et la place pouvait paraître petite surtout avec les lignes de 40m des 2 lignes.

Le butte n’est pas un lieu de rencontres de pilotes revo même si Hurricane prévoit de s’équiper en 4 lignes Décathlon pour l’initiation: l’oaro 100. J’ai d’ailleurs pu tester aujourd’hui ce cerf-volant: il ne fait pas de miracle pour ce prix. Pas de mise en pression un peu comme le Mojo et nécessite une adaptation. Le débutant n’aura pas à s’adapter mais il faut penser qu’il passera par la suite à autre chose. C’est dans cette adaptation inverse oû il fait moins bien que le Mojo. Avec sa forme non plane je pense que l’adaptation est trop importante et le pilotage différent de celui d’un revo.

Il n’est donc pas judicieux pour un novice qui va passer ensuite au Revo

La butte d’Orgemont est un spot intéressant pour les vent de sud ou sud-ouest mais vous prive de la vue. Au contraire un vent de nord ou nord-est permet de voler avec un joli panorama.

Dommage qu’il soit si loin de mon domicile à 1h de voiture. Pour les pilotes basés à Paris ou au nord de Paris ce spot est de premier choix pour la belle vue qu’il propose.

Rythme d’entrainement

Le cerf-volant pilotable en tant que pratique sportive n’échappe pas à la nécessité d’un programme d’entraînements surtout dans un objectif de compétition. Même dans une pratique purement loisirs, l’envie de progresser amène à s’interroger sur le meilleur moyen d’y parvenir.

La pratique du cerf-volant en France n’est cependant pas très académique et même dans son organisation sportive. Le cerf-volant est un sport-loisirs. Je vois souvent des pratiquants ne pas se donner les moyens de progresser car il faut y consacrer du temps. Il en résulte que les bons pilotes sont ceux qui sont doués. Pourtant avec de l’assiduité on peut progresser et développer sa capacité de pilotage.

Indoor

Ainsi dans ma pratique de l’indoor j’ai commencé par un rythme soutenu de 3 séances par semaine en me consacrant à chaque fois à consolider les bases au lieu d’apprendre de multiples choses. Le cours 4 lignes que j’ai mis en place à Cramayailes traite de la question en détail.

Actuellement je suis sur un objectif de rythme d’un entraînement par semaine avec beaucoup de période creuse car l’indoor est plus facile que l’extérieur puisque la variable vent est totalement maîtrisée.

Suivi des entraînements indoor

En me remettant un mois avant une échéance de compétition, j’arrive à reprendre mon niveau précédent.

Extérieur

Le cerf-volant en extérieur nécessite plus d’assiduité dans mon cas. Outres le fait de devoir apprendre à voler avec la variable vent, le cerf-volant Outdoor requiert plus de matériel. Au début quand on commence on ne dispose pas toujours de la panoplie SUL, Standard, semi-ventilé, ventilé. Cela a pour conséquence de limiter la plage de vent d’apprentissage et le nombre se séance ce qui conduit à allonger la durée de celles-ci.

J’étais dans ce cas de figure qui ne m’a pas permis de maîtriser toutes la plage de vent surtout en plage haute et l’allongement de la durée de chaque séance n’est pas idéale pour l’assimilation. Le cerveau apprend en dormant donc il vaut mieux 8 séance d’une heure que une séance de 8 heures.

Suivi entraînement outdoor

Actuellement mon objectif d’entraînement en Outdoor est de 3 séances hebdomadaires. Je dois rattraper mes lacunes. Nous ne sommes malheureusement pas tous égaux devant l’apprentissage. Certains auront besoins de moins de séances et d’autres plus. Mais l’expérience s’acquiert avec le temps donc multiplier les séances permet d’acquérir de l’expérience.

Assiduité et discipline

Pour celui qui désir se dépasser, l’accomplissement de toute activité doit se faire avec assiduité et discipline. Cela est encore plus vrai quand le temps est compté.

Une séance d’entraînement peut être optimisée en fonction de l’objectif. Si l’on dispose d’une heure pour voler, il faut être efficace et y consacrer réellement une heure. La répétition des exercices est un élément primordial. L’apprentissage étant fait de répétition il faut faire au moins 10 fois les exercices. Par exemple un virage sur la pointe est maîtrise si on le fait 10 fois de suite avec 10 sur 10.

La détente

L’entraînement ne doit pas faire oublier le plaisir de voler. J’aime terminer une séance par quelques minutes de vol libre afin de constater les progrès. Je découpe également la séance en portion de 20 minutes qui correspond pour moi à la limite de fatigue. Cette pause de 5 minutes max permet d’éliminer les tensions dans les poignées et les épaules.

Une semaine avant l’indoor de Marle 2018

Affiche festival de cerf-volant en salle de Marle 2018

La France est le seul pays européen où se déroule encore un championnat de cerf-volant en salle. 2 clubs portent à bout de bras cette pratique: Cramayailes (77) et Cerf-vol-aisne (02).

La première manche du championnat de France 2018 c’est déroulée en décembre dernier à Moissy-cramayel . La 2nde manche (la finale) aura lieu dimanche 18 mars à Marle. Venez nombreux assister à cette compétition où vous pourrez voir différentes disciplines: monofil, 2 lignes et 4 lignes. Vous pourrez également vous y essayer.

Animation paire indoor

L’indoor de Marle approche. Pour les participants voici deux ou trois idées d’évolutions en paire montrant les déplacements de pilotes. Les cerfs-volants ne se touchent pas ni les pilotes ni les lignes. Ces figures sont donc parfaitement réalisables pour peu que la vitesse de chaque pilote est identique.

Impressions d’un novice sur le Kaiju

Je pilote le Revolution Indoor depuis quelques années mais je ne me suis jamais intéressé au 2 lignes que ce soit en salle ou en extérieur. Comme John Barresi a sorti un 2 lignes indoor , le Kaiju, je me suis lancé dans l’expérience aidé par les tutoriels présents sur kiteforge.com. Voici mes premières impressions.

A première vue le Kaiju est un cerf-volant plutôt petit. Le montage d’un 2 lignes est plus difficiles qu’un 4 lignes d’autant plus que je dois le démonter complètement pour le faire tenir dans mon sac taillé pour mes revo. Je trouve le Kaiju assez joli et j’ai choisi le mien au couleur de mon club Indoor.

Premier vol

Habitué à un vol lent avec le Revo Indoor, la petite taille du Kaiju m’oblige à me déplacer plus rapidement ce qui confirme la supériorité du 4 lignes que j’évoquais en préliminaire du parcours de progression 4 lignes.

J’ai utilisé les lignes livrées qui sont plus courtes que nos 5m réglementaires en France. Je pense que les lignes du Kaiju font 3m. Avec des lignes si courtes le Kaiju est sans doute un peu difficile pour un novice comme moi. Je vais devoir m’exercer sérieusement à le maintenir à une altitude constante: quelques bonnes heures de 360 en perspective !

Le contrôle du cerf-volant nécessite paradoxalement beaucoup de doigté. Le revo Indoor doit se piloter avec beaucoup de douceur et on pourrait croire que le Kaiju vue sa petite taille qui demande plus de recul aura besoin de plus de punch. Cependant contrairement au 4 lignes où on peut facilement rattraper les erreurs dûes à une manoeuvre trop brusque, ici ce n’est pas aisé. Donc il faut bien doser les commandes envoyées.

Juste pour le plaisir.

Premier vol du Kaiju en France

Mon Kaiju est arrivé cette semaine et je suis allé lui faire prendre son premier envol aujourd’hui au gymnase des Maillettes.

Kaiju en France au gymnase des Maillettes

je suis vraiment un grand débutant et j’ai tout à apprendre en 2 lignes. Voici mon premier vol avec le Kaiju.

Revo Barresi ventilé à Lisses

je voulais tester mes lignes de 68 kg égalisées lundi dernier. La vitesse moyenne du vent ne descendait pas en dessous de 15 mph ce qui m’autorisa à sortir le ventilé et à dérouler mes 68 kg.

revo Barresi ventilé

L’égalisation des lignes effectuée lundi a été bénéfique. Le vent assez fort pour être en limite haute du ventilé a sans doute bien étirer mes lignes. Je vais les vérifier à mon prochain passage au gymnase.

J’ai consacré la session à travailler les motifs en rotation/slide. Mes efforts commencent à payer. J’arrive de mieux en mieux à m’accomoder des différents types de vent.

L’entraînement est une chose sérieuse pour qui veut progresser. C’est d’ailleurs une constante applicable dans tous les domaines.

Séance de revo fraîche à Draveil

Le vent annoncé entre 11 et 16 mph se mesurait plutôt entre 8 et 14 mph et en toute logique j’ai pris le standard 3 plumes avec mes lignes de 40 kg. Le test des lignes de 68 kg attendra un vent plus fort.

Cerf-volant Revolution Barresi standard à Draveil

Le vent à la limite du semi-ventilé m’a permis quand même de constater que l’égalisation d’hier soir ajoute vraiment de la stabilité mais il m’a fallu quelques minutes d’adaptation.

Comme j’avais oublié mes écouteurs, j’ai passé la séance à travailler les motifs sans musique avec une attention particulière sur les demi-cercle en slide et la décomposition du moonwalk.

Au bout de 2 heures le Moscou Paris avait raison de moi. La prochaine fois je mettrai des gants plus isolants.

Égalisation de lignes au gymnase

L’égalisation des lignes est une tâche rébarbative un peu comme la vérification des niveaux dans une voiture. En cerf-volant il n’y a pas grand risque pour la sécurité du pilote où des autres mais la qualité de pilotage s’en trouve affectée même si avec un peu de d’expérience on corrige de soi-même les écarts de lignes.

Dans ce cas si la tenue du revo semble tout à coup plus floue mais que ça va mieux au bout d’une heure c’est que les lignes ont bougés. Cela arrive après une séance par vent fort par exemple ou bien après une égalisation au piquet…

Le test que je fait en vol est de mettre le revo en stop BA en bas puis je regarde mes poignées qui doivent être symétrique sinon il faut égaliser.

En stop BA en bas les poignées doivent être symétriques

Un autre test que je fais en petit vent est de mettre le revo BA en bas puis de rejoindre les poignées dans une seule main. Sans avoir à contrôler le revo ce dernier doit descendre bien droit.

Enfin le test de l’égaliseur de lignes est le meilleur mais nécessite un point fixe dont on ne dispose pas toujours sur le terrain.

Ce soir j’ai passé 2 heures au gymnase à refaire mes lignes de 40 et 68 kg pendant que d’autre s’entrainait pour l’indoor de Marle. J’ai pris grand soin de faire un noeud d’arrêt car je pense que c’est l’extrémité de la ligne qui bouge. Il y avait de gros écarts entre la gauche et la droite: 2 ou 3 cm. Je me demande comment j’ai volé avec ça !

Vivement la prochaine séance que je teste le résultat.