Mégateam black sails 4×5 – Berck 2019

Le mégateam Black sails 4×5 vu à Berck 2019 présentait quelques nouveautés basées sur:

  1. des transitions fluides
  2. des déplacements de la grille au sol

J’ai choisi dans cet article de prendre un sous ensemble de la démo présentée à Berck en 2019 en me focalisant sur les points les plus importants.

Formation de la grille

Comme l’aspect transition entre les figures est une caractéristique du Black sails, la mise en grille est elle-même chorégraphiée.

On a démarré en lignes posé petit côté.

Dans la simulation la mise en grille se fait de façon progressive, en se calant sur le revo ligne 4 de chaque colonne.

Files horizontales

Le motif file horizontal qui a déjà fait l’objet d’une simulation 3D n’est pas une nouveauté. Je l’ai incluse dans la simulation black sails car le déplacement au sol est une caractéristique importante du megateam grille.

Formation de la boule

On amène la figure boule par la formation de 2 lignes horizontales. Les croisements de lignes de la boule résultante ne sont pas symétriques (et donc optimum) mais ce n’est pas grave car l’espacement au sein de chaque colonne pour permettre les files horizontales évite que les lignes ne se touchent.

Le rendu visuel des transitions est privilégié.

Rotation de la grille

La rotation de la grille est une vrai nouveauté dans le megateam présenté à Berck en 2019. En effet il impose vraiment de tourner la grille au sol !

La simulation 3D présente un exemple de rotation: si la position de départ et la position finale est sans discussion car imposée par la formation grille et le respect de la forme de la grille, la transition peut être discutée. J’ai choisi un mouvement au plus court ie en ligne droite à la fois des pilotes au sol et des revo dans le ciel. Je pense que c’est ce que naturellement les pilotes vont faire et c’est ce que j’ai vu faire à Berck.

Ce n’est pourtant pas la transition idéale, car la figure dans le ciel ne conserve pas la même taille durant la transition. La grille dans le ciel diminue un peu en taille durant la transition pour retrouver sa taille initiale à la fin. Idéalement, les revo dans le ciel devraient décrire des cercles tout en maintenant la figure. C’est un mouvement très compliqué. On fait une rotation d’un rectangle !

On pourrait également améliorer le déplacement des pilotes au sol en faisant une rotation de la grille mais là aussi c’est très compliqué à faire faire. La proprioception collective de la grille au sol fait rentrer le mégateam grille dans une autre dimension. J’en ferai l’exercice en simulation 3D ultérieurement.

Pour le moment la vue du dessus donne un bon exemple de déplacement au sol pour la réalisation de la rotation de la grille. On voit également que la grille finale change les colonnes en ligne et vice-versa. C’est très amusant !

En simulation 3D

Vue du public

Vue de dessus

Les déplacements des pilotes est un aspect primordial dans la bonne réalisation de certaine figure. Dans le cas des files on le savait déjà et la nouveauté de la rotation de la grille dans le megateam black sails renforce cet aspect. Les vues du dessus permettent de bien s’en rendre compte:

Caméra tournante

Comme d’habitude, les caméras tour de tables permettent de se rendre compte du monde d’illusion dans lequel le cerf-volant évolue: non ce n’est pas un plan ! Chaque cerf-volant évolue sur une fenêtre sphérique.

Toutes les vues

Megateam black sails 4×5 Berck 2019 – teaser

Comme je l’indiquais dans mon article sur le 33e RICV de Berck où j’ai participé au Black Sails, j’ai entrepris de modéliser en 3D la démo. Le rendu 3D de la simulation du megateam Black Sails présenté à Berck 2019 est en cours. Pour vous donner un aperçu voici le rendu de la caméra tour de table en position basse. Un article et le reste des animations seront mis en ligne très bientôt dont les vues du dessus très explicites pour la rotation de la grille ! Pour rester avertis abonnez-vous à ce blog

Black sails Berck 2019

Les revo noirs de la coupe du monde de football 2018 ont fait leur retour à Berck. Mike Loskov les avaient ramenés dans ses valises et l’objectif était de démarrer un projet de mégateam 16 ou 20 pilotes d’un genre nouveau. Voici le retour d’expérience de ma participation au black sails.

Transitions

La principale différence avec le megateam traditionnel de Berck c’est la chorégraphie des transitions entre les figures. Comme je le soulignais dans le récit de mon berck 2019 cet aspect artistique et visuel est à mon avis très important pour la diffusion du cerf-volant pilotable car c’est une donnée accessible.

On devait passer d’une figure à une autre sans repasser par la grille. Le megateam devient alors un ballet.

Fluidité et synchronisation

Un megateam sous forme de ballet pose évidement le problème de synchronisation car les pilotes n’ont pas l’habitude de faire des ballets ensemble.

J’ai souvent vu lors de l’entraînement des revo trop pressés d’atteindre leur position finale alors que chaque revo doit être un élément relié aux autres comme dans un vol d’étourneaux ou un essaim d’abeilles.

Memoriser les transformation de la grille

En megateam standard on a l’habitude de recevoir des ordres précis et le passage au megateam black sails s’apparente plus à un ballet qu’il faut mémoriser. Cela pose le problème de mémoriser non pas les déplacements liés à sa position mais les transformations globales de la grille.

Idéalement chaque pilotes doit etre capable (modulo son niveau de pilotage) se substituer à un autre car il ne doit pas apprendre la routine d’une position particulière mais la routine de la forme globale.

Placement et déplacement au sol

Le placement au sol m’a semblé être également point d’attention. Le placement en grille doit respecter la morphologie: les petits devants, les grands derrière. Ces un point important car cela peut éviter des contorsion lors des files horizontales. Cela est un peu contradictoire avec l’interchangeabilité des pilotes.

Proprioception de la grille au sol

Un dernier aspect qui m’est apparu important c’est le déplacement de la grille au sol. En effet dans la rotation de la grille dans le ciel impose une rotation de la grille au sol. Le pilote doit non seulement avoir une perception globale de la figure dans le ciel (comme dans tout megateam) mais aussi une sorte de proprioception de la grille au sol.


A venir sur ce blog les modelisations 3D de la routine présentée au 33e RICV de Berck. Restez informés de la mise à jour en vous abonnant à kitejust4fun

Cours video débutant: marche arrière

Ma série de tutoriels vidéo pour débutant, commencée en fin d’année dernière, s’étoffe d’un nouvel épisode. Cette fois je me suis attaché à la marche arrière. « Enfin » peut-on se dire, car faire du revo sans marche arrière c’est comme boire de l’eau déshydratée.

Le vent était rafaleux comme le montre la capture d’écran de mon Vaavud.

marche arrière en vent rafaleux…courage

J’ai pris le barresi ventilé en 4 plumes et comme la semaine dernière dans des conditions similaires les lignes des 40kg sifflaient, j’ai préféré prendre les 68 kg pour leur couper le sifflet.

Quelques rayons de soleil quand même

La vidéo est un peu brouillonne. Même si je ne perds plus de temps avec les prises de vues que je fais d’une traite, ni en postproduction avec l’ajout de texte, je dois quand même faire un peu de nettoyage au montage. Il faudrait que je prépare un peu mieux mes discours afin de gagner encore plus de temps.

Néanmoins, je suis assez content d’avoir démarré cette collection de tuto en français made in France et d’apporter ma pierre à l’édifice pour aider les nouveaux membres de la communauté des pilotes 4 lignes.

Voler c’est bien, voler bien c’est mieux, le partager c’est top…

Vers un parcours de progression 4 lignes outdoor

Devant la demande formulée en fin d’année dernière pour des tutoriels pour débutant, j’ai réalisé des vidéos dans le but de répondre à ce besoin pour le 4 lignes. Cela amène à se poser la question plus globale de la formation des pilotes. Il y a évidement de très bons pilotes sur la place, certains font même de leur « talent » activité commerciale avec un volet formation mais la plupart sont des top pilotes sans être des formateurs et les « formateurs » ne sont parfois pas des top pilote au risque de ne pas diffuser les meilleurs pratiques et de frustrer les nouveaux arrivants de la discipline. Je fais ce constat après avoir parcouru la France, en festival et rencontré plusieurs club et associations depuis 2012.

Nécessité d’une formation ?

Les gens perçoivent la pratique du cerf-volant comme une activité de loisirs. On peut alors s’interroger sur la nécessité d’une formation ? N’est-ce pas un terme un peu surfait ? Pour répondre à cette question nous devons distinguer la nature des pratiquants.

Le touriste

C’est quelqu’un qui va s’intéresser à la pratique en tant que loisirs ponctuel. Il ne va pas consacrer le temps nécessaire à l’apprentissage et ne vole que 2 fois par an en juillet et en août. Il ne cherche pas progresser car pour lui voler est déjà un plaisir suffisant en soi.

Le mordu

Il va chercher à progresser en pratiquant de manière assidue. Il ne cherche pas seulement à voler mais également à voler bien. le pilotage est pour lui l’objectif du vol. En étant un peu discipliné il va apprendre tout seul en glanant çà et là des conseils sur internet ou auprès de pilotes plus expérimentés rencontrés lors des festivals.

Les autres

Entre les deux extrêmes nous avons les autres qui aimeraient bien progresser et qui ont besoin d’un cadre pour atteindre cet objectif. Ils peuvent se sentir frustrés et abandonner l’idée même de progresser si ils ne trouvent pas une structure ou un suivi pour les accompagner dans la pratique. La besoin de formation s’adresse à cette population.

Solutions existantes

Des clubs de CV existent encore et on peut même y trouver parfois des « formateurs » labellisés. Je ne m’attarderai pas sur la pertinence de ces formateurs, disons simplement que seul le terrain central fait foi.

Des initiative de stages sont également organisés avec en tant que formateurs des top pilotes. Malheureusement les top pilotes sont peut nombreux et ces stages labellisés ne sont ouverts qu’aux adhérants. Ils s’adressent donc à un public déjà conquis à la cause.

Il y a également des initiations offertes par les club mais de part la formation reçue par les initiateurs, le contenu des initiation et le public visé est vraiment trop large. Cela fait beaucoup d’efforts perdus. Au plus cela fait de l’animation sur une manifestation…. sans vraiment servir la cause de manière efficace.

Les solutions 2.0

L’âge d’ors étant passé, la rivière ne remonte pas à sa source…. miser sur les club est dépassé. A notre époque l’information et donc l’apprentissage est décentralisé. Cela n’empêche pas le besoin d’une discipline, c’est juste un changement de support.

Les cours en vidéo que ce soit avec initiative club 38 ou les tutoriels de KiteLife sont un bon exemple de ce qu’il fait faire pour démocratiser la pratique du 4 lignes de précision. Est-ce que pour autant cela répond au besoin de formation ?

Parcours de progression

L’idée d’une formation repose sur l’apprentissage progressif et cohérent des techniques. C’est là que le notion de parcours de progression intervient.

En 2017 à l’occasion d’un stage 4 lignes FFVL j’apprenais l’existence d’un parcours de progression mais orienté 2 Lignes. Le 4 lignes étant vu comme une particularité, je comprends mieux certains freins. J’ai alors mis en ligne le tutoriel et parcours de progression 4 lignes indoor pour le club indoor Cramayailes. Le lecteur pourra s’y reporter pour les éléments théoriques de vol applicables également à l’extérieur.

Le même principe pour le 4 lignes extérieur bien plus populaire manque toujours à l’appel. Seules quelques initiatives éparpillées sur des forum peuvent être encore trouvées si on se donne la peine de chercher. Mais il n’y a aucune trace d’un parcours de progression c’est-à-dire d’une approche pédagogique structurée et progressive de l’apprentissage du 4 lignes. Or je crois qu’il est possible d’accélérer l’apprentissage et de faciliter la diffusion de la pratique.

J’ai commencé dans ce cadre le tutorial vidéo pour débutant en début d’année. Je compte compléter ces vidéos par un parcours de progression et des explications textuelles sur l’apprentissage du 4 lignes.


Pour rester informer des prochaines mises à jour, vous pouvez vous abonner à ce blog

Lignes et résistance

Nous avons évoqué le gainage des lignes la semaine dernière. Dans cet article je donne mon expérience en ce qui concerne la résistance des lignes.

Résistance

La résistance de la ligne exprimée en poids (kg) est la capacité de la ligne a résister à la force de traction du cerf-volant. Une ligne de 100 kg doit résister à un poids de 100 kg. Plus il y a de vent et plus la traction est grande. Cette règle doit cependant être affinée dans le cas d’un revo.

