La séparation

Après plus de 4 ans de service mon Revo Barresi standard s’en est allé vers une nouvelle vie. C’est avec un petit pincement au coeur que je le laisse partir car c’était mon premier 1.5 avec lequel j’ai volé depuis 2013.

Certes depuis l’arrivée de mes revo blancs, il aurait dû prendre sa retraite et ne sortait que très rarement mais je le gardais monté en 2 plumes tant je ne voulais pas me séparer de lui. Il a terminé son service sur mon dernier niveau du Club 38 en fin d’année. Quelle belle fin !

Mon sac n’étant pas extensible à l’infini et devant accueillir une nouvelle recrue, j’ai donc offert une nouvelle vie dans d’autres mains. Il ne sera pas seul puisqu’il part avec mon Revo semi-ventilé maison qui ne sortait plus du tout depuis qu’un Barresi semi-ventilé était arrivé.

C’est une page qui se tourne avec nostalgie pour moi et une histoire qui commence pour un pilote qui sera heureux de posséder 2 revo. Rien ne sert d’avoir des doublons, je ne suis pas collectionneur, je suis un pilote.

Au revoir et à peut-être un jour sur un terrain !

Club 38 level 8 revisité

Ma prestation n’avait pas convaincu tout le monde. Il est vrai que formellement mes rotations à 45° auraient dûes être décomposées. De plus les rafales avec le 2 plumes avaient rendu mes stop peu précis. 

Aujourd’hui à la faveur d’un vent plus fort annoncé 10mph avec des rafales à 18 mph. Comme d’habitude optimiste car je constatais sur place seulement un 8 mph en moyenne avec de rafales à 12-13 mph. Un vent qui me fit sortir le 3 plumes en standard ce qui promettait de m’éviter les déformations de structures.

Globalement plus de vent aujourd’hui qu’hier ce qui m’a permis de mieux realiser les rotations mais en vitesse moyenne  le 3 plumes était parfois un peut lourd pour moi. Il va falloir que je travaille ça car cela montre que dans certaines zones de la fenêtre je ne maitrise pas toutes les trajectoires. 

C’est bien l’intérêt de ce genre de challenge ou des figures imposées en compétition: voler comme on doit et pas comme on veut. Comme on veut nous fait choisir la facilité de ce que l’on sait faire alors que comme on doit nous pousse à progresser.

Après plusieurs prises qui je jugeais pas trop mal, je m’adonnai à un petit quart d’heure mérité de vol libre. Ça fait du bien aussi.

Un gentil toutou est même venu se laisser taquiner par mon Revo.

Juste pour le plaisir.

Vent léger à Courcouronne

Fin de la période semi-ventilé. Ce soir un vent léger mesuré à 6 mph constant avec quelque rafale à 9 mph. Ce type de vent m’aurait fait choisir le 2 plumes mais je voulais vraiment travailler la mise en pression. J’ai donc pris le standard 3 plumes.

image

Le vent était bien léger, je pense qu’il descendait parfois sous les 6 mph. Le standard 3 plumes tenait bon avec quelques efforts tout de même.

image

Ici une petite vidéo qui montre que en 3 plumes à moins de 6 mph en fin de séance, je dois y mettre du mien.

Juste pour le plaisir… CC-BY-SA

Mes cerfs-volants

Le pirate

Un petit delta plat avec lequel le virus du bout de tissu volant m’a contaminé en avril 2012. Ce monofil à l’air simple comme ça mais sa forme plane le rend un poil plus compliqué qu’un eddy qui possède un dièdre lui procurant plus de stabilité. D’ailleurs après avoir changé la ligne pour une plus longue, j’ai malheureusement déplacé le point d’accroche en changeant de ligne, ce qui a modifié l’angle d’incidence du cerf-volant: résultat il fait des ronds dans le ciel !

Le Mojo

Mon premier 4 lignes fut un Mojo de HQ Kite. Ce modèle économique permet d’apprendre les bases du pilotage i.e. le maniement des commandes mais ne permet pas d’apprehender la mise en pression de la voile et donc le vol en petit vent. Ce cerf-volant est joueur, comprendre par là qu’il est très réactif et court dans tous les sens !

Le revo Indoor

Quand il est fait froid ou que les conditions climatiques ne donnent pas envie de mettre le nez dehors, le vol en salle est la solution. Grâce au club Cramay’Ailes j’ai découvert le vol en salle ou vol indoor comme on dît. Les sensations sont radicalement différentes de celles du Mojo. Ici le vol est tout en douceur, presqu’en apesanteur. Une vrai machine à stopper le temp !

Le Revo B-Zen Pro

Le dernier né de la marque Revolution, le B-Zen est un grand cerf-volant, taillé pour le vol en petit vent. Frustré par les fois où j’ai dû renoncer à voler avec le Mojo à cause du manque de vent, le B-Zen est la solution. Ce Super Ultra Léger (SUL) est ce qui se fait de mieux pour voler par pétole (pas de vent). En ce moment c’est sur ce cerf-volant que je pratique.

Le Revo Barresi

Ce cerf-volant Revolution est une déclinaison du revo 1.5 arrangé à la sauce John Barresi, la référence en matière de quatre lignes. C’est un outil passe partout pour voler dans une large gamme de vent du petit vent au vent soutenu. Il risque de sortir souvent de la housse.
Revo Barresi

un semi-ventilé maison

Acheté à un cerfvoliste qui vidait sa housse… c’est un revo SLE en barre EXP avec une ventilation maison. Faute de mieux il me permet de voler quand ça souffle un peu.
image

Barresi Ventilé

Arrivé l’an dernier dans mon sac à cerf-volant: un barresi ventilé. Il permettra d’être à l’aise par des vents de 20 à 30 mph.

image

Barresi standard

Afin de remplacé mon vieux Barresi STD rouge et noir qui accuse le temps, un neuf est venu aggrandir ma famille de révo.

Barresi semi-ventilé

En compétition il vaut mieux avoir des cerfs-volants identiques qui ne changent que dans la ventilation. Le semi-ventilé maison n’étant pas un barresi, son pilotage est différent. J’ai donc investi dans un Barresi semi-ventilé. Le sac commence a être bien plein !