Djinn en vent variable

Ce dimanche matin les averses des jours précédants avaient cessé et le vent annoncé entre 7 et 15 mph me fit sortir le Djinn semi-ventile.

L’objectif de la séance étaient de préparer un nouveau ballet suite à ma session de mardi dernier où je me trouvais plutôt moyen en Djinn sur mon ballet de 2017.

J’avais quelques idées mais j’étais sans doute trop optimiste au regard de ma maîtrise du vol avec le Djinn. Le ballet demande plus de précision que le megateam et je suis revenu à faire mes gammes: lignes droites, rotation, stop.

Le verdict fut sans appel. A berck j’avais travaillé les rotations pointes et j’ai alors remarqué une faiblesse dans la position stop BA vers la bas. Ma reprise de le rotation pointe était vraiment brouillone. Ici en rotation centre, le défaut était également présent.

La rotation

A force de décortiquer mes mouvements en rotation pointe, j’ai compris que je forçais sur le frein intérieur alors qu’il faut plutôt lâcher le frein extérieur. En rotation centré ce même défaut est pire avec le Djinn: il faut que je me débarrasse de ce reflex sans doute efficace avec le Revolution B-Serie mais pas bon avec le bridage du Djinn. J’avais d’ailleurs remarqué l’année dernière à Marseille que je faisais survirer le Djinn la première fois où je l’avais essayé.

Vent variable et tension de ligne

Comme le vent du jour était variable loin du vent de cinema de Berck, j’ai eu l’occasion de découvrir un effet de la souplesse des barres du Djinn:

  1. Ça permet d’encaisser les rafales
  2. Rend inopérant la mise en tension brutale des lignes

Ainsi en mouvement quand le vent faiblit brutalement j’ai tendance à tirer les 2 bras pour remettre de la tension. Avec le Djinn comme les barres sont souples, ce pompage quand il est trop fort tend les lignes puis au lieu de générer du vent relatif, est absorbé par la déformation du BA. Ce qui n’est pas l’effet souhaité !

En stop j’ai bien intégré qu’avec le Djinn il suffit dans un premier temps de lacher plus de frein pour tenir quand le vent faibli sans tirer les bras. Le pompage est ensuite utile seulement pour regonfler la poche.

En mouvement il faut appliquer le même principe. Baisse de vent, relâcher les freins. Il en est de même pour les démarrages vifs. Avec le Barresi je donnais un leger coup dans lignes (sorte de pompage) sans vraiment me soucier de relacher les freins. Avec le Djinn ce pompage ne fait que déformer le BA. Il me faut bien penser à lacher les freins: et vroooooom 😎

Ce fut une séance comme je l’aime…. en progression.

Séance de midi à Vincennes

Après ma courte séance au Djinn de dimanche dernier à Bagatelle je voulais m’entraîner un peu sur mon ballet de 2018. Ce dernier est constitué de figures simples mais que j’avais mis au point avec mon Barresi debut 2018 pour le CDF de mai 2018.

De l’eau a coulé sous les ponts depuis et je n’avais pas encore utilisé mon Djinn dans les conditions d’un ballet où il faut travailler le rythme et la précision.

Les conditions de vent me paraissaient tout à fait honorables. J’ai ressenti une désagréable impression de flottement dans les figures et encore je l’exécutait sans musique donc sans l’imperatif du tempo ! Il est vrai que j’avais trouvé à l’époque assez difficile mes entrainements pour caler mon ballet et j’y était arrivé au prix d’un très gros effort. Depuis mai 2018 j’avais ensuite mis de côté cette pratique très exigeante.

Il me reste moins d’un mois avant l’Air-genteuil où j’aimerai bien avoir un ballet à présenter. Si je ne suis pas prêt il y a d’autres festivals durant l’été mais je vais quand même essayer pour juin. Pour cela il va falloir que je refasse mes gammes avec le Djinn et que je consacre exclusivement mes séances à mon ballet… à moins que je n’ecrive un nouveau ballet sur mesure pour le Djinn…. voilà une idée 😎

Djinn à Bagatelle

3 semaines après mon dernier vol en Djinn à Berck, j’ai amené mon Djinn prendre l’air à Bagatelle, aire de jeu qui fut autrefois un lieu de rencontre des cerf-volistes de la region parisienne aux heures de gloire de cette pratique.

Il y avait au loin un revo RX et un petit cerf-volant d’enfant, signe que le spot n’est pas mort pour tous.

En réalité j’avais rendez-vous avec Christophe et Alban pour tester le vol en barre de 12. En effet après avoir sorti le Djinn j’ai troqué ce dernier pour un revo barre de 12 pour voler avec mes 2 acolytes du moment.

Christophe pensait que je n’arriverais pas à bien voler avec le revo d’essai sans des poignées longues mais je m’en sortais bien avec mes poignées classiques 13 pouces Revolution. En utilisant des poignées longues maison, le résultat fut décevant: trop de frein et au prix d’un effort d’adaptation énorme je volais mais avec une précision plus que médiocre.

J’en conclus que les poignées étant un élément de liaison entre le CV et l’anatomie du pilote, c’est un outil personnel avec lequel chaque pilote prend ses habitudes. C’est un peu le reglage du siège dans une automobile, chacun le sien pour qu’il se sente bien.

En poussant la réflexion plus loin, les poignées longues permettent un débattement plus important donc on fait des mouvements plus petits avec ces poignets. Cela necessite donc un contrôle plus fin de la part du pilote d’autant plus que le revo d’essai ne poche pas ou peu donc la pression de stabilité est moins perceptible à mon goût.

Au final ce couple revo tendu et poignées longues recquiert plus de sensibilité et de finesse dans le pilotage. J’ai des poignées longue que j’utilisais avec mon B-Zen. Je ne sors plus ce dernier de sa housse et je suis maintenant un habitué des poignées standards 13 pouces.

Le vent de travers était vraiment horrible. Cela m’a rappelé en plus de la distance (40 minutes aller) pourquoi je ne vais jamais sur ce spot. Un vent vraiment, vraiment pourri. A part s’entraîner pour pouvoir voler dans des lieux inattendus si on fait de la démo partout, ou bien dans le cas du vent de terre de Berck ou en compétition, Bagatelle en vent de travers c’est une torture.

J’ai terminé cette séance avec mon Djinn, que j’aime beaucoup. Signe du vent de film d’horreur toute la suite du Djinn y passa. J’ai commencé avec le ventilé puis je suis passé au semi pour finir au standard. Au fait l’axel est toujours aussi fantastique…😎

WordPress Appliance - Powered by TurnKey Linux