Traction d’un revo

Un CV monofil ou un 2 lignes, ont un angle d’incidence fixe (pendant le vol). La force de traction dépend alors directement et uniquement de la force du vent. On choisit donc la résistance de la ligne en fonction du vent.

Avec un revo l’angle d’incidence est variable. Cette force de traction est maximale quand on est en stop en pleine fenêtre a environs 30°. C’est dans cette position qu’il faut que la ligne tienne la charge.

Comme un revo possède 4 lignes, on prendre des lignes de plus faible résistance que pour un 2 lignes pour une surface alaire et un vent identique.

Résistance et trainée

Quand on veut augmenter la résistance, on augmente le nombre de fibres tissées pour constituer la ligne. Un ligne de résistance plus grande sera dont plus épaisse. Cela augmente la trainée: une force qui freine le cerf-volant.

Le tissage des brins entre-eux varie d’un fabriquant à l’autre. Ce tissage fait varier la résistance également. On comprend que si les fibres font plus de tours entre-elles alors pour une même longueurs de lignes, le diamètre sera plus gros et la lignes plus résistante. Ainsi une ligne de même résistance de 2 marques différentes pourra être de grosseur différentes.

On préférera en générale la ligne la moins grosse qui offre le moins de trainée.

Choix de la résistance

vent normal

Les lignes de 40 kg sont le standard de-facto que les pilotes utilisent pour les revo 1.5. Cette résistance permet de voler dans la majorité des vents. Dans mon cas j’utilise les 40 kg entre 6-7 mph et 20mph soit entre 10 km/h et 32 km/h.

Pour une résistance de ligne donnée, le fait de passer à un ventilé permet de réduire la traction et donc accroît la plage d’utilisation de la ligne.

vent léger

En vent faible, moins de 6mph soit moins de 10 km/h, je vole en 2 plumes avec un B-Serie et je préfère utiliser des lignes de 23 kg.

En effet plus le vent est faible et plus le « poids » réel des lignes devient perceptible. La traction devenant plus faible, la ligne n’est plus tendue et courbe sous son propre poids. Cela ajoute de la latence dans les commandes. En prenant des lignes de 23 kg au lieu de 40 kg, on réduit le poids réel de la ligne et son diamètre. Cela permet de retrouver des lignes tendues et la sensation de contrôle similaire à celle obtenue en vent plus fort avec des lignes de 40 kg.

vent fort

Par vent fort on peut peut-être tenté d’utiliser des lignes de plus grande résistance. J’ai ainsi un jeu de lignes de 68 kg que je sors avec le ventile dans des vents de plus de 20 mph (32 km/h).

Cependant je trouve que ce n’est pas vraiment nécessaire car en ventilé la traction est très réduite. Les 68 kg deviennent vraiment utiles quand on est obligé de mettre les 4+3 plumes avec un barresi ventilé. C’est-à-dire entre 25 et 30 mph soit entre 40 et 48 km/h.

Le chant de la ligne

Je n’ai jamais cassé de ligne ni entendu quelqu’un l’avoir fait en revo. Il y a cependant une « légende » sur le chant de la ligne qui siffle et ce serait un indicateur du moment où il est temps de passer à une résistance supérieur.

Le chant de la ligne n’est pas une légende. Des tourbillons de sillage alternés dits de « Bénard-Karman » se forment sur les objets cylindriques comme les tours de cheminée, les pylônes, les pieds de plateformes pétrolières en mer, les antennes de voitures etc. Ces tourbillons font vibrer ces structures et peut provoquer leur rupture. La solution retenue est d’ajouter des ailettes le long de ces structures. La ligne peut être assimilée à un cylindre et il se pourrait bien que soit mis en jeu un tel phénomène.

Quand changer de ligne

De manière pratique, voler en 40 kg. Si en 40 kg la ligne commence à se courber alors que le vent faibli, c’est le signe qu’il faut passer en 23 kg. En revanche si on est en 23kg est que la ligne commence à siffler, il faut sans doute passer en 40 kg. Si vous étiez en 40 kg et que vous entendez le chant de la ligne, passez en 68 kg.


Les lignes c’est comme la suite standard, semi-ventilé et ventilé. Quand on débute on ne comprend pas trop à quoi cela peut bien servir. Dès que l’on veut voler dans de larges conditions, la suite des 3 revo s’impose. En revanche le fait d’avoir du 23 kg semble moins évident pour certain mais cela fait vraiment la différence en vent faible. Rien ne sert d’avoir un SUL si on reste en 40 kg. Personnellement le standard 1.5 en 2 plumes en 23 kg me donne entière satisfaction en vent faible.

Figure megateam 6×6 la voiture

La voiture est une figure bien connue de Berck. Elle permet à Bob et Ginette d’aller en vacances ! Sa modélisation en 3D est assez facile même si il faut faire attention à quelques croisement de lignes. C’est d’ailleurs dommage que les lignes ne soient pas visible sur les animations. Je tâcherai pour la prochaine animation de faire figurer les lignes mais pour cette fois ce sera sans. Comme seul guide je n’ai gardé comme d’habitude que la simplicité des placements  non pas celle des ordres.

Création de l’animation de la figure Voiture en grille 6×6
Figure voiture en grille 6×6 vue du public

La création de l’animation s’est faite sans problème. On peut en tirer comme enseignement trivial que le rendu  des lignes horizontale est meilleurs si on utilise les revo d’une même lignes et cela même si on doit décaler la ligne à droite ou à gauche. Ainsi le dessus du capot de la voiture est constitué de C2L3, C3L3 et C4L3 et quelque soit l’angle sous lequel le public regarde ce dernier voit toujours une ligne. En revanche le bout du capot à l’avant est constitué de C1L1, C1L2 et C1L3. On voit que c’est naturel car ils sont en colonne et la transformation est directe. Le rendu est parfait pour un observateur au centre mais sur les côté, le décalage dû au placement en grille de la colonne met en évidence la différence de profondeur (axe Y).

Illusion parfaite

La figure pour un observateur bien au centre dans le public présente un aspect sans défaut.

Vue intérieure

Prenez place derrière les commandes en prenant part au megateam grâce au caméras embarqués sur chaque pilote !

La réalité

Les caméras tournantes permettent de voir toutes le subtilités des décalages.

Voici la liste des caméras extérieures:


J’ai présenté ici la mise en place de la figure voiture en grille 6×6 en me focalisant uniquement sur le placement naturel des revo sans me soucier de la difficulté pour le coordinateur à transmettre des ordres simples aux pilotes.  Si vous voulez produire votre propre animation, vous pouvez vous rendre sur la page suivante où je distribue le modèle 3D permettant de réaliser les animations: source du modèle 3D

 

Figure megateam 6×6 la voiture (extrait en avant première)

David Morley ayant trouvé le revo distrait de l’animation sur les files, il avait gagné le droit de choisir l’animation suivante. Heureusement qu’il n’a pas choisi la fusée…. mais la voiture. C’est donc la voiture de Bob et Ginette que j’ai modélisé. En grille 6×6 cela donne une voiture un peu différente de ce que à Berck peut voir en grille 6×4. La voiture est un peu plus haute que d’habitude et avec ma règle de positionnement au plus parfait sans me soucier de la difficulté des ordres, le résultat est un peu surprenant pour les habitués de Berck.

Réalisation de l’animation voiture

Le rendu est en cours en voici un avant goût:


Pour ne pas rater la publication de l’article, pensez à vous enregistrer.

Figure mégateam 6×6 file ou bande

Je présente ici une figure de megateam dynamique: le défilement en bande ou file. Cette figure consiste à faire défiler les lignes, respectivement les colonnes, en sens contraire une sur deux. Par exemple la colonne 1 monte tandis que la 2 descend, la 3e monte et la 4e descend etc. Nous verrons que la position grille avantage le déplacement en colonne mais pas en ligne puis comment résoudre cette difficulté.

files verticales
files horizontales

Nous allons expliquer en détail comment réaliser cette figure mais voici ce que cela donne en animation:

Illusion parfaite

Déplacement en colonne

La placement en grille au sol, positionne les pilotes déjà en colonne. De plus les pilotes sont relativement proches grâce au placement décalé un coup à gauche un coup à droite. Le déplacement des revo en colonne montante ou descendante est de ce fait aisé car les revo restent tous dans la zone confortable de leur fenêtre pour monter ou descendre. Il n’y a aucune difficulté.

