Windy promettait 17 mph cette après-midi, je comptais donc sur ça pour remettee le couvert dans mon de extra-ventilé. Les rafales à 33 mph finirent de mon convaincre de me rendre sur mon du parc du Rondeau à Courcouronnes.

17 mph et rafale à 33, extra-ventilé 🙂

Une fois sur place la douzaine de place de parking étaient toutes occupées. Je pensais déjà que mon spot était envahi de grosses voile.

une grosse voile

Finalement juste un ou deux amateurs de gonflette sur le terrain, j’entamai ma séance par le rituel de la mesure du vent. Sur ce blog vous l’avez compris, je suis factuel en appliquant une démarche scientifique (et donc quantifiable) à la pratique du . Déformation professionnelle…

Plus que dimanche dernier mais pas folichon

Le vent mesuré à bout de bras était plus faible que les annonces de Windy. Il était neanmoins plus fort que celui de dimanche dernier. De quoi tester le Djinn extra-ventilé ? Oui d’autant plus que en hauteur le vent souflerait bien plus.

Prêt pour voler ?
Étiquette de la barre Mystic 18 en haut, c’est du conique

Alors je le dis d’emblée, le vent de ce jour permettait au Djinn extra-ventilé de voler correctement. Je pense avoir trouvé ma limite basse avec ce CV. Il faut juste mettre l’échelle de noeud au maximum vers les poignées ie lacher les frein au maximum, afin de tenir dans les passage de vent bas. Ce reglage me permit de bien explorer le vol du Djinn extra-ventilé et j’ai encore ressenti cette vibration dans les maintenant familière que j’appelle « le chant du Djinn ».

Après 2 bonnes heures de vol, je quittai le terrain heureux d’avoir pu faire voler mon extra-ventilé et d’avoir progressé dans l’ depuis un stop BA en bas. A quand le flic-flac ?

La prochaine fois c’est flic-flac

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :