Dérogation exceptionnelle pour le CDF 2018

La vient d’octroyer une dérogation à un pilote pour participer au alors que ce dernier n’a pas fait les manches sélectives en 2017. Comment pouvons nous analyser ce choix ?

Tout d’abord il n’est pas question de parler de personne et de remettre en cause l’argument du palmarès du pilote qui a justifié cette sélection. Cette décision de la FFVL doit être analysée sous un angle plus large.

La commission a connu récemment quelques remous dont les manifestations visibles étaient là défection des pilotes à cause de la forme des manches régionales et de la disparition de la valeur des titres régionaux.

Il semble que la volonté de la FFVL de promouvoir des pilotes au niveau national avec les manches qualificatives sans restriction de région, va au delà du contexte national mais vise à promouvoir le CV français au niveau européen. Ainsi la FFVL aurait pour le pilote dérogataire des ambitions qui vont au delà du simple championnat national en lorgnant plutôt sur le championnat d’Europe. Pas sûr que cela plaise au nombreux pilotes qui boudent déjà le CDF.

Ensuite cette dérogation jette un peu de discrédit sur notre sport vis-à-vis du public. En effet même pour des raisons indépendantes de sa volonté une personne qui ne se présente pas à son entretien d’embauche laisse sa place à une autre même si l’autre est moins compétente. En soi même si les précautions prises par le communiqué insistent sur le caractère exceptionnel de la décision, elle n’aurait pas dû être prise. Pourquoi l’a-t-elle été ?

Un élément de réponse est à chercher dans la défection générale des pilotes pour le CDF. Par le passé au moment même de la tenue du CDF on cherchait des pilotes pour gonfler le rang des prétendants en lice…. Le nombre d’inscrits à Bray-dune n’est-il pas à la hauteur des espérances ? A vouloir viser une sphère internationale au détriment des régions le français ne s’assure pas plus de légitimité que ceux décriés qui font leur championnat du monde à eux.

La légitimité est un élément non pris en compte. La personne peut être très compétente mais nous ne sommes plus au moyen-âge, l’approche top-down est révolue. Dans notre monde hyper-connecté la légitimité ne se décrète pas entre spécialistes mais par la base. Citons pour l’exemple le cas de Steff FERMÉ pressenti par RevKite pour représenter le . Sa nomination avait soulevée quelques protestations car il n’avait pas le titre de Maître révolution. Du coup ce dernier même si il a un palmarès légitime, a refait les examens pour justifier de son rang aux yeux de tous, les anciens qui connaissent son palmarès et les autres.

Le monde du cerf-volant est actuellement très petit comme le montre les réactions provoquées par les initiatives jugées dissidentes comme Addict Kite ou le club 38. Pourtant le succès des celles-ci démontre bien ce que veulent les pilotes. Ces initiatives sont même de bonnes augures en montrant que d’autres voies sont possibles au delà du carcan établi. Le monde du cerf-volant francais est petit surtout si on le regarde avec des oeillères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.