Entraînement en sur-toilé

Cerf-volant Revo Barresi semi-ventilé à Draveil

Depuis quelque temps j’avais repérer ma manière de voler en sous-toilé et j’avais remarqué que cela était dommageable en car en cas de chute de vent il faut plus d’effort pour tenir en l’air.

Sous-toilé ou sur-toilé

En voler en sous-toilé permet de progresser dans la mise en pression et dans les efforts de déplacement et je pense avoir atteint un palier dans mes capacités. De plus en ballet il faut parfois rattraper le tempo donc aller plus vite. En étant sous-toilé la tâche est ardue. C’est pourquoi je préfère en avoir sous le pied et voler en sur-toilé pour les ballets ou la compétition.

Sur-toilé : un pilotage différent

Je n’en ai néanmoins pas l’habitude et je me suis fais violence aujourd’hui à Draveil. Avec un vent de 16 à 20 mph je me suis retenu avec le semi-ventilé là où j’aurais bien pris le ventilé. Le contrôle nécessita un peu d’adaptation et 2 crans de plus sur l’échelle de noeuds. Je suis passé directement à la marche arrière qui permet de bien sentir le revo et après quelques dizaines de minutes le résultat fut assez satisfaisant.

En revanche le fait d’avoir ajouter du frein implique un contrôle plus vif pour donner des accélérations brèves. En effet dans un vent fort il faut certes lâcher plus de frein (2 noeuds à l’echelle) mais également vite freiner. Cela ouvre une nouvelle façon de piloter !

… surtout en vent fort

Pendant ce temps le soleil aidant la base de loisirs était prise d’assaut et parmi la foule: un petit delta, signe d’un vent fort.

De mon côté la séance fut consacrée à la maîtrise des motifs de mon ballet en sur-toilé. Bientôt une vidéo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
WordPress Appliance - Powered by TurnKey Linux