Préparation d’un ballet de cerf-volant pilotable

Lorsque l’on fait du cerf-volant pilotable devant un public ou en compétition, l’évolution en musique ou ballet est une obligation que le cerf-voliste novice n’appréhende pas naturellement. Le ballet implique en effet un niveau de discipline superieur et une fibre artistique qui n’est pas donnée à tous.

Depuis un an je m’efforce en salle de préparer mes ballets avec une certaine méthode que j’applique depuis une semaine à la préparation du championnat de France outdoor. Cette méthode est assez systématique et se décompose en 5 étapes:

  1. inventaires des déplacements élémentaires et des motifs
  2. choix d’une musique
  3. placement des motifs principaux
  4. ajout des motifs de liaison
  5. Entraînement

Inventaires des motifs

Écrire un ballet est analogue à l’écriture d’un livre. Les mots sont les mouvements de bases ou motifs. L’écrivain doit connaître des mots donc le cerf-voliste doit connaître des motifs. C’est pourquoi en premier lieu il faut faire la liste de ce que l’on sait faire.

Choix de la musique

La liste des motifs guidera le choix de la musique. Ainsi des motifs avec de nombreux changements de directions seront plus adaptés à un tempo rapide et des motifs amples sans doute plus adaptés aux tempo lents. Souvent les refrains porteront les motifs clés du ballet c’est-à-dire les mouvements que nous allons obligatoirement placer dans le ballet car ils correspondent à ce que l’on pense être de plus spectaculaires ou artistiques à présenter.

Placement des motifs principaux

La musique étant choisi et les motifs clés en place sur les refrains, il faut placer les motifs principaux. Il s’agit de sélectionner parmi nos motifs ceux qui s’insèrent bien dans les éléments de la musique. Il s’agit par exemple du début de la musique ou de certains passages des couplets.

Il ne faut pas chercher à écrire le ballet de A à Z d’une traite mais placer les motifs principaux uniquement

Une erreur est de vouloir absoluement placer tout son catalogue de motifs dans un ballet. La musique que l’on a choisie n’est pas extensible et ne se prête peut être pas à tous les motifs. Il faut savoir ne pas mettre un motif mêmes si on l’aime bien si jamais il ne rentre pas dans les phrases musicales.

Ajout des motifs de liaisons

Les motifs principaux sont dispersés dans la fenêtre. Pour les enchaîner il va falloir déplacer le cerf-volant en utilisant des motifs de liaison. Il peut s’agir de motifs de son catalogue que l’on n’a pas encore choisis ou bien simplement de lignes droites !

Entraînement

La préparation du ballet se fait en situation pour le choix de la musique et le calage des motifs principaux. En effet c’est sur le terrain, en vol que l’on prend mieux en compte sa propre capacité à réaliser un motif sur un tempo donné. Même si on visualise mentalement un ballet en écoutant une musique, l’épreuve du vol à le dernier mot.

Une fois les motifs principaux et la musique choisie, les motifs de liaison sont en générales plus simples et ne poseront pas de difficulté de réalisation. On peut alors se contenter d’une écriture mentale ou sur papier avant d’aller vérifier en vol.

Ensuite quand tout est prêt ou presque (même si toutes les liaisons ne sont pas choisies) il faut répéter le ballet pour l’assimiler. Cela peut se faire en dehors du terrain en écoutant la musique et en visualisant mentalement le ballet. Personnelle cette préparation mentale me permet d’apprendre mon ballet pendant mes heures de transports quotidiens.

Ronde des vents 2018

Le club le vent de Bray-dunes organise son 5 festival intitulé La ronde des vents. Il se tiendra du 18 au 21 mai 2018.

Je suis allé à ce festival en 2015 et 2016. Cette année ce sera en tant que compétiteur car la FFVL a confié à Le vent de Bray-dunes le soin d’organiser le championnat de France de Cerf-volant accrobatique et ayant été sélectionné je vais m’y rendre en cette qualité. Ce sera pour moi l’aboutissement d’une année de préparation qui fut bénéfique en progrès de pilotage. La pression de la compétition ne durera que les 2 premiers jours pour laisser place à la détente les 2 jours suivants.

Les inscriptions pour tous les festivaliers sont ouvertes depuis aujourd’hui et jusqu’au 18 mars à cette adresse //inscription.larondedesvents.fr/

Règlement compétition indoor – Cramayailes

La FFVL a publié le nouveau règlement de la compétition Indoor. Le règlement datait de 2005 et a été mis à jour le 22 janvier. Articles similaires

Source : Règlement compétition indoor – Cramayailes

Rainy day

Le niveau 8 du club 38 doit se mériter. En effet si les stop et les slides ne sont à priori pas compliqués il faut néanmoins avoir de quoi faire des stop. La menace de la pluie n’allait pas m’arrêter.

Le vent annoncé à 5 mph avec des rafales à 17 ne fut hélas pas au rendez-vous. Je mesurais à  peine 3 mph et adieu les rafales. Je ne pouvais pas tenir le stop BA en haut en 2 plumes.

Finalement la séance se transforma en entraînement en petit vent. Rien ne se perd tout se transforme. 

L’enseignement de cette session c’est qu’en vent faible, l’humidité ou même une pluie fine annihile complètement mes efforts. Or en compétition je dois pouvoir voler à 4 km/h soit 2.5 mph. Ce n’est pas gagné et carrément hors de ma portée si c’est humide.  Vais-je devoir me faire un SUL 1.5 ?

C’est parti pour 2018

image

Après une année 2017 consacrée aux sélections au CDF, je remets ça pour 2018. L’année écoulée fut riche en progression et en rencontre avec les cerf-volistes du circuit dans toutes les régions de France, comme avec la Paire Is’Air, et même du monde avec les italiens et John Barresi (USA) au festival de Marseille. La compétition amène un nouveau souffle à ma pratique mais le plaisir du vol reste le moteur principal, alors rendez-vous en 2018 sur les terrains !

Juste pour le plaisir… CC-BY-SA

Regardez “Manche sélective Nantes 2017” sur YouTube

Juste pour le plaisir… CC-BY-SA

Manche sélective de Nantes

Show de vent organisait sa première manche de championnat sur l’hippodrome de Nantes. Je parti tôt de région parisienne car je ne voulais pas être en retard pour ma première compétition extérieure.

image

Parti à 6h00 je n’ai rencontré  aucun bouchon, juste le temps de faire un détour pour déposer mon passager covoitureur bien utile pour partager les frais du déplacement. Une nappe de brouillard m’a fait craindre une pétole mais une fois arrivé…

image

… Un ciel parsemé de bleu et un vent généreux m’accueilli à 10h pétantes.

image

Je sorti mon Barresi STD en gardant les 2 plumes pour aller répéter les figures. Les juges ne tardèrent pas à arriver alors que le vent chutait. J’ai bien fait de ne pas avoir monté les 3 plumes.

Lors du briefing j’eu confirmation que la fameuse MIF02 était  manquante bien que présente sur le site de la FFVL. Comme elle n’était pas dans le ISK elle fut retirée de la liste. Finalement la MI02, MI13 et MI21 furent choisies comme figures imposées. Émargement, paiement de l’inscription de 5€ pour le club organisateur, ça y est je suis dans la cours des grands !

Dans cette manche j’ai bien failli être encore le seul dans la catégorie 4 lignes mais heureusement qu’il y eu un autre pilote en lice. Après avoir patienté que les 2 lignes passent, le premier pilote 4 lignes eut juste le temps de faire les imposées avant que le vent ne passa en dessous des 4 km/h réglementaire. On arrête.

De toute facon c’est l’heure de manger:

image

À la reprise le vent était capricieux et faiblard. J’ai raté mon MI21 et lors de ma routine j’ai souffert le martyr . La 2e manche fut plus réussie mais j’ai terminé 2nd….. sur 2. Pour une fois que je ne gagne pas, ça me change et me donne dejà des points pour la selection 2018. Le premier m’a généreusement cédé le trophée récompense qui me fera un souvenir.

image

Les enseignements que je retiens de cette première compétition: tout d’abord c’est un excellent moyen de rencontrer d’autres pilotes autour d’un objectif commun de performance. Ensuite le travail personnel pour réussir à être le meilleur  (oui c’est une competition) donne un objectif et permet de progresser. Enfin, c’est accessible. Je m’explique. Il y a plein de pilotes balèses qui ne font pas la compétition donc il y a de la place pour les moins balèses ! Une dernière chose: préparer sa routine, l’improvisation totale n’a pas sa place en compétition. Le mieux c’est une routine pour les vents forts et une pour les vents faibles.

