Nous avons évoqué le gainage des lignes la semaine dernière. Dans cet article je donne mon expérience en ce qui concerne la résistance des lignes.

Résistance

La résistance de la ligne exprimée en poids (kg) est la capacité de la ligne a résister à la force de traction du cerf-volant. Une ligne de 100 kg doit résister à un poids de 100 kg. Plus il y a de vent et plus la traction est grande. Cette règle doit cependant être affinée dans le cas d’un revo.

Traction d’un revo

Un CV monofil ou un 2 lignes, ont un angle d’incidence fixe (pendant le vol). La force de traction dépend alors directement et uniquement de la force du vent. On choisit donc la résistance de la ligne en fonction du vent.

Avec un revo l’angle d’incidence est variable. Cette force de traction est maximale quand on est en stop en pleine fenêtre a environs 30°. C’est dans cette position qu’il faut que la ligne tienne la charge.

Comme un revo possède 4 lignes, on prendre des lignes de plus faible résistance que pour un 2 lignes pour une surface alaire et un vent identique.

Résistance et trainée

Quand on veut augmenter la résistance, on augmente le nombre de fibres tissées pour constituer la ligne. Un ligne de résistance plus grande sera dont plus épaisse. Cela augmente la trainée: une force qui freine le cerf-volant.

Le tissage des brins entre-eux varie d’un fabriquant à l’autre. Ce tissage fait varier la résistance également. On comprend que si les fibres font plus de tours entre-elles alors pour une même longueurs de lignes, le diamètre sera plus gros et la lignes plus résistante. Ainsi une ligne de même résistance de 2 marques différentes pourra être de grosseur différentes.

On préférera en générale la ligne la moins grosse qui offre le moins de trainée.

Choix de la résistance

vent normal

Les lignes de 40 kg sont le standard de-facto que les pilotes utilisent pour les revo 1.5. Cette résistance permet de voler dans la majorité des vents. Dans mon cas j’utilise les 40 kg entre 6-7 mph et 20mph soit entre 10 km/h et 32 km/h.

Pour une résistance de ligne donnée, le fait de passer à un ventilé permet de réduire la traction et donc accroît la plage d’utilisation de la ligne.

vent léger

En vent faible, moins de 6mph soit moins de 10 km/h, je vole en 2 plumes avec un B-Serie et je préfère utiliser des lignes de 23 kg.

En effet plus le vent est faible et plus le « poids » réel des lignes devient perceptible. La traction devenant plus faible, la ligne n’est plus tendue et courbe sous son propre poids. Cela ajoute de la latence dans les commandes. En prenant des lignes de 23 kg au lieu de 40 kg, on réduit le poids réel de la ligne et son diamètre. Cela permet de retrouver des lignes tendues et la sensation de contrôle similaire à celle obtenue en vent plus fort avec des lignes de 40 kg.

vent fort

Par vent fort on peut peut-être tenté d’utiliser des lignes de plus grande résistance. J’ai ainsi un jeu de lignes de 68 kg que je sors avec le ventile dans des vents de plus de 20 mph (32 km/h).

Cependant je trouve que ce n’est pas vraiment nécessaire car en ventilé la traction est très réduite. Les 68 kg deviennent vraiment utiles quand on est obligé de mettre les 4+3 plumes avec un barresi ventilé. C’est-à-dire entre 25 et 30 mph soit entre 40 et 48 km/h.

Le chant de la ligne

Je n’ai jamais cassé de ligne ni entendu quelqu’un l’avoir fait en revo. Il y a cependant une « légende » sur le chant de la ligne qui siffle et ce serait un indicateur du moment où il est temps de passer à une résistance supérieur.

Le chant de la ligne n’est pas une légende. Des tourbillons de sillage alternés dits de « Bénard-Karman » se forment sur les objets cylindriques comme les tours de cheminée, les pylônes, les pieds de plateformes pétrolières en mer, les antennes de voitures etc. Ces tourbillons font vibrer ces structures et peut provoquer leur rupture. La solution retenue est d’ajouter des ailettes le long de ces structures. La ligne peut être assimilée à un cylindre et il se pourrait bien que soit mis en jeu un tel phénomène.

Quand changer de ligne

De manière pratique, voler en 40 kg. Si en 40 kg la ligne commence à se courber alors que le vent faibli, c’est le signe qu’il faut passer en 23 kg. En revanche si on est en 23kg est que la ligne commence à siffler, il faut sans doute passer en 40 kg. Si vous étiez en 40 kg et que vous entendez le chant de la ligne, passez en 68 kg.


Les lignes c’est comme la suite standard, semi-ventilé et ventilé. Quand on débute on ne comprend pas trop à quoi cela peut bien servir. Dès que l’on veut voler dans de larges conditions, la suite des 3 revo s’impose. En revanche le fait d’avoir du 23 kg semble moins évident pour certain mais cela fait vraiment la différence en vent faible. Rien ne sert d’avoir un SUL si on reste en 40 kg. Personnellement le standard 1.5 en 2 plumes en 23 kg me donne entière satisfaction en vent faible.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :