Semi-ventilé à Longjumeau

Vent d’Est nord est aurait dû m’envoyer à Brie mais parcourir 30 km n’est pas très efficient quand on ratique une activité nature qui s’efforce d’utiliser au mieux le vent. Finalement je suis allé à Longjumeau qui se trouve à 12 km.

image

Le vent était orienté différemment des prévisions. Peut-être que la forme vallonnée des lieus y est pour quelque chose. En tout cas le vent oscillait entre 8-12 mph avec des max à 17 mph. Comme les arbres bloquaient un peu le vent, ce dernier avait parfois des trous.

image

Par rapport à hier le vent était plus fort donc j’ai sorti le semi-ventilé car beaucoup de commentaires le décrivent comme ayant une plage de vent basse étonnante. Je confirme. Le semi-ventilé vole très bien dans une dizaine de mph en 3 plumes.

image

Quand le vent chutait les 2 plumes auraient étaient cependant un meilleur choix mais en tout cas je ne vais plus avoir de réticences à sortir le semi-ventilé des que les rafales atteignent ou dépassent 15 mph. J’avais pris la mauvaise habitude de garder le standard jusqu’à 15-16 mph mais c’est en fait trop. Le semi-ventilé 3 plumes sera maintenant mon choix privilégié au delà de 12 mph ou en cas de rafale au delà de 15  mph.

Enfin la séance fut dédiée au ballet mais c’est une autre histoire j’étais tellement content de mon semi-ventilé…

Juste pour le plaisir… CC-BY-SA

Vent pourri à Draveil

Il fait tellement chaud en se moment que je préfère attendre que le soleil baisse pour aller m’entraîner après 18h. Windguru.cz prévoyait un vent de nord nord est de 6 à 9 mph. Un vent ideal pour travailler mon ballet. Direction Draveil. Sur place une mesure annonçait le vent le plus pourri que j’ai jamais vu: 2 à 16 mph ! Quel CV choisir pour ce vent ? Là je sèche.

J’ai d’abord  pris le standard 3 plumes mais trop lourd j’ai alors sorti le standard 2 plumes (mon vieux Barresi). Cela volait mais quand le vent chutait à 2 mph il n’y avait rien à faire. Dans de telles conditions un SUL comme mon B-Zen serait approprié mais quid des passages au delà de 6 mph ? Et puis je voulais surtout me préparer en 1.5 donc je n’ai pas voulu sortir le Zen qui a un contrôle particulier

Vent pourri mais séance pas perdue pour autant. A Berck j’ai remarqué que les autres pilotes rangeaient leurs lignes plus rapidement que moi: j’ai 2 petites plaquettes. J’ai passé la fin de la séance à dérouler mes lignes pour les enrouler sur des grandes plaquettes et en mettant les 4 sur une même plaquette. Gain de temps au remballage !

Juste pour le plaisir… CC-BY-SA

Juste pour le plaisir… CC-BY-SA

Séance aux buttes de Courcouronne

Voulant tester une nouvelle musique de ballet, le vent d’Ouest-Sud-Ouest me conduisit jusqu’au buttes de Courcouronne, spot officiel de la FFVL.

image

Les parapentistes étaient de sortie. En effet le vent soufflait à  une bonne 10aine de mph. Le Barresi STD sorti de la housse. Le vent bien orienté offrit une bonne base de travail. Je me mets même à apprécier les défauts du vent comme autant de préparations aux conditions de la compétition.

image

La séance fut courte. J’ai juste eu le temps de constater que ma nouvelle musique n’est pas si facile à mettre en oeuvre. En fin de séance j’ai décidé de revoir l’égalisation.  Ça avait un peu bougé. Finalement j’ai opté pour remettre toutes les lignes à la même longueur: réglage d’origine des révos. Quelques heures d’adaptation à venir.

Une séance d’une grosse heure…

Juste pour le plaisir… CC-BY-SA

Mon premier ballet en compétition

Aujourd’hui à Fontenay, se déroulerait une manche sélective du championnat de France 2018. Retour sur cette journée de compétition au format complet: figures imposées, routine et ballet.

image

Tout d’abord je ne vais plus me préoccuper des figures imposées. J’arrive à les passer toutes…. si le vent ne me contrarie pas.

image

L’axe de travail sera la routine et le ballet. Cette fois-ci je m’en suis mieux sorti pour la routine par rapport à Nantes même si elle était improvisée. En revanche mon ballet a été décevant.  Comment pouvait-il en être autrement ? Je n’avais pas eu le temps de le travailler. Mission: routine car je crois que cela m’est accessible.  Le ballet qui ne compte pas pour les sélections ( ni le championnat ?) en second lieu. A ce propos la musique ne doit pas durer plus de 4 minutes. La mienne est trop longue.

image

Ce fut aussi la première fois que je me suis mis à  être attentif au vent: changeant de monture juste avant mon passage. La compétition ça stresse un petit peu: il faut un CV pas trop lourd pour tenir dans le vent mais pas trop léger pour ne pas casser. Une compétition c’est comme un examen !

image

Le résultat de cette manche sélective n’a que peu d’intérêt pour moi. Le plus important dans cette journée c’est l’expérience et l’enseignement que j’en tire. Je suis bien motivé pour voler tous les jours jusqu’à ce que la routine et le ballet soient au top !

image

Juste pour le plaisir… CC-BY-SA

Manche sélective de Fontenay

La manche sélective au championnat de France a débuté matin. Vent agréable mais un petit trou lors de mon passage. Difficulté avec laquelle tout compétiteur doit composer.

Les figures imposées se sont bien déroulées, ma routine technique non préparée était plutôt décevante. Cette après midi le ballet sera je l’espère mieux.. à condition que le vent ne faiblit pas.

image

image

image

image

Juste pour le plaisir… CC-BY-SA

Préparation de ballet

En solo, l’épreuve du ballet en compétition n’est pas à sous-estimer. L’improvisation cache surtout un manque de préparation.  Le ballet étant une épreuve artistique où le CV doit danser sur la musique, il ne souffre d’aucune improvisation car même si on connaît par coeur la musique il faut que les figures s’enchaînent correctement.

Devant mon manque de préparation évident pour l’épreuve de samedi, j’ai pris le taureau par les cornes. Reposant les bases: choix de la musique à structure simple et répétitive de préférence afin de pouvoir placer des temps pour dérouler les figures sans risquer d’être hors tempo. En réalité j’ai opté pour 2 musiques de ballet: une lente et l’autre plus rapide. Ce sera en fonction du vent. Dans un premier temps je vais préparer le ballet lent car il pourra toujours être jouer avec un vent plus fort. Avantage du révo sur les 2 lignes !

Ensuite j’ai fait le point sur les figures que je sais faire. Ce n’est pas forcément très varier mais en y ajoutant les variantes montante et descendante  ainsi que les marches arrières j’arrive à une petite panoplie qui tiendra facilement dans la durée de la musique.

image

image

Il me reste à trouver une séquence refrain à placer sur…. les refrains justement. Je ne serai  pas prêt pour samedi mais le défi est de longue haleine et je vise la manche de sélection en octobre donc j’ai le temps.

Juste pour le plaisir… CC-BY-SA

Dernière préparation avant Fontenay

image

Samedi il y aura une manche de sélection au championnat de France. J’ai consacré 2 heures pour travailler dans un vent un peu fort à Draveil.  En effet à Cayeux j’ai remarqué un de mes points faible: le vol en vent soutenu. Les lignes droites ne le sont plus, les positions pas bien tenues… bref je ne sais pas bien voler en vent fort. Or la compétition c’est savoir voler dans la météo de la compétition.

image

Une séance studieuse où je n’ai malheureusement pas eu le temps de préparer le ballet. Le chemin est encore long dans ce milieu.

Juste pour le plaisir… CC-BY-SA

Samedi au 20e Festival de Cayeux-sur-mer

Comme à mon accoutumé, je ne rate pas une occasion d’aller voler sur un festival. Ce n’est pas 3 heures de routes qui vont me faire peur tant que la santé le permet.

image

Les prevesions météo avaient changé mais l’engagement était déjà pris. Vers 11h me voici donc sur la “plage”.

image

Les cerfs-volants étaient déjà tous en l’air.

image

Du static mais pas beaucoup de pilotables. Je ne compte pas les Nasa wing qui sont des voiles de traction et pas des pilotables de précision. Comme mon anémomètre est hors service j’ai dû me fier aux premières prévisions qui désignaient le semi-ventilé comme l’élu qui allait sortir de mon sac.

image

Mon nouveau Barresi prenait donc l’air pour la première fois ailleur que sur mes spots d’entraînement. La zone de vol bien occupée par les statics et les nasa wing ne me permit de sortir que les lignes courtes de 15m.

Ce fut une expérience décevante. Je n’ai pas du tout l’habitude des lignes courtes car je ne vole qu’en 37m.

image

Mon nouveau revo fut essayé aussi. Ce n’était pas les lignes courtes qui intriguaientt mais l’effet de la ventilation du semi-ventilé.

image

Les grosses structures étaient bien représentées voire un peu trop… mais où sont les pilotables ! Depuis quartier général  (ma tente quesha) j’avais une bonne vue sur:

image

Et sur:

image

Très original ce dernier.

Lors des démonstrations de l’après-midi  j’ai eu l’occasion de sortir le ventilé. Le vent avait visiblement gagné en intensité.

image

Le ventilé en 70kg était bien à son aise si ce n’est qu’avec le vent qui avait tourné, les grosses structures venaient empiéter sur la zone de vol.

image

J’ai volé jusqu’à 18h, le vent très fort avait découragé les autres. Le terrain central libéré devenait une terrain de jeu.

image

Je fus rejoins en 4 lignes:

image

Pas beaucoup de copains révolistes en ce samedi pour le 20e Cayeux-sur-mer mais le déplacement en valait la chandelle.

Juste pour le plaisir… CC-BY-SA