Manche sélective de Nantes

Show de vent organisait sa première manche de championnat sur l’hippodrome de Nantes. Je parti tôt de région parisienne car je ne voulais pas être en retard pour ma première compétition extérieure.

image

Parti à 6h00 je n’ai rencontré  aucun bouchon, juste le temps de faire un détour pour déposer mon passager covoitureur bien utile pour partager les frais du déplacement. Une nappe de brouillard m’a fait craindre une pétole mais une fois arrivé…

image

… Un ciel parsemé de bleu et un vent généreux m’accueilli à 10h pétantes.

image

Je sorti mon Barresi STD en gardant les 2 plumes pour aller répéter les figures. Les juges ne tardèrent pas à arriver alors que le vent chutait. J’ai bien fait de ne pas avoir monté les 3 plumes.

Lors du briefing j’eu confirmation que la fameuse MIF02 était  manquante bien que présente sur le site de la FFVL. Comme elle n’était pas dans le ISK elle fut retirée de la liste. Finalement la MI02, MI13 et MI21 furent choisies comme figures imposées. Émargement, paiement de l’inscription de 5€ pour le club organisateur, ça y est je suis dans la cours des grands !

Dans cette manche j’ai bien failli être encore le seul dans la catégorie 4 lignes mais heureusement qu’il y eu un autre pilote en lice. Après avoir patienté que les 2 lignes passent, le premier pilote 4 lignes eut juste le temps de faire les imposées avant que le vent ne passa en dessous des 4 km/h réglementaire. On arrête.

De toute facon c’est l’heure de manger:

image

À la reprise le vent était capricieux et faiblard. J’ai raté mon MI21 et lors de ma routine j’ai souffert le martyr . La 2e manche fut plus réussie mais j’ai terminé 2nd….. sur 2. Pour une fois que je ne gagne pas, ça me change et me donne dejà des points pour la selection 2018. Le premier m’a généreusement cédé le trophée récompense qui me fera un souvenir.

image

Les enseignements que je retiens de cette première compétition: tout d’abord c’est un excellent moyen de rencontrer d’autres pilotes autour d’un objectif commun de performance. Ensuite le travail personnel pour réussir à être le meilleur  (oui c’est une competition) donne un objectif et permet de progresser. Enfin, c’est accessible. Je m’explique. Il y a plein de pilotes balèses qui ne font pas la compétition donc il y a de la place pour les moins balèses ! Une dernière chose: préparer sa routine, l’improvisation totale n’a pas sa place en compétition. Le mieux c’est une routine pour les vents forts et une pour les vents faibles.

Alors lancez-vous ! C’est chouette, formateur et ça peut rapporter gros…. enfin dans le monde du cerf-volant, hein !

Juste pour le plaisir… CC-BY-SA