Égalisation des lignes

Dans mes vols précédents, je trouvais qu’au point neutre de mon CV, mes poignets n’étaient pas bien symétriques. Cela ne me gênait pourtant pas car si je n’avais pas regardé mes poignées je ne m’en serais pas rendu compte. Signe que je m’étais habitué à ce décalage.

Aujourd’hui je voulais donc me lancer dans une séance d’entretien. Tout d’abord réparer le petit trou dans la voile de mon barresi STD.

image

Malheureusement impossible de mettre la main sur mon morceau de mylar autocollant. Va falloir que j’aille chercher du blenderm à la pharmacie… ou passer une commande chez mon magasin de cerf-volant cerfvolantservice.

image

On passe à la séance d’égalisation des lignes. Mes lignes d’un même côté ne sont pas d’égale longueur. Ce n’est pas gênant, j’ai mis les plus courtes (de quelques centimètres) sur les arrières. Le plus important est l’égalisation de la droite et de la gauche des arrières et des avants.

Tirant bien fort pour ne pas laisser de mou….

image

… je constate que les lignes du bas sont de la même longueur:

image

Je ne peux pas en dire autant pour les avants qui a vu de nez sont inégales:

image

Aie ça pique !

image

Pas de doute:

image

Il suffit de défaire la boucle de la plus plus longue sans oublier les noeuds fixant la gaine puis de repérer jusqu’où remonter la gaine sur la ligne. Pour cela marquer la ligne au stylo à la hauteur où  commence la gaine de la ligne modèle. Bien dérouler la gaine vers l’extrémité de la ligne avant de fixer les 2 bouts de la gaine et faire la boucle.

Voilà:

image

C’est mieux !

image

Maintenant que j’ai des lignes bien égalisées il ne me reste plus qu’à reprendre de bonnes habitudes. Ce fut une séance cool: pas de figures imposées ni de routine ou ballet. Juste se réhabituer à ce nouvel équilibre. Ma séance s’achève au semi-ventilé:

image

Juste pour le plaisir… CC-BY-SA

Festival de Trouville 2e jour

Hier je me suis régalé avec les megateam et cette seconde journée de festival ne fut pas en reste. Après avoir accompli mon devoir civique dimanche matin j’ai repris le chemin de la Normandie pour retrouver le festival.

image

Arrivé juste à l’heure du déjeuner je suis aller me restaurer rapidement puis direction le terrain des pilotables.

image

J’ai pu refaire du megateam avec les CV  2 lignes. Un second revo aurait pu participer mais avec ses lignes de 25 il abandonna la partie. D’ailleurs je pense me faire des rallonges de lignes juste pour pouvoir voler avec des 2 lignes qui sont en 42m voire plus dans certains cas. C’est beaucoup plus long que les 36m dans le monde du revo en équipe

Un peu fatigué par l’aller-retour du matin, je passai une partie de l’après-midi à regarder le spectacle.

image

La position de repos dans l’abri de plage    fait parti des activités du cerf-voliste.

image

L’occasion de croquer des moments du festival tel un paparazzi.

image

Je ressorti le semi-ventilé car le standard allait être désagréable dans plus de 15 mph. J’ai pu voler avec la bande de EO Kite et Soif de vent. Je trouve assez amusant de voler avec les CV 2 lignes.

En fin d’après midi alors que la sono passait du jazz vocal je m’adonnai à du vol libre tout en douceur en jouant avec un drapeau accroché à son pylône.

Finalement je terminai la journée par une visite du jardin du vent….

image

…surveillé par une soucoupe volante:

image

Tandis qu’un pingouin jaloux de l’albatros de Maxime Rousselle se consolait en s’accrochant à une ligne.

image

Un festival sympathique qui m’a permis de boucler la boucle. Par Trouville tout a commencé pour moi dans le monde du cerf-volant. Cette participation est un peu un pèlerinage.

image

Juste pour le plaisir… CC-BY-SA

Festival de Trouville-sur-mer

Le festival de Trouville-sur-mer tient sa 11e édition ce week-end. Ce festival convivial à l’ambiance familiale est celui par qui tout à commencé pour moi en 2012. J’y ai découvert le cerf-volant 4 lignes en me rendant sur ce festival pour voir les grosses structures et la suite est sur ce Blog. Maintenant j’y participe en tant que festivalier invité par Jean Francoiz LORENTE Ciel de Rêve.

image

Ne voulant rater une miette de ce moment particulier je pris la route pas trop tôt vers 7h30…

image

… et 2 heures 20 plus tard me voilà sur la plage.

image

Le vent de ce samedi matin était plutôt léger. Les cerf-volistes qui arrivaient en même temps que moi se donnèrent bien du mal. Le B-Zen me sauva la matinée…

image

…mais aux prix de quelques efforts !

image

Sur les coups de midi l’apéritif fut donné et tombait à pic compte tenu de l’énergie et de la sueur dépensée.

image

image

Le B-zen repris un peu l’air avant que Jean-Francois ne sonna le rappel pour le repas.

image

Nous ne dûmes pas aller bien loin puisque la salle se trouvait juste derrière le casino.

image

image

L’après-midi fut bien différente du matin. Le ciel gris laissa place à un beau ciel bleu et le vent devenu soutenu sonna le temps du semi-ventilé.

image

Un team de 4 puis un megateam furent improvisaient. Mon Revo deparaillait un peu dans ce groupe de 2 lignes.

image

image

image

Le vent était devenu trop fort pour le semi-ventilé avec des pointes à 20 mph et sans doute plus en hauteur. Heureusement que mon ventilé attendait sagement dans mon sac.

image

Il allait rejoindre l’oiseau de Maxime Rousselle.

Jean-Francois m’emprunta mon Revo pour l’essayer.

image

Il avait l’air de l’apprécier.

image

J’ai pu prodiguer quelque conseil à un jeune nouveau en cerf-volant 4 lignes: Tom qui volait en Freilein.

image

Le voilà en train d’essayer mon Barresi ventilé

image

Voilà une belle journée de cerf-volant à Trouville qui s’achève.

image

En espérant que celle de demain soit aussi réussie.

Juste pour le plaisir… CC-BY-SA

Manche sélective de Nantes

Show de vent organisait sa première manche de championnat sur l’hippodrome de Nantes. Je parti tôt de région parisienne car je ne voulais pas être en retard pour ma première compétition extérieure.

image

Parti à 6h00 je n’ai rencontré  aucun bouchon, juste le temps de faire un détour pour déposer mon passager covoitureur bien utile pour partager les frais du déplacement. Une nappe de brouillard m’a fait craindre une pétole mais une fois arrivé…

image

… Un ciel parsemé de bleu et un vent généreux m’accueilli à 10h pétantes.

image

Je sorti mon Barresi STD en gardant les 2 plumes pour aller répéter les figures. Les juges ne tardèrent pas à arriver alors que le vent chutait. J’ai bien fait de ne pas avoir monté les 3 plumes.

Lors du briefing j’eu confirmation que la fameuse MIF02 était  manquante bien que présente sur le site de la FFVL. Comme elle n’était pas dans le ISK elle fut retirée de la liste. Finalement la MI02, MI13 et MI21 furent choisies comme figures imposées. Émargement, paiement de l’inscription de 5€ pour le club organisateur, ça y est je suis dans la cours des grands !

Dans cette manche j’ai bien failli être encore le seul dans la catégorie 4 lignes mais heureusement qu’il y eu un autre pilote en lice. Après avoir patienté que les 2 lignes passent, le premier pilote 4 lignes eut juste le temps de faire les imposées avant que le vent ne passa en dessous des 4 km/h réglementaire. On arrête.

De toute facon c’est l’heure de manger:

image

À la reprise le vent était capricieux et faiblard. J’ai raté mon MI21 et lors de ma routine j’ai souffert le martyr . La 2e manche fut plus réussie mais j’ai terminé 2nd….. sur 2. Pour une fois que je ne gagne pas, ça me change et me donne dejà des points pour la selection 2018. Le premier m’a généreusement cédé le trophée récompense qui me fera un souvenir.

image

Les enseignements que je retiens de cette première compétition: tout d’abord c’est un excellent moyen de rencontrer d’autres pilotes autour d’un objectif commun de performance. Ensuite le travail personnel pour réussir à être le meilleur  (oui c’est une competition) donne un objectif et permet de progresser. Enfin, c’est accessible. Je m’explique. Il y a plein de pilotes balèses qui ne font pas la compétition donc il y a de la place pour les moins balèses ! Une dernière chose: préparer sa routine, l’improvisation totale n’a pas sa place en compétition. Le mieux c’est une routine pour les vents forts et une pour les vents faibles.

Alors lancez-vous ! C’est chouette, formateur et ça peut rapporter gros…. enfin dans le monde du cerf-volant, hein !

Juste pour le plaisir… CC-BY-SA

Dernier entraînement avant manche de Nantes

Ce matin je suis allé me préparer aux figures imposées du championnat de France pour lequel je cherche à me qualifier. Demain il est prévu un vent faible sur l’hippodrome de Nantes, c’était donc un vent idéal que m’annonçant Windguru.cz en ce dimanche pascal.

Arrivé sur mon spot encore secret de Lisses je déballe mon Barresi STD  encore monté en 2 plumes pour la pétole de Berck. Je pense que pour la compétition c’est comme cela que je vais voler.

Je me suis entraîné sur les figures indiquées par la FFVL sauf la MIF02 qui ne se trouve pas dans le ISK.

image

j’espère ne pas tomber sur le MIF02. Par ailleurs je viens de découvrir une liste de figures imposées pour les novices. Bon vu que ces figures sont simplissimes cela ne me portera pas préjudice si je tombe sur celles là.

Je n’ai pas bien travaillé la partie routine dont je ne comprends pas bien l’intérêt. Ça à l’air d’être un enchainement technique sans musique. Je vais improviser….

image

Fin de séance avec du soleil et un vent plus fort. Un dernier regard sur mon Barresi qui commence à accuser l’âge: des fissures horizontales où les barres verticales frottent. Sans doute les stigmates de l’époque où je n’avais pas de ventilé.

Aller repos pour la compétition de demain !

Juste pour le plaisir… CC-BY-SA

Compétition

Ça y est je me lance… En compétition extérieure. Pas la peine de tourner autour du pot: je suis avant tout un pilote extérieur qui fait aussi de l’indoor.

Les conditions pour accéder à la compétition se sont assouplies. N’étant plus restreint à sa ligue régionale, tout licencié peut s’inscrire aux manches devenues sélectives. Une aubaine !

image

Me voilà prêt à en découdre avec les cerfs-volistes de toutes les régions. Juste pour le plaisir…..

Posté avec WordPress pour Android

Indoor vs Outdoor

Je pratique le CV Indoor depuis 2012 et j’ai entendu plusieurs avis sur la différence entre la pratique en salle et la pratique extérieur. Par laquelle commencer ? Les pratiques sont-elles interchangeables ? Je vais par ce billet donner mon avis en le justifiant par mon expérience personnelle et ce que j’ai pu voir.

Tout d’abord je commencerai par préciser que j’ai d’abord appris à voler en extérieur. Ce n’est qu’une fois acquis les bases du pilotage 4 lignes avec mon Mojo que j’ai rejoins une salle. La base c’est voler droit, s’arrêter et faire des virages. Le stop dans les positions de l’horloge n’était pas encore maîtrisé.

Le passage au vol en salle avec ces bases fut très facile. J’en conclu que la transposition outdoor vers Indoor pour le vol de base est immédiate. L’inconvénient de ce passage a été pour moi la prise du défaut de ne pas voler en pression. La mise en pression n’étant pas acquise avec le Mojo (et la lacune des stop dans toutes les positions de l’horloge) m’a amené à un vol en plané avec mon Revo Indoor.

En observant des pratiquants qui ont commencé par l’intérieur et qui s’essayent à l’extérieur, j’ai le sentiment que la transposition est moins aisée. Cela peut s’expliquer par le fait qu’en Indoor le vol en pression vertical descendant n’existe pas et du moins non accessible à un débutant. Or en extérieur il y est confronté rapidement.

De plus le pilote Indoor n’a pas l’habitude de composer avec le vent, un moteur qu’il ne contrôle pas et que les mouvements lent de l’indoor ne peuvent contrecarrer en extérieur.

Pour ces raisons je recommanderais de commencer par de l’exterieur au début ainsi on s’affranchit de l’apprentissage du recul pour se concentrer sur le pilotage de base. Passer ensuite en salle pour apprendre à  reculer en rond.

Si le débutant s’inspire de sa pratique extérieure imparfaite pour faire de l’indoor, le vol intérieur si bien utilisé i.e. avec le minimum de recul, est une arme redoutable pour le vol en petit vent. En effet lors d’un vol intérieur, le moteur c’est le recul des poignets: quel que soit la méthode: en reculant, en déplaçant le buste ou en ramenant les bras. Tout le corps participe à la création du vent relatif ! A force de pratique le pilote apprend à utiliser au mieux l’une ou l’autre des techniques. Par petit vent en extérieur il va automatiquement reproduite ces mouvements de tout le corps et donc maintenir en l’air son CV là où d’autres abandonnent.

La pratique du  vol en salle aide à voler en extérieur par petit vent

Néanmoins le vol extérieur est différent du vol en salle. En salle la fenêtre de vent c’est 360° et on peut rester en milieu de fenêtre. Or en extérieur l’angle d’impact du vent change dans la fenêtre  de vent. Le pilote doit donc s’adapter. Mécaniquement le vol extérieur est donc différent. La simple ligne droite horizontale en extérieur est différente à faire par rapport au 360 en intérieur…

La pratique du vol intérieur ne remplace pas l’apprentissage extérieur

Pour conclure si au début d’apprentissage le vol extérieur nourrit le vol intérieur, constituant une passerelle entre les 2 disciplines, le vol extérieur et le vol intérieur divergent. Le vol intérieur n’étant utile en extérieur que dans du petit vent.

image

Juste pour le plaisir….

Posté avec WordPress pour Android