Files verticales

Déplacement en ligne

Le placement en grille des pilotes entraîne une grande distance entre les pilotes de chaque extrémité d’une même ligne. La placement grille fait des lignes plus longues par rapport aux colonnes. Les fenêtres de vent sont donc très différentes sur une ligne. On avait vu dans une des premières vidéos de cette série sur les megateams, que la fenêtre de vent était sphérique et donc il était parfois impossible au pilote d’une extrémité d’aller ne serait-ce qu’au centre de la fenêtre du pilote de l’autre extrémité. Comment alors faire défiler une ligne horizontalement tout en gardant tous les revo d’une même ligne dans une zone confortable de sa fenêtre de vent ?

chaque colonne reste dans sa fenêtre de vent
chaque pilote d’une ligne est dans une fenêtre de vent différente
Déplacement physique

Si le cerf-volant ne peut pas se déplacer autant que l’on veut, c’est le pilote qui se déplace. Ainsi la figure demande au pilote de se déplacer physiquement en ligne. Cela a pour effet de déplacer le revo le long de la ligne. En plus le pilote doit faire avancer, respectivement reculer, son revo pendant que lui-même se déplace. Ainsi le mouvement combiné de déplacement en l’air et au sol donne une grande amplitude au mouvement à la ligne.

Écartement dans les colonnes vs contorsion

Lors de ma participation aux entraînement de megateam à Berck j’ai observé que le déplacement physique des pilotes par ligne était gêné par la tête des pilotes de la ligne de devant qui entravait le déplacement des lignes. En effet en position grille un pilote d’une colonne n’est pas gêné par celui qui est devant car ce dernier est décalé sur le côté. Le pilote qui est dans son alignement dans la colonne est encore plus devant. Or avec la translation physique c’est le pilote décalé qui va lui passer devant. Sa tête va le gêner.

Ainsi j’ai pu voir des contorsions rigolotes à Berck où les pilotes se courbaient pour passer sous les lignes des pilotes juste derrière. Je pense que ces contorsions peuvent être évitées si on écarte les pilotes de chaque colonne. De plus c’est au pilote de derrière d’effectuer la manœuvre d’ écartement car il voit ses propres lignes et la tête du pilote devant lui.

Prise en compte de la vue perçue par le public

Cette manœuvre d’écartement doit être effectuée avant le mouvement de file. J’avais en premier lieu fait une simulation en maintenant la position perçue des revos par leur pilote dans le ciel mais cela engendrait une tassement des revo sur l’axe Z (verticale). En conséquence depuis la vue du public les ailes des revo de 2 lignes adjacentes semblaient se toucher. Ce qui n’est pas le cas car 2 lignes adjacentes sont décalées dans l’axe Y (profondeur). Je n’ai donc pas retenu cette possibilité pour des raisons esthétiques du rendu final pour le public.

Toutes ces considérations faites, voici la simulation vue de dessus:

Vue intérieure

Quelques vue des pilotes pour ce centre compte du travail de déplacement lors des files horizontales.

Réalité

Les caméras à vue tournante permettent de bien constater les décalages des fenêtres de vent.

Voici l’ensemble des caméras disponible:


Dans ce billet nous avons vu comment le déplacement physique des pilotes permet de gagner de la fenêtre de vent sur l’axe horizontal en donnant l’illusion qu’elle est plus large. D’ailleurs cette technique déplace le revo dans sa fenêtre 2D qui est la caractéristique habituellement acquise. Le déplacement des pilotes provoque souvent des rencontres les lignes et les têtes. L’espacement des colonnes permet de les éviter.

J’ai mis en téléchargement le source du modèle 3D. Vous pouvez créer vos propres animations et les partager avec la communauté des cerf-volistes. Cela va me permettre de levez un peu le nez de mon écran et aller voler un peu… le revo ça se passe aussi et surtout dehors !

figure megateam 6×6 files (extrait en avant première)

La prochaine animation que je vais faire sera consacrée aux files. Elle utilisera comme représentation de revo le modèle Djinn de Kiteforge. Je trouve la figure des files ou bande très intéressante surtout pour les files horizontales.

megateam 6×6 files verticales avec des Djinn !

Pour patienter pendant le rendu, voici une bande annonce:

Pour ne pas rater la publication de l’article, pensez à vous enregistrer.

WordPress Appliance - Powered by TurnKey Linux