Djinn 40 kg semi-ventilé à Draveil

Si la séance d’hier avait abouti à un comparatif entre le djinn standard et le barresi 2 plumes, la séance d’aujourd’hui se voulait axée sur les réglages du djinn lui-même. Comme le vent promettait d’être plus fort qu’hier, j’en ai profiter pour sortir les lignes de 40 kg.

vent faible mais meilleur qu’hier

Vibrations, le chant du Djinn

Lors de mes séances à Vincennes, je sentais des vibrations en 23 kg quand le vent montait un peu. Je pensais que c’était les lignes mais même avec un jeu de ligne différent de 40 kg j’ai aussi eu cette sensation aujourd’hui. Je pense donc que c’est le Djinn qui est en train de se roder (voile, bridage).

En 40 kg aujourd’hui, je t’aurai le Djinn, je t’aurai

Le frein en solution à la légèreté, non !

Je signalais hier l’absence de traction du Djinn qui le rendait sans doute difficile à appréhender pour un débutant car masquant ainsi la pression. J’ai voulu voir si plus de frein me permettrait de découvrir le point de pression. La réponse est non. Plus de frein ne m’a pas permis de voler mieux ou de retrouver des sensations de B-Serie.

Réglage du bridage

La ligne de bridage qui relie la ligne avant et la ligne arrière peut être réglée. Cela me fait penser au « bridage turbo ». Le Djinn est livré avec un réglage en position moyenne, je l’ai mis au minimum (le plus court possible): cela a pour effet d’augmenter la tension sur les brides complexes du haut qui repartissent les efforts sur tout le bord d’attaque.

Dans les conditions de vent où j’ai testé au réglage minimum, le CV semblait plus freiné. Je trouvais que c’était plus difficile. En mettant le réglage au maximum, je retrouvais des sensations plus proches de celles que j’attendais avec mon barresi standard.

Le réglage de cette bride permet de jouer sur un paramètre peu évident à comprendre. Le Djinn est décidément un cerf-volant très technique et il me faudra encore du temps pour en tirer partie.

Le semi-ventilé

Mystic 12 à gauche pour le standard et Mystic 14 à droite pour le semi-ventilé

Comme le vent avait décidé de se lever, le standard était parfois un peu sur-toilé. Il volait vite mais sans laisser paraître une traction. Si je devais retenir une seule caractéristique du Djinn c’est bien sa propriété de ne pas laisser transparaître la traction dans les commandes. Amateur de Power kite passez votre chemin ! La seule chose dans le comportement du CV qui indique que le vent a monté est que le CV avance bien mieux même si le pilote n’a pas encore vraiment compris comment faire… Autre indice, le stop BA en haut était devenu possible. J’ai alors monté le semi-ventilé, pour voir.

Un vent pour le semi-ventilé

Waou ! avec le semi-ventilé, on retrouve la légèreté du vent faible. La ventilation qui ne sert pas à annuler la traction puisque on ne la ressent pas, est en fait un excellent moyen pour faire des marche arrière de folie sans avoir à se battre contre le vent. Avec le B-Serie par vent fort la marche arrière est rendue difficile car il faut plus tirer sur les freins ou alors modifier son réglage d’échelle de nœud sur les poignées. Alors que le Djinn standard avait tendance à se retourner quand je voulais faire une marche arrière à grande vitesse avec un vent trop fort, avec le semi, je me retrouve comme en vent faible avec le standard. C’est assez grisant. Les marches arrières sont rapides, stables en vent fort et sans aucune traction.

La légèreté met en exergue le défaut du pilote.

La légèreté qui m’avait frappé au premier contact et qui ne m’avait pas interpellé à Marseille à cause du vent fort, est sans nul doute la caractéristique marquante du Djinn. En tout cas pour mon niveau de pilotage, c’est un élément différenciant d’avec le B-Serie. C’est une qualité indéniable pour ce qui est de limiter l’effort de traction qui n’est pas ce que l’on recherche quand on fait du cerf-volant de précision. La contrepartie c’est que le Djinn demande donc au pilote d’être un spécialiste de la précision car il ne faut pas compter sur la sensation de traction pour piloter. Il faut avoir les sens plus aiguisés pour sentir la pression et non pas la traction. C’est un peu un niveau au dessus pour moi. Cela se ressent dans mes stop qui sont devenus vraiment flous avec le Djinn, c’est un peu retourner à l’école…. mais je t’aurai le Djinn, je t’aurai !

