Lignes et résistance

Nous avons évoqué le gainage des lignes la semaine dernière. Dans cet article je donne mon expérience en ce qui concerne la résistance des lignes.

Résistance

La résistance de la ligne exprimée en poids (kg) est la capacité de la ligne a résister à la force de traction du cerf-volant. Une ligne de 100 kg doit résister à un poids de 100 kg. Plus il y a de vent et plus la traction est grande. Cette règle doit cependant être affinée dans le cas d’un revo.

Traction d’un revo

Un CV monofil ou un 2 lignes, ont un angle d’incidence fixe (pendant le vol). La force de traction dépend alors directement et uniquement de la force du vent. On choisit donc la résistance de la ligne en fonction du vent.

Avec un revo l’angle d’incidence est variable. Cette force de traction est maximale quand on est en stop en pleine fenêtre a environs 30°. C’est dans cette position qu’il faut que la ligne tienne la charge.

Comme un revo possède 4 lignes, on prendre des lignes de plus faible résistance que pour un 2 lignes pour une surface alaire et un vent identique.

Résistance et trainée

Quand on veut augmenter la résistance, on augmente le nombre de fibres tissées pour constituer la ligne. Un ligne de résistance plus grande sera dont plus épaisse. Cela augmente la trainée: une force qui freine le cerf-volant.

Le tissage des brins entre-eux varie d’un fabriquant à l’autre. Ce tissage fait varier la résistance également. On comprend que si les fibres font plus de tours entre-elles alors pour une même longueurs de lignes, le diamètre sera plus gros et la lignes plus résistante. Ainsi une ligne de même résistance de 2 marques différentes pourra être de grosseur différentes.

On préférera en générale la ligne la moins grosse qui offre le moins de trainée.

Choix de la résistance

vent normal

Les lignes de 40 kg sont le standard de-facto que les pilotes utilisent pour les revo 1.5. Cette résistance permet de voler dans la majorité des vents. Dans mon cas j’utilise les 40 kg entre 6-7 mph et 20mph soit entre 10 km/h et 32 km/h.

Pour une résistance de ligne donnée, le fait de passer à un ventilé permet de réduire la traction et donc accroît la plage d’utilisation de la ligne.

vent léger

En vent faible, moins de 6mph soit moins de 10 km/h, je vole en 2 plumes avec un B-Serie et je préfère utiliser des lignes de 23 kg.

En effet plus le vent est faible et plus le « poids » réel des lignes devient perceptible. La traction devenant plus faible, la ligne n’est plus tendue et courbe sous son propre poids. Cela ajoute de la latence dans les commandes. En prenant des lignes de 23 kg au lieu de 40 kg, on réduit le poids réel de la ligne et son diamètre. Cela permet de retrouver des lignes tendues et la sensation de contrôle similaire à celle obtenue en vent plus fort avec des lignes de 40 kg.

vent fort

Par vent fort on peut peut-être tenté d’utiliser des lignes de plus grande résistance. J’ai ainsi un jeu de lignes de 68 kg que je sors avec le ventile dans des vents de plus de 20 mph (32 km/h).

Cependant je trouve que ce n’est pas vraiment nécessaire car en ventilé la traction est très réduite. Les 68 kg deviennent vraiment utiles quand on est obligé de mettre les 4+3 plumes avec un barresi ventilé. C’est-à-dire entre 25 et 30 mph soit entre 40 et 48 km/h.

Le chant de la ligne

Je n’ai jamais cassé de ligne ni entendu quelqu’un l’avoir fait en revo. Il y a cependant une « légende » sur le chant de la ligne qui siffle et ce serait un indicateur du moment où il est temps de passer à une résistance supérieur.

Le chant de la ligne n’est pas une légende. Des tourbillons de sillage alternés dits de « Bénard-Karman » se forment sur les objets cylindriques comme les tours de cheminée, les pylônes, les pieds de plateformes pétrolières en mer, les antennes de voitures etc. Ces tourbillons font vibrer ces structures et peut provoquer leur rupture. La solution retenue est d’ajouter des ailettes le long de ces structures. La ligne peut être assimilée à un cylindre et il se pourrait bien que soit mis en jeu un tel phénomène.

Quand changer de ligne

De manière pratique, voler en 40 kg. Si en 40 kg la ligne commence à se courber alors que le vent faibli, c’est le signe qu’il faut passer en 23 kg. En revanche si on est en 23kg est que la ligne commence à siffler, il faut sans doute passer en 40 kg. Si vous étiez en 40 kg et que vous entendez le chant de la ligne, passez en 68 kg.


Les lignes c’est comme la suite standard, semi-ventilé et ventilé. Quand on débute on ne comprend pas trop à quoi cela peut bien servir. Dès que l’on veut voler dans de larges conditions, la suite des 3 revo s’impose. En revanche le fait d’avoir du 23 kg semble moins évident pour certain mais cela fait vraiment la différence en vent faible. Rien ne sert d’avoir un SUL si on reste en 40 kg. Personnellement le standard 1.5 en 2 plumes en 23 kg me donne entière satisfaction en vent faible.

Djinn 2e session

Ce midi le vent était annoncé à 5 mph mais je le mesurais a 3.5 mph une fois sur site. De petits passages un peu plus fort étaient perceptibles mais rien qui ne me dissuada de ressortir le standard en 23 kg comme la veille lors du baptême de mon Djinn.

Djinn standard
vent faible donc Djinn standard en 23 kg

Après avoir visité la fenêtre de vent je me suis attaché à passer en revue les mouvements de bases que les conditions de vent d’hier soir ne me permettaient pas de tester.

Djinn à Vincennes

Pilotage

Le comportement survireur a disparu complètement malgré un vent un peu plus fort. Je pense que je commence à m’habituer au Djinn. L’essayer c’est l’adopter ?

Un passage en revue des mouvements clés de ma gamme confirme les qualités du Djinn : il vole comme prévu. Il vole droit, le vol en slide s’effectue normalement. La marche arrière est conforme à ce que je sais faire avec mes Barresi… à la différence que le Djinn va plus vite, beaucoup plus vite. Tellement plus vite que cela en est grisant et dans la vidéo je suis allé chercher loin la limite du retournement de l’aile. Je l’ai trouvée mais si on reste raisonnable le Djinn offre une marche arrière rapide et stable.

Pour ce qui est de l’axel…. je réussi aussi bien ou mal mes axel. Comme cela fait longtemps que je n’en avais pas faits, je suis assez content du résultat en 37m. Je vais dans une prochaine session essayer en 15m pour pouvoir avoir un avis sérieux. En revanche je dois souligner que le Djinn est très léger et que cela se ressent dans l’axel. J’ai l’impression qu’il a moins d’inertie que le B-Serie: conséquence moins de force nécessaire dans le tirage et la sortie d’axel est facilité !

Un papillon

La réactivité du Djinn est assez surprenante ! Le bridage doit y être pour quelque chose et je vais sans doute m’y intéresser d’ici peu. Quand on effectue des rotations autour du centre, la voile virevolte et le dégradé de couleur donne l’impression d’un papillon, un peu à la manière du revo d’Alain Micquiaux. Au delà de l’aspect visuel, je parle bien du comportement qui est assez plaisant. Comme c’est un résultat que je cherchais à obtenir dans mes vols, sans succès, j’apprécie que le matériel me l’apporte avec aucune modification de pilotage.

Vidéo

Contrairement à la veille où je n’avais rien sorti d’autre du sac que le Djinn, ce midi j’ai pris le temps de faire quelques prises de vues.

La vidéo du direct est également disponible. Vous pouvez la revoir dans ce billet

Séance fraîche à Draveil

Les oies sauvages picoraient dans l’herbe gelée et n’étaient pas du tout effrayées par ma présence. Elles ne s’écartèrent que lorsque mon revo avait déployé ses ailes.

Peu de vent en début de séance, à peine 5 mph. J’ai pris le 2 plumes en 25 kg. Et oui, cela faisait longtemps que je n’avais pas sorti les 37m… depuis 3 mois en fait…. 3 mois déjà que je vole en 15m pour apprendre l’axel. Ce passage en 37m m’a fait comprendre la difficulté, voir l’erreur d’apprendre à voler en lignes courtes. En effet les mouvements des bras en lignes courtes sont plus amples (utilisation du lancé et accompgnement) et plutôt inutiles voire productifs en lignes longues.

Cette séance en 37m fut bien revigorante, il faisait un froid d’oie… pardon de canard. Ce fut l’occasion de faire des prises de vue pour ma series de video pour debutant, à voir très prochainement sur kitejust4fun.

Manche selective Lery-posés 2018

Ce weekend la fête du vent était en fait une manche de compétition. Durant les 2 jours le terrain central a été occupé par les compétiteurs. Moi qui était surtout venu pour voir les membres club 38 mais le manque de vent et de temps n’ a pas permis de faire des prises de vue des niveaux. Retour sur ces 2 jours bien sympathiques.

Arrivé un peu après midi, juste à l’heure pour l’apéritif. Après le repas et l’arrivée du juge (une dérogation a été donné pour un juge unique) les choses « serieuses » ont commencé.

La journée de samedi fut remarquable par son manque de vent.

Noud avons passé beaucoup de temps à attendre le vent et les « windcheck » furent nombreux.

Les bons pilotes ont pu tirer leur epingle du jeu en étant équipés du bon materiel (UL et lignes légères ou courtes). Steff Fermé nous a gratifié en 4 lignes d’un 360 et d’un rattrapé au Revo Reflex.

La manche a fini bien plus tard que prévue vers 19h30 au moins. Le temps d’aller manger puis d’aller au camping la nuit fut courte et le réveil matinal.

La journée du dimanche fut placée sous le même signe: compétition sous petole. Du moins le matin, car l’après-midi il y a eu quelques passages potables mais l’orientation du vent était defavorable. Dans ce cas:

J’etais en 2 plumes et 23 kg la veille et mon ballet de 4 minutes était infaisable. Je l’avais bien amputer de plusieurs figures donc dimanche j’ai changé de musique: quitte à improviser, faisons le franchement et sur une musique courte.

Au final j’ai fait 2e derrière Steff Fermé. Ce qui est logique… mais je suis assez content car sans préparation aucune j’arrive bien à faire les figures imposées mais le ballet est encore un point à ameliorer. Dommage que cette année la competition ne soit pas mon objectif. Je lève le pied.

En revanche le ballet de Maxime (3e indiv 4 ligne) fut assez reussi dimanche. Ce pilote nouveau sur le circuit a bien progressé depuis le stage 4 lignes de novembre dernier organisé ici même.

Ici le ballet de Steff. Lignes courtes et revo Reflex, pour la suite le palmarès du pilote parle de lui-même.

L’épreuve de samedi etait même meilleure à mon gout. Steff a essayé de semer le DT c’etait rigolo:

http://kitejust4fun.bressure.net/index.php/2018/08/22/regardez-fete-du-vent-lery-pose-2018-ballet-de-steff-ferme-360-catch-sur-youtube/

Juste pour le plaisir.

Lignes 23 kg en indoor

Depuis que je fais de l’indoor j’évoluais en dyneema standard. Or en extérieur avec mon B-Zen j’ai toujours volé en 23 kg et récemment j’ai même dévolu mon jeu de lignes de 23 kg pour mon Barresi en 2 plumes.

L’indoor étant l’aboutissement du vol en petit vent, pourquoi utiliser mes grosses lignes qui a vu d’oeil devaient être des 40 kg au moins. Ce jour au club se fut donc une séance de fabrication de lignes !

A gauche LPG 23 kg et à droite l’ancienne ligne

Cela faisait déjà un mois que je voulais passer en LPG 23 kg pour pouvoir enchaîner les tours sans sentir de frottements extrêmement déstabilisateurs quand on vole avec peu de pression.

La bride d’attache est plus épaisse que le LPG 23 Kg

L’essai en vol est concluant. Avec les LPG 23 kg je peux faire 3 tours en gardant le contrôle du cerf-volant. Pour comparer avec le 2 lignes c’était comme si on faisait 6 tours ! Autrefois avec les dyneema dès le 2e tour le contrôle devenait difficile du bien que en ballet où démo je ne me contentais que d’un seul tour. Maintenant de nouvelles possibilités s’offrent à moi.

je suis satisfait de cette expérience même si il me faudra me réhabituer avec ces lignes toutes neuves dont les arrières n’ont pas encore travaillé.

Léger

Vers 11h un vent léger à Courcouronne, 5-6 mph m’a fait sortir le standard et comme je voulais un peu de challenge je l’ai laissé en 3 plumes. Heureusement ! Le vent avait quelques passages un peu plus fort.

Je n’ai pas eu le temps de m’exercer sur les figures imposées et je me suis attaché à tester une musique de ballet dont le tempo lent collait parfaitement au vent. Il me reste à trouver le contenu maintenant.

Lors de cette séance j’ai remarqué une courbure inquiétante sur mes lignes du bas. J’ai mis plus de frein (un comble quand le vent est faible) mais le résultat ne fut pas très convainquant. Peut-être aurais-je dû passer en 23 kg au lieu de garder les lignes des 40 kg.

Mais c’était déjà l’heure de rejoindre madame au centre commercial. La suite au prochain numéro 😊

Club 38 Niveau M9

N’ayant pas respecté la routine pour avoir transformé une rotation en slide par une rotation centrée, j’ai refait la vidéo du niveau. Aujourd’hui avec moins de vent qu’hier j’ai remisé le ventilé pour le 2 plumes et le 3 plumes standard.

//youtu.be/UspHRfaEABY

Persévérance sur le M9

Il n’est pas rare d’être interpellé par des gens pour nous faire part de leur déception de ne pas arriver à piloter leur cerf-volant accrobatique. La principale raison est le manque de perséverance. Considérant qu’il ne sagit que d’un loisir occasionnel (2 fois par an, une fois en juillet et une autre en août) on peut être tenté de penser que cela se maîtrise comme un drône c’est-à-dire sans réelle maîtrise du pilote l’électronique faisant tout ici.

Le cerf-voliste sait qu’au delà de la qualité de la machine, c’est le pilote qui fait la différence.  Nul besoin pour le 4 lignes d’être doté d’un don particulier comme dans certains sport comme être grand au basket. Le travail et la persévérance fait ici toute la différence.

J’avais omis de faire une rotation en slide avant de faire le demi-cercle en slide du niveau M9 du club 38. Ce non respect de la routine est impardonnable. La météo étant favorable ce jour c’est-à-dire un temps sec avant le déluge de fin de semaine, je suis allé me reconfronter au M9.

Le vent plus faible qu’hier s’établissait à 6 mph. Je sorti donc le 2 plumes en 23 kg. Les rafales me firent un peu regretter mon choix mais elles étaient assez rares. L’intéressant dans cette séance c’est le défaut du centrage de la rotation en bord de fenêtre que j’ai observé. Au début je pensais à  l’égalisation des lignes mais elles n’étaient pas vraiment en défaut.  En revanche avec l’analyse du mouvement du CV je me suis rendu compte que c’était la position des épaules que je décale naturellement pour ajouter de la compensation surtout en vent faible. En effet en pleine fenêtre je n’ai pas trop de difficulté à faire une bicyclette centrée mais en bors de fenêtre le resultat est vraiment décevant. En fait le décalage d’épaule entraîne un décentrage de la bicyclette. Une fois l’origine du problème trouvé, quel plaisir de constater un peu de progrès. Cela prouve bien que le travail et la persévérance paye !

Néanmoins il y a des qualités dont le manque ne peut pas se combler par le travail. Je pense que la capacite de coordination motrice et les réflexes sont des données avec lesquelles le pilote doit composer pour trouver son style de vol. Pour ma part les mouvements trop rapides des mains sont impossibles, je crois que mon style coulé vient de là ainsi que mon aversion pour le 2 lignes et le freestyle !

je sentais au bout d’une heure que le 2 plumes commençait à plier. Le vent atteignait les 12 mph. Le 3 plumes prit la place du 2 plumes. C’est la première fois je crois que je change de CV en cours de séance.

Club 38 Niveau 8

Déçu de ne pas avoir eu suffisamment de vent vendredi dernier, j’ai hésité un peu à me déplacer pour le faire aujourd’hui. L’envie de le passer avant Noël était néanmoins plus forte.  Cela me ferait un beau cadeau de cerf-voliste !

Le vent annoncé à 7 mph avec des rafales à 15 ne se mesurait qu’à 4-5 mph mais avec quelques rafales dont certaines firent siffler mes lignes de 23 kg. J’ai donc sorti mon fidèle Barresi STD dont je sens bien que la derrière heure n’est pas loin. Mais en 2 plumes il fait le job et j’aime le garder dans mon sac pour pouvoir le prêter.

Club 38 Niveau 7

Mon niveau 6 étant validé, j’ai regardé la routine du niveau 7 qui ne me paraissait pas bien compliquée étant donné que voler lentement c’est ma spécialité….

Le vent était annoncé entre 5 et 8 mph mais sur place à Courcouronne je mesurais à peine 4 mph…. J’ai pris mon Barresi STD monté en 2 plumes avec mes lignes de 23 kg. C’était dur car les rotations lentes avec si peu de vent étaient hors de ma portée: j’ai du être actif au sol, très actif même.

Le jeu a failli mal tourné car il a commencé par une jolie frayeur à cause d’une saleté de branche:

23 kg attention aux noeuds

Finalement quand la batterie de mon téléphone a rendu l’âme, le vent se levait un peu mais impossible d’immortaliser la routine 7 sans ce vilain recul.

WordPress Appliance - Powered by TurnKey Linux