Caméra embarquée: première vidéo

Enfin j’ai réussi à prendre mes premières vidéos. Les problèmes de batteries sont réglées et mon système d’accroche plus sécurisé comme le montre la photo suivante:

20130731_001

La caméra est accroché par un fil de secours par la prise dragonne. Si les secousses la font se détacher du support cela lui évite de faire le plongeon.

La séance de ce jour a été riche d’enseignement. Tout d’abord les meilleurs vidéos s’obtiennent en orientant la caméra à 90° par rapport à la voile comme sur la photo. Ainsi l’incidence du cerf-volant est mieux compensée selon moi. Au sol,la caméra filme le sol (puisque orientée vers le sol) et au fur-et-à- mesure de l’ascension dans la fenêtre de vent, la caméra se redresse de plus en plus (car l’incidence du CV augmente) pour finir quasiment en visant l’horizon quand le CV est tout en haut de la fenêtre, à la verticale. Cela étant valable pour une caméra monté sur l’extérieur de l’aile i.e. à l’arrière.

Montée à l’arrière mettre l’objectif de la caméra à 90° par rapport à la voile i.e l’objectif doit filmer le bord de fuite

Mes prises de vue caméra montée sur l’intérieur de l’aile i.e. à l’avant n’ont pas été concluantes. Sans doute le support est un peu lâche et la caméra a tendance à se mettre à 90° et dans ce cas il faut au contraire qu’elle se colle à la voile en prenant le même angle que la voile. Demain je peaufinerai cela.

Montée à l’avant mettre l’objectif de la caméra collé à la voile i.e l’objectif doit filmer le pilote

Ma séance s’est déroulée dans un vent un peu faiblard pour me permettre de faire des surplace en position normal compte tenu du poinds de avec la caméra et le CV monté en barres 3 plumes.  Mais le plaisir d’avoir atteint mon but n’en est en rien gâché !

Notez que l’accroche du support avec des fil de fer est une mauvaise idée. Le diamètre étant trop proche des trous, j’ai cassé des mailles de ma gaze. Il vaut mieux utiliser du fil tout simplement.

Caméra embarquée: erreurs à ne pas commettre

Mon problème de batterie non chargée n’en était pas. Hier je suis allé faire une nouvelle tentative à la base régionale de loisir de Draveil et de retour à la maison je n’avais que 2 minutes de vidéo. La caméra avait un défaut: elle ne tenait pas la charge. Certes les 70 minutes d’autonomie maximum annoncée par la notice sont évidement optimistes compte tenu de la faiblesse de la batterie (quelque 240 mA) mais de là à ne faire que 2 minutes de film… En plus j’ai gaspillé 1 min 50 à dévriller les lignes….

dévriller les lignes et tester le vent avant d’allumer la caméra

20130730_001Je suis donc retourné au magasin pour échanger la caméra et un test de charge donnait une autonomie de 8 minutes…. c’est un peu mieux et suffisant pour faire quelques pirouettes. Ce matin je retourne sur mon spot.

J’ai décidé de ne faire qu’un seul mode de prise de vue: monté sur