Alors lancez-vous ! C’est chouette, formateur et ça peut rapporter gros…. enfin dans le monde du cerf-volant, hein !

Juste pour le plaisir… CC-BY-SA

Compétition

Ça y est je me lance… En compétition extérieure. Pas la peine de tourner autour du pot: je suis avant tout un pilote extérieur qui fait aussi de l’indoor.

Les conditions pour accéder à la compétition se sont assouplies. N’étant plus restreint à sa ligue régionale, tout licencié peut s’inscrire aux manches devenues sélectives. Une aubaine !

image

Me voilà prêt à en découdre avec les cerfs-volistes de toutes les régions. Juste pour le plaisir…..

Posté avec WordPress pour Android

Mes cerfs-volants

Le pirate

Un petit delta plat avec lequel le virus du bout de tissu volant m’a contaminé en avril 2012. Ce monofil à l’air simple comme ça mais sa forme plane le rend un poil plus compliqué qu’un eddy qui possède un dièdre lui procurant plus de stabilité. D’ailleurs après avoir changé la ligne pour une plus longue, j’ai malheureusement déplacé le point d’accroche en changeant de ligne, ce qui a modifié l’angle d’incidence du cerf-volant: résultat il fait des ronds dans le ciel !

Le Mojo

Mon premier 4 lignes fut un Mojo de HQ Kite. Ce modèle économique permet d’apprendre les bases du pilotage i.e. le maniement des commandes mais ne permet pas d’apprehender la mise en pression de la voile et donc le vol en petit vent. Ce cerf-volant est joueur, comprendre par là qu’il est très réactif et court dans tous les sens !

Le revo Indoor

Quand il est fait froid ou que les conditions climatiques ne donnent pas envie de mettre le nez dehors, le vol en salle est la solution. Grâce au club Cramay’Ailes j’ai découvert le vol en salle ou vol indoor comme on dît. Les sensations sont radicalement différentes de celles du Mojo. Ici le vol est tout en douceur, presqu’en apesanteur. Une vrai machine à stopper le temp !

Le Revo B-Zen Pro

Le dernier né de la marque Revolution, le B-Zen est un grand cerf-volant, taillé pour le vol en petit vent. Frustré par les fois où j’ai dû renoncer à voler avec le Mojo à cause du manque de vent, le B-Zen est la solution. Ce Super Ultra Léger (SUL) est ce qui se fait de mieux pour voler par pétole (pas de vent). En ce moment c’est sur ce cerf-volant que je pratique.

Le Revo Barresi

Ce cerf-volant Revolution est une déclinaison du revo 1.5 arrangé à la sauce John Barresi, la référence en matière de quatre lignes. C’est un outil passe partout pour voler dans une large gamme de vent du petit vent au vent soutenu. Il risque de sortir souvent de la housse.
Revo Barresi

un semi-ventilé maison

Acheté à un cerfvoliste qui vidait sa housse… c’est un revo SLE en barre EXP avec une ventilation maison. Faute de mieux il me permet de voler quand ça souffle un peu.
image

Barresi Ventilé

Arrivé l’an dernier dans mon sac à cerf-volant: un barresi ventilé. Il permettra d’être à l’aise par des vents de 20 à 30 mph.

image

Barresi standard

Afin de remplacé mon vieux Barresi STD rouge et noir qui accuse le temps, un neuf est venu aggrandir ma famille de révo.

Barresi semi-ventilé

En compétition il vaut mieux avoir des cerfs-volants identiques qui ne changent que dans la ventilation. Le semi-ventilé maison n’étant pas un barresi, son pilotage est différent. J’ai donc investi dans un Barresi semi-ventilé. Le sac commence a être bien plein !