Moins seul au monde

Hier, il était annoncé à Draveil entre 6 et 9 mph de vent orienté sud (vent du nord). Ne faisant pas la fine bouche, je me rends sur le spot.
En arrivant, quelqu’un passe devant moi en VTT et s’installe en plein milieu du terrain. Je me demane alors ce qu’il va faire quand il sorti une voile de traction.

Je me suis dis que j’allais être embêté par cet engin à l’opposé du pilatage tout en finesse d’un Revo. Heureusement que le vent annoncé était de mauvaise qualité avec des chutes, si bien qu’une voile de traction ne tient pas en l’air dans ces conditions. J’en ai profité pour fanfaronner “Le mien il vole, na na nère” et à cela j’eu comme réponse “Il est plus léger”. C’est là que j’ai compris que je tenais une occasion de faire découvrir le revo.

Non, cela n’a rien à voir avec la légéreté…. Mise en pression, angles d’incidence et différentiels, sont des notions inconnues des partiquants de voiles de traction. Mon apprenti “tractiste” voulu alors essayer mon Revo. J’hésitai un peu, car en générale, les amateurs de voile de traction sont…. comment dire, disons-le: des bourrins. Finalement après lui avoir prodigué quelques explications, je lui cédai les commandes.

Effectivement, il comprit rapidement son erreur de croire que tous les 4 lignes sont pareils. Le premier décollage (BA vers le haut) commença bien. Le Revo pris de l’altitude, puis il essaya de le faire virer pour le mettre sur le côte et le revo fini sa course BA au sol.

Il m’a semblé bien étonné, découvrait-il le Revo ? sans doute. J’étais en tout cas bien satisfait de le lui avoir fait découvrir…. juste pour le plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *