Djinn au soleil de Draveil

lignes qui courbent, vent qui tourne

Hier à Draveil après le démêlage et devrillage de mes lignes de 23 kg je suis resté un peu sur ma faim car il était bientôt l’heure de rentrer à cause de… la faim justement. Aussi cette après-midi le soleil généreux m’incita à y retourner.

Je voulais voir en vent faible, soit en moyenne 6 mph, comment je pilote le Djinn en 40 kg ceci afin de savoir si à Berck mon niveau me permettrait de compter sur lui pour les mégateam en vent faible sans avoir à changer de ligne. En effet avec le B-Serie je vole en 3 plume 40 kg en limite basse 6 mph. En dessous je passe au 2 plumes 23 kg. Je dois me faire une nouvelle matrice de vent pour le DJinn et comme on ne peut pas descendre en dessous du jeu de barre d’origine du standard (Mystic 12), je ne peux que jouer sur la résistance de ligne.

Djinn 40 kg ou 23 kg

Je suis en pleine exploration… Je sais que je tiens bien avec le B-Serie 2 plumes en 23 kg mais le Djinn est substantiellement différent et je ne suis pas aussi à l’aise. Savoir quelle combinaison du Djinn 23 kg ou 40 kg me convient le mieux est primordiale voler en mégateam avec assurance.

Malheureusement l’orientation du vent avait un peu changé et les arbres coupaient net le flux d’air. A moins que ce ne soit les lignes de 40 kg qui m’handicapaient. Je pense qu’il va fallloir que je teste plus en profondeur le réglage de la bride inférieure qui possède plusieurs positions. Peut-être qu’un réglage me permettra de mieux sentir la pression en vent faible ? Trop tard pour le faire avant Berck….

Je pense que je vais amener à Berck avec moi mon standard B-Serie en 2 plumes et mon ventilé B-Serie pour assurer dans les extrémités de la plage de vent.

Lignes et résistance

Nous avons évoqué le gainage des lignes la semaine dernière. Dans cet article je donne mon expérience en ce qui concerne la résistance des lignes.

Résistance

La résistance de la ligne exprimée en poids (kg) est la capacité de la ligne a résister à la force de traction du cerf-volant. Une ligne de 100 kg doit résister à un poids de 100 kg. Plus il y a de vent et plus la traction est grande. Cette règle doit cependant être affinée dans le cas d’un revo.

Traction d’un revo

Un CV monofil ou un 2 lignes, ont un angle d’incidence fixe (pendant le vol). La force de traction dépend alors directement et uniquement de la force du vent. On choisit donc la résistance de la ligne en fonction du vent.

Avec un revo l’angle d’incidence est variable. Cette force de traction est maximale quand on est en stop en pleine fenêtre a environs 30°. C’est dans cette position qu’il faut que la ligne tienne la charge.

Comme un revo possède 4 lignes, on prendre des lignes de plus faible résistance que pour un 2 lignes pour une surface alaire et un vent identique.

Résistance et trainée

Quand on veut augmenter la résistance, on augmente le nombre de fibres tissées pour constituer la ligne. Un ligne de résistance plus grande sera dont plus épaisse. Cela augmente la trainée: une force qui freine le cerf-volant.

Le tissage des brins entre-eux varie d’un fabriquant à l’autre. Ce tissage fait varier la résistance également. On comprend que si les fibres font plus de tours entre-elles alors pour une même longueurs de lignes, le diamètre sera plus gros et la lignes plus résistante. Ainsi une ligne de même résistance de 2 marques différentes pourra être de grosseur différentes.

On préférera en générale la ligne la moins grosse qui offre le moins de trainée.

Choix de la résistance

vent normal

Les lignes de 40 kg sont le standard de-facto que les pilotes utilisent pour les revo 1.5. Cette résistance permet de voler dans la majorité des vents. Dans mon cas j’utilise les 40 kg entre 6-7 mph et 20mph soit entre 10 km/h et 32 km/h.

Pour une résistance de ligne donnée, le fait de passer à un ventilé permet de réduire la traction et donc accroît la plage d’utilisation de la ligne.

vent léger

En vent faible, moins de 6mph soit moins de 10 km/h, je vole en 2 plumes avec un B-Serie et je préfère utiliser des lignes de 23 kg.

En effet plus le vent est faible et plus le « poids » réel des lignes devient perceptible. La traction devenant plus faible, la ligne n’est plus tendue et courbe sous son propre poids. Cela ajoute de la latence dans les commandes. En prenant des lignes de 23 kg au lieu de 40 kg, on réduit le poids réel de la ligne et son diamètre. Cela permet de retrouver des lignes tendues et la sensation de contrôle similaire à celle obtenue en vent plus fort avec des lignes de 40 kg.

vent fort

Par vent fort on peut peut-être tenté d’utiliser des lignes de plus grande résistance. J’ai ainsi un jeu de lignes de 68 kg que je sors avec le ventile dans des vents de plus de 20 mph (32 km/h).

Cependant je trouve que ce n’est pas vraiment nécessaire car en ventilé la traction est très réduite. Les 68 kg deviennent vraiment utiles quand on est obligé de mettre les 4+3 plumes avec un barresi ventilé. C’est-à-dire entre 25 et 30 mph soit entre 40 et 48 km/h.

Le chant de la ligne

Je n’ai jamais cassé de ligne ni entendu quelqu’un l’avoir fait en revo. Il y a cependant une « légende » sur le chant de la ligne qui siffle et ce serait un indicateur du moment où il est temps de passer à une résistance supérieur.

Le chant de la ligne n’est pas une légende. Des tourbillons de sillage alternés dits de « Bénard-Karman » se forment sur les objets cylindriques comme les tours de cheminée, les pylônes, les pieds de plateformes pétrolières en mer, les antennes de voitures etc. Ces tourbillons font vibrer ces structures et peut provoquer leur rupture. La solution retenue est d’ajouter des ailettes le long de ces structures. La ligne peut être assimilée à un cylindre et il se pourrait bien que soit mis en jeu un tel phénomène.

Quand changer de ligne

De manière pratique, voler en 40 kg. Si en 40 kg la ligne commence à se courber alors que le vent faibli, c’est le signe qu’il faut passer en 23 kg. En revanche si on est en 23kg est que la ligne commence à siffler, il faut sans doute passer en 40 kg. Si vous étiez en 40 kg et que vous entendez le chant de la ligne, passez en 68 kg.


Les lignes c’est comme la suite standard, semi-ventilé et ventilé. Quand on débute on ne comprend pas trop à quoi cela peut bien servir. Dès que l’on veut voler dans de larges conditions, la suite des 3 revo s’impose. En revanche le fait d’avoir du 23 kg semble moins évident pour certain mais cela fait vraiment la différence en vent faible. Rien ne sert d’avoir un SUL si on reste en 40 kg. Personnellement le standard 1.5 en 2 plumes en 23 kg me donne entière satisfaction en vent faible.

Séance fraîche à Draveil

Les oies sauvages picoraient dans l’herbe gelée et n’étaient pas du tout effrayées par ma présence. Elles ne s’écartèrent que lorsque mon revo avait déployé ses ailes.

Peu de vent en début de séance, à peine 5 mph. J’ai pris le 2 plumes en 25 kg. Et oui, cela faisait longtemps que je n’avais pas sorti les 37m… depuis 3 mois en fait…. 3 mois déjà que je vole en 15m pour apprendre l’axel. Ce passage en 37m m’a fait comprendre la difficulté, voir l’erreur d’apprendre à voler en lignes courtes. En effet les mouvements des bras en lignes courtes sont plus amples (utilisation du lancé et accompgnement) et plutôt inutiles voire productifs en lignes longues.

Cette séance en 37m fut bien revigorante, il faisait un froid d’oie… pardon de canard. Ce fut l’occasion de faire des prises de vue pour ma series de video pour debutant, à voir très prochainement sur kitejust4fun.

Regardez « axel training session 9 » sur YouTube

9e séance d’axel

Cette fois-ci le vent était idéal: faible et bien stable. Hier à Lisses un petit 6mph me changea des vents où le semi ou le ventilé devait prendre place pour me permettre d’apprendre l’axel.

Dans ces conditions de vent faible la technique du « double punch » marche moins bien qu’en vent fort. En effet moins de vent pour pousser l’aile ! La conséquence est l’envie de tirer plus fort mais c’est vraiment une mauvaise idée car cela génère, dans mon cas, des erreurs qui sont beaucoup amplifiées (non masquées par le vent naturel). Le CV ne reste pas bien sur place ou bien monte.

En tirant moins fort cela marche mieux. J’ai alors remarqué que mon « axel » etait beaucoups moins plat que sur mes précédentes videos. La demi ailes qui part au loin a tendance à se remettre en pression. J’ai alors pensé que relâcher le frein au maximum sur cette aile résoudrait le problème. Ce ne fut pas convainquant car même au maximum la longueur des freins ne permet pas de garder l’aile à plat. La solution qui reste est de mettre du mou dans les lignes en avancant.

Allant au fond des choses je cherchais à savoir pourquoi en vent fort cela marche assez bien ? Je pense qu’en vent fort je tire plus fort et que cela ramène le CV vers moi et donc donne du mou dans les lignes. De plus en 3 ou 4 plumes j’ai plus d’inertie ce qui facilite la rotation

Enseignements du jour:

En vent faible il faut tirer doucement et avancer

A vent différent, cv différent et technique differente

Axel session 3

Aujourd’hui vent très faible annoncé à 1 mph. Un vent dans lequel je ne peux pas voler mais je pensais que cela allait être bon pour l’axel. Mauvais calcul….

En premier lieu le manque de vent fait que le tirage doit être ajusté. Il fait fouetter moins fort même si j’ai plutôt tendance à donner des coups de boost par vent faible dans les mouvements rapides. La sortie de l’axel est egalement plus difficile je trouve car il faut reculer plus pour remettre en tension puisque l’on est plus aidé par le vent.

Une séance fatiguante mais instructive. Ici quelques séquences en video.

Voir l’article sur ma 2e session d’axel.

Manche selective Lery-posés 2018

Ce weekend la fête du vent était en fait une manche de compétition. Durant les 2 jours le terrain central a été occupé par les compétiteurs. Moi qui était surtout venu pour voir les membres club 38 mais le manque de vent et de temps n’ a pas permis de faire des prises de vue des niveaux. Retour sur ces 2 jours bien sympathiques.

Arrivé un peu après midi, juste à l’heure pour l’apéritif. Après le repas et l’arrivée du juge (une dérogation a été donné pour un juge unique) les choses « serieuses » ont commencé.

La journée de samedi fut remarquable par son manque de vent.

Noud avons passé beaucoup de temps à attendre le vent et les « windcheck » furent nombreux.

Les bons pilotes ont pu tirer leur epingle du jeu en étant équipés du bon materiel (UL et lignes légères ou courtes). Steff Fermé nous a gratifié en 4 lignes d’un 360 et d’un rattrapé au Revo Reflex.

La manche a fini bien plus tard que prévue vers 19h30 au moins. Le temps d’aller manger puis d’aller au camping la nuit fut courte et le réveil matinal.

La journée du dimanche fut placée sous le même signe: compétition sous petole. Du moins le matin, car l’après-midi il y a eu quelques passages potables mais l’orientation du vent était defavorable. Dans ce cas:

J’etais en 2 plumes et 23 kg la veille et mon ballet de 4 minutes était infaisable. Je l’avais bien amputer de plusieurs figures donc dimanche j’ai changé de musique: quitte à improviser, faisons le franchement et sur une musique courte.

Au final j’ai fait 2e derrière Steff Fermé. Ce qui est logique… mais je suis assez content car sans préparation aucune j’arrive bien à faire les figures imposées mais le ballet est encore un point à ameliorer. Dommage que cette année la competition ne soit pas mon objectif. Je lève le pied.

En revanche le ballet de Maxime (3e indiv 4 ligne) fut assez reussi dimanche. Ce pilote nouveau sur le circuit a bien progressé depuis le stage 4 lignes de novembre dernier organisé ici même.

Ici le ballet de Steff. Lignes courtes et revo Reflex, pour la suite le palmarès du pilote parle de lui-même.

L’épreuve de samedi etait même meilleure à mon gout. Steff a essayé de semer le DT c’etait rigolo:

http://kitejust4fun.bressure.net/index.php/2018/08/22/regardez-fete-du-vent-lery-pose-2018-ballet-de-steff-ferme-360-catch-sur-youtube/

Juste pour le plaisir.

Draveil sous les nuages

Vent annoncé entre 6 et 8 mph. Sur place peu après 9h, on sentait bien que le vent allait être léger. « une occasion de voler en petit vent voire apprendre l’axel et le flic-flac » me disais-je.

J’ai pris le standard 2 plumes en 40 kg. Bon après plusieurs tentative à l’axel je me suis résigné à la conclusion que je ne suis pas assez rapide. Il faut aussi préciser que j’etais en 36m de lignes et qu’il faudrait que j’apprenne plutôt en lignes courtes.

J’ai ensuite tenter le flic-flac BA en haut. La encore je ne suis pas assez rapide. Ça « flic » mais ça ne « flac » pas.

Finalement devant ces échecs je me suis amusé en vol libre…. en tentant bien ici et là des axels et des flic-flac…. môche môche môche 😁

Revo au sable du cul du chien

Le site du bilboquet du cul du chien ou sable du cul du chien est un lieu qui pourrait nous laisser croire que l’on est à la plage. Situé à Noisy-sur-école, le spot n’est pas favorable à la pratique du cerf-volant mais constitue un site de prise de vue sympas.

Le manque de vent de cette après-midi et la configuration en cuvette donne un spot un certain intérêt pour le vol en petole.

Je pense qu’avec du vent un peu fort, on peut récupérer des conditions potables dabs cette cuvette. Ce sera à tester. Je suis content d’avoit ajouté ce spot à ma liste. Cette fois j’ai utilisé le 2 plumes standard et des lignzs courtes de 10m.

Le chemin pout s’y rendre depuis le parking est assez long. Compter 15 minutes.

Le spot est en pleine forêt.

Regardez « Le sable du cul du chien par pétole » sur YouTube

WordPress Appliance - Powered by TurnKey Linux