Djinn en lignes courtes ou le retour d’Axel

Le vent était annoncé a 5 mph mais vu la surface de l’eau je sentais que la séance allait être sport.

Mes copines les oies étaient en train de prendre le soleil et comme le vent était faible je suis allé me mettre au fond du terrain pour en bénéficier au maximum.

Évitant ainsi de les déranger pour rien, je n’allais pas sortir les 37m mais bien les lignes courtes.

Prêt pour une séance en ligne courte

Légèreté

En ligne courte et par vent faible, le Djinn donne toujours une impression de légèreté comme lors de mes vols précédents. Cette légèreté dans la sensation vient-elle de la structure ? Pour en avoir le cœur net, j’ai sorti le Barresi standard en 2 plumes afin de comparer mes sensations.

test comparatif avec le b-serie

Djinn vs Barresi 2 plumes

Ma surprise fut grande ! Le vent était le même mais le b-serie donnait l’impression d’un vent plus fort. Le b-serie génère donc plus de traction. Le Djinn génère moins de traction, cela le rend plus léger pour le pilote et requiert donc plus de sensibilité: autrement dit le Djinn sera moins accessible à un débutant pour lequel plus il y a de vent mieux c’est. Le b-serie est un cerf-volant grand public passe-partout, tandis que le Djinn un cerf-volant pointu dont il fait savoir tirer la quintessence.

Le b-serie procure plus de traction que le Djinn

Après avoir mis en l’air le b-serie, quand j’ai repris le djinn ce fut sans appel. Le Djinn est vraiment léger. Il va falloir que je m’y mette sérieusement pour prendre mes marques avant Berck. Je pense que la prochaine fois je vais changer mes réglages en mettant plus de frein pour tenter de retrouver la sensation de pression car c’est vraiment déroutant… ça vole alors que l’on s’y attend pas.Comme on ne s’y attend pas donc on recule alors que ce n’est pas nécessaire. Comme on n’a pas de sensation de pression, on exagère les mouvements comme par vent faible alors que ce n’est pas nécessaire donc contre productif.

retour sur le Djinn

et l’axel ?

En ligne courte avec peu vent, l’axel s’invite évidement à la séance. Comment un « wannabe » de l’axel comme moi s’en sort-il ? C’est assez étrange. Le cerf-volant tourne sur lui-même plus facilement mais la sensation est différente que celle avec le b-serie. Cette fois si je pense que le b-serie est plus lourd au sens premier du terme et ajouté à la force de traction du b-serie, cela lui donne plus d’inertie et j’ai tendance à donner une grande force de tirage pour lancer l’axel alors que le Djinn requiert moins d’effort. Comme le disait John Barresi « less input less error, more input more error« . Il faudra que je reprenne l’apprentissage de l’axel avec le Djinn. Peut-être que cela va-t-il m’aider à supprimer mes défauts ?

Le djinn un cv exigeant

Cette séance en ligne courte fut très instructive. Je vais devoir trouver de nouvelles marques et faire quelques ajustements. Le Djinn possède d’ailleurs un réglage du bridage comme on peut le voir sur certains CV équipés du « mode turbo ». Je vais tester ces différents réglages très bientôt.

Djinn 2e session

Ce midi le vent était annoncé à 5 mph mais je le mesurais a 3.5 mph une fois sur site. De petits passages un peu plus fort étaient perceptibles mais rien qui ne me dissuada de ressortir le standard en 23 kg comme la veille lors du baptême de mon Djinn.

Djinn standard
vent faible donc Djinn standard en 23 kg

Après avoir visité la fenêtre de vent je me suis attaché à passer en revue les mouvements de bases que les conditions de vent d’hier soir ne me permettaient pas de tester.

Djinn à Vincennes

Pilotage

Le comportement survireur a disparu complètement malgré un vent un peu plus fort. Je pense que je commence à m’habituer au Djinn. L’essayer c’est l’adopter ?

Un passage en revue des mouvements clés de ma gamme confirme les qualités du Djinn : il vole comme prévu. Il vole droit, le vol en slide s’effectue normalement. La marche arrière est conforme à ce que je sais faire avec mes Barresi… à la différence que le Djinn va plus vite, beaucoup plus vite. Tellement plus vite que cela en est grisant et dans la vidéo je suis allé chercher loin la limite du retournement de l’aile. Je l’ai trouvée mais si on reste raisonnable le Djinn offre une marche arrière rapide et stable.

Pour ce qui est de l’axel…. je réussi aussi bien ou mal mes axel. Comme cela fait longtemps que je n’en avais pas faits, je suis assez content du résultat en 37m. Je vais dans une prochaine session essayer en 15m pour pouvoir avoir un avis sérieux. En revanche je dois souligner que le Djinn est très léger et que cela se ressent dans l’axel. J’ai l’impression qu’il a moins d’inertie que le B-Serie: conséquence moins de force nécessaire dans le tirage et la sortie d’axel est facilité !

Un papillon

La réactivité du Djinn est assez surprenante ! Le bridage doit y être pour quelque chose et je vais sans doute m’y intéresser d’ici peu. Quand on effectue des rotations autour du centre, la voile virevolte et le dégradé de couleur donne l’impression d’un papillon, un peu à la manière du revo d’Alain Micquiaux. Au delà de l’aspect visuel, je parle bien du comportement qui est assez plaisant. Comme c’est un résultat que je cherchais à obtenir dans mes vols, sans succès, j’apprécie que le matériel me l’apporte avec aucune modification de pilotage.

Vidéo

Contrairement à la veille où je n’avais rien sorti d’autre du sac que le Djinn, ce midi j’ai pris le temps de faire quelques prises de vues.

La vidéo du direct est également disponible. Vous pouvez la revoir dans ce billet

Regardez « djinn Vincennes » sur YouTube en direct

Baptême de mon Djinn

Reçus depuis 10 jours déjà mais le temps m’avait cruellement manqué pour leur faire prendre leur premier vol. Quand ce n’était pas le temps c’était la météo qui avec plus de 40 mph le week-end dernier interdisait toute sortie même avec le ventilé. Mes Djinn étaient donc restés jusque là bien au chaud. Entre 2 tempêtes hivernales je voulais, sur ma pose méridienne, leur faire découvrir Vincennes mais avec 1mph j’ai préféré attendre quelques heures de plus afin de disposer d’un vent décent.

Djinn à Vincennes

C’est donc en fin d’après midi juste avant le coucher du soleil, que je me rendis au polygone de Vincennes. Avec 4 à 6 mph promis, le standard allait être le seul à prendre l’air. Ce fut l’occasion de le comparer avec le standard 2 plumes B-Serie qui aurait été en d’autre temps à la place du Djinn. Le Djinn standard étant livré avec un seul jeu de barre, au nom marketing de Mystic 12, le choix des barres ne se pose pas. La formule suivante est-elle vrai pilote + B-Serie 2 plumes < pilote + Djinn ?

Premières impressions

Tout d’abord ce n’était pas la première fois que j’avais un Djinn entre mes mains. A Marseille en 2018, j’avais pu tester quelques minutes un Djinn mais je n’y avais pas accordé beaucoup d’attention car je n’avais pas à l’époque envie de changer de revo. Mon impression générale était que le Djinn se pilotait facilement comme le B-Serie mais avait un comportement survireur…pour ma manière de piloter en tout cas.

Étude rapide en 23 kg

Je vais aborder le test d’une manière très factuelle en prenant les éléments de pilotages de base et voir le comportement de Djinn par rapport à ce que le B-Serie me donne. Malheureusement le vent ne fut pas vraiment au rendez-vous ce soir.

Quelques secondes avant l’envol

Je n’ai même pas pris le temps de mesurer mais les prévisions avaient évoluées à 2 mph à 17h. J’ai attendu une demi-heure car à 18h il devait y avoir 4 mph mais c’est également l’heure du couché du soleil donc vers 17h20 j’ai baptisé mon Djinn standard.

Légèreté

Le CV est très léger quand on le tient en main et cette légèreté se ressent aussi en vol même si le vent faible y était sans doute pour un peu responsable. C’est un peu déconcertant car il me semble que le B-serie était plus lourd. Le Djinn semble donc demander plus de sensibilité de la part du pilote en vent faible.

Mise en pression

L’aventage de cette légèreté une fois apprivoisée c’est que ça vole…. même avec peu de vent. J’ai essayé de mettre plus de frein mais la position standard au 4e noeud de l’échelle est parfaite ( pour moi et pour ce vent). En fin de séance vers 17h40, le vent ne se decidant pas à venir, je suis allé le chercher en hauteur et là surprise, une fois la voile gonflée, le Djinn de part sa souplesse prend vraiment bien la pression et montait quasiment sans avoir à reculer. Cela faisait 10 min que je me fatiguais inutilement donc: le Djinn promait de m’ouvrir d’autres possibilites en vent faible.

Pilotage

Le vent était certes trop faible pour moi pour que je me prononce vraiment sur le pilotage. Ce que je peux dire c’est que cela vole droit, tellement droit que la mise en glide m’est parue plus difficile qu’avec un B-Serie.

Le virage sur la pointe de l’aile est un peu different. Je l’avais trouvé survireure à Marseille c’est-à-dire que le centre de rotation avait tendance à rentrer à l’intérieur au lieu de rester sur la pointe. Ce soir je n’ai pas retrouvé ce comportement mais comme il y avait moins de vent qu’à Marseille, cela explique peut-être cela.

Le manque de vent fut définitivement frustrant. J’ai quand même essayé quelques rotations dites bicyclettes et le CV repond au quart de tour comme si c’était une marionnette. Le manque de vent semble être compensé par le bridage qui reparti les points de tirages differement que sur le B-Serie.

Conclusion

Cette séance trop courte avec si peu de vent a un goût de reviens-y. Je vais remettre ça demain.

Djinn at home

Quand j’ai dit à ma femme que j’avais commandé 3 jeans rouges et noirs aux États-Unis, je m’étais bien gardé de lui préciser que c’était des Djinn !

colis mystère, non je le suivais à la trace depuis son départ

Les intempéries neigeuses du milieu de semaine n’avaient que peu retardé le transport. Partis des États-Unis côte ouest le 24, arrivé à Roissy le 28, un délai pour la douane et la journée de neige, puis tentative de livraison le 1er fevrier. Finalement je suis allé au bureau de poste récupérer mes jeans made in US…. pardon mes djinn.

Suite standard, semi-ventilé et ventilé

Je ne les ai pas encore sortis sur le terrain car j’etais occupé toute la journée.

je suis content

La météo de demain est…. peu importe j’ai hâte d’aller tester mes nouveaux jouets et reprendre mes marques pour être prêt pour Berck. Je vais devoir lui leur trouver une place dans mon sac. Une nouvelle vie commence !

revo Djinn par KiteForge

Je vais sans doute passer maintenant moins de temps derrière mon clavier sur mes animations 3D de megateam…

RICV Berck 2019 dans 3 mois

affiche Berck 2019

Comme chaque année Berck est une occasion pour les pilotes de 4 lignes de voler en mégateam. Cette année point de compétition donc il devrait y avoir beaucoup plus de pilotes 4 lignes sur le terrain.

Par ailleurs Berck est aussi un bon moyen d’apprendre en s’essayant au pilotage en mégateam lors des « entrainements » quotidiens du matin où pilotes aguerris aux figures telles que Bob ou la voiture, se mêlent aux novices.

Ces entrainements qui ont lieu traditionnellement le matin à 11h sont libres. Il vaut quand même mieux s’être un peu préparé auparavant en suivant par exemples les cours que je propose sur ce blog (voir en bas de l’article) et dont l’objectif avoué est de voler en megateam. Il reste 3 mois pour perfectionner son pilotage.

Néanmoins les séances in-situ sont obligatoires pour appréhender les aspects suivants:

  • présences de cerf-volant autre que le sien
  • position au sol en grille
  • discipline : silence et écoute du leader

Rendez-vous donc à Berck dans 3 mois, juste pour le plaisir ….

Résultats des sondages 2018

J’ai lancé mi-décembre un sondage sur la pratique du 4 lignes. J’ai clôturé la consultation fin décembre afin de faire une première analyse.

Compte tenu de l’étroitesse de la fenêtre et de la période de fêtes, le nombre de votant est assez faible.Cela exclu d’emblée de tirer des conclusions fines.

Débutants ou expérimentés

Tout d’abord il se confirme que la plupart des votants ne sont pas vraiment des débutant puisque les 2 tiers se targuent d’avoir plus de 2 ans d’expérience en 4 lignes. Après 2 ans, on doit savoir faire pas mal de choses même si il faudrait rapprocher cette durée avec la fréquence de la pratique.

Fréquence des sessions

Justement à la question de la fréquence les 2 tiers des votants indiquent pratiquer moins d’une fois par semaine. Comme les questions du sondages sont indépendantes, je ne sais pas dire si celui qui a 2 ans de pratique, s’entraine moins d’une fois par semaine. Néanmoins plus on a de l’expérience, moins on a besoin de s’entrainer. Le revo c’est comme le vélo.

Montant de cotisation idéal

Enfin à la question du montant de la cotisation pour faire partie d’une association de cerf-voliste, la quasi-totalité des votants ne sont pas disposés à mettre plus de 50 € par an. On a une répartition des réponses équitables : 1 tiers pour moins de 15€, un autre tiers entre 15 et 30 € et un dernier tiers entre 30 et 50 €. Cela devrait faire réfléchir certaines associations…

Ce premier sondage ne portait que sur une période limitée. Il est maintenant clôturè pour 2018 mais vous pouvez voter pour 2019. En fin d’année nous verrons si les résultats auront évolué. Cerf-voliste qui est tu ?

Session vidéo à Vincennes

Pour mon premier vol de l’année, j’ai attendu 2 bons prétextes. Premièrement faire une vidéo pour compléter ma série de tuto pour débutant et deuxièmement tester mon nouveau trépied qui devrait me permettre d’avoir des plans à hauteur d’homme. Fini les prises de vue depuis le sol.

Le résultat est assez convaincant.

Rien de tel qu’une séance de revo pour se désintoxiquer l’esprit des fêtes de fin d’année. Pour ce qui est des prises de vues pour mes tuto, le vent variable ne me facilita pas la tâche mais j’ai pu caser ce que je voulais. Il ne reste plus qu’à en faire un petit montage avant de le diffuser.

En attendant un petit extrait de ma séance où j’ai perdu une barre vertical en vol, à force de jouer avec le vent variable à moins que ce ne soit les élastiques qui montrent des signes de fatigue avec les basses températures. Une petite marche de la honte, ça réchauffe.

Pour être averti de la mise à en ligne du tuto, inscrivez-vous sur Kite Just 4 Fun, c’est gratuit.

Cours révo débutant: virage et vol horizontal

Cette vidéo fait suite au 2 précédentes où on a vu comment mettre le revo en position de décollage puis comment le mettre en vol. Ces 2 étapes passées on va maintenant voir comment s’amuser un peu en faisant voler le cerf-volant dans la fenêtre de vent. Après avoir appris la procédure d’urgence pour éviter le crash, on va ainsi voir comment faire tourner son revo et le maintenir en vol horizontal.

Pour ne pas rater la prochaine vidéo ou le prochain article de ce blog, pensez à vous inscrire sur kite just 4 fun


WordPress Appliance - Powered by TurnKey Linux