Sur la pelouse du Prado

15 jours d’abstinence c’est beaucoup pour un cerf-voliste et beaucoup trop quand on n’a pas beaucoup d’expérience. Les reflexes s’émoussent mais reviennent vite ! Cette après-midi sur la pelouse de la plage du Prado à Marseille, Barresi sans John, seulement mon Revo et moi dans un vent flirtant avec les 16 mph. Hummmmm, ça fait du bien !

Zen attitude à Trouville-sur-mer

J’ai dû attendre la fin de l’après-midi que les baigneurs et autres usagers de la plage désertent les lieux afin de pouvoir dérouler mes lignes de 37 mètres. Malheureusement le beau ciel bleu parsemé de nuages avait fait place à un ciel gris et le vent avait dangereusement chuté. A peine 2 mph  l’anémomètre… en pointe, disons plutôt 1 mph en moyenne. Mais qu’est-ce que j’aime mon Zen ! Que du plaisir…

Trouville en Revo

Ma mauvaise aventure d’il y a 3 semaines ne m’a pas découragé de retourner à Trouville pour faire prendre l’air marin à mes Revo. Cette fois j’étais armé d’un couvre chef plus protecteur que ma simple casquette. Le style en prend en coup mais la santé avant tout. A noter qu’en période d’affluence les lignes de 10 mètres sont de rigueurs mais en début de soirée quand la plage se vide vers 19h alors c’est le pied, à nous les 37 mètres !

20130809_016 20130809_217 20130809_184 20130809_161 20130809_133 20130809_128 20130809_071 20130809_065 20130809_048 20130809_029 20130809_022 20130809_021

Duo de révo à Draveil

20130808_001Cette après-midi  le vent à peine supérieur à  6 mph par intermittence ne permettait pas de trancher entre B-Zen ou Barresi STD. Dans ce cas c’est “les deux mon capitaine”. Le vent faiblissant en fin d’après-midi le Zen trouva tout son intérêt.

Quand je suis arrivé sur le spot, surprise un cerf-volant 2 lignes était au sol. Son propriétaire, un jeune, jouait au diabolo en attendant un vent favorable. C’était sportif pour lui car il y avait des moments où même le Zen avait du mal… enfin moi avec le Zen j’avais du mal.

A la fin de la session pendant que je rangeais mes lignes (j’avais encore fait quelques noeuds) il est venu me voir. Il était impressionné par mes évolutions. J’ai eu la présence d’esprit de lui présenter le club dont lui ai transmis les coordonnées. Il était intéressé par les cours de cerf-volant. Il faudrait qu’on pense à imprimer des flyers ou des cartes de visites.

J’ai bien failli sortir de revo indoor tellement le vent avait chuté voir était devenu nul mais trop fatigué aujourd’hui. Juste pour le plaisir…

Le Zen dans le ciel des lacs de l'Essonne

Aujourd’hui un vent de 2 à 5 mph. C’est ce qu’il faut pour le Zen. Je cherchais un lieu aquatique pour me rafraîchir les idées et les lacs de l’Essonne à Viry-Chatillon semblaient tout indiqués. Mais la configuration du terrain ne me laissait que la place de dérouler mes lignes de 10 m: repasser au Zen et en 10m cela fait beaucoup pour un seul homme.

20130806_001 20130806_002

Un Zen au bord des lacs de l’Essonne, cela ne doit pas être courant. J’avais bien l’envie d’aller frôler la surface de l’eau avec le bout des ailes mais le vent pas assez régulier et la particularité du vol en petite ligne me firent renoncer. A ce propos je confirme que voler en petite ligne et vent faible  imposent  des mouvements plus amples des bras et on se retrouve rapidement à les avoir quelque peu écartés: position peu orthodoxe. Cela s’explique par le fait que l’on doit plus souvent faible prendre à l’aile un angle donné ou la mettre à plat du fait des l’étroitesse de la fenêtre de vent  (lignes courtes et vent faible). De plus le Zen est un grand cerf-volant,plus grand que le Barresi, donc le mettre à plat pour traverser la fenêtre signifie écarter plus les bras !

20130806_003

Cela donne une séance un peu fade par rapport à ce que j’ai pu faire avec le Barresi la semaine dernière car petit vent en 10m c’est un autre monde !

Revo devant le château de Chamarande

Mon revo Barresi s’est offert une escapade dans le parc du domaine de Chamarande. Peu de monde en ce WE d’août mais la topologie du lieu donne une aérologie médiocre: les grands arbres sont les ennemis viscéraux du cerf-voliste. Profitant d’un passage de vent généreux, j’ai pu saisir la vidéo suivante en caméra frontale.

Revo Barresi à Draveil en caméra frontale

Cet été est décidément un été cerf-volant pour moi. Après avoir testé le KAV (Kite Aeriale Video) j’ai décidé d’utiliser la fixation frontale de ma caméra. Cela donne une vidéo en point de vue subjectif : la vue du pilote. L’avantage est que le sujet (le cerf-volant) est toujours cadré… du moins si l’objectif de la caméra est bien réglé.  Juste pour le plaisir voici ma première vidéo en caméra frontale.

La prochaine vidéo sera sur fond de château… juste pour le plaisir !

Caméra embarquée montée à l'avant

La caméra montée à l’avant permet de filmer derrière le pilote puisque l’objectif pointe vers celui-ci. On peut régler l’incidence de la caméra en fonction de ce que l’on veut filmer. Si l’objectif est à trop perpendiculaire à la voile alors on va filmer le pilote. Dans ce cas lorsque le cerf-volant est bas on filme le pilote à hauteur du sol. Quand le cerf-volant et haut on filme le pilote depuis le ciel mais on ne voit pas le paysage. En inclinant la caméra (i.e. la faire pointer vers le ciel quand le CV est posé sur ses pied) on perd la possibilité de filmer le pilote mais quand le CV est au zénith, on filme le paysage derrière le pilote. C’est assez spectaculaire de voir le paysage et les brides du cerf-volant, on se croirait sur le cerf-volant !

Dans mon cas monter la caméra sur l’intérieur de l’aile i.e. en avant m’oblige à l’accrocher à l’envers (tête en bas) pour ne pas être gêné par la bride centrale. C’est d’ailleurs fort heureux car ainsi je peux incliner la caméra vers le ciel et donc filmer le paysage derrière moi quand le CV est en haut de la fenêtre de vol. Bien entendu, la vidéo obtenue doit être retournée pour être à l’endroit. Pour cela il faut soit la tourner de 180° soit faire une symétrie horizontale et une symétrie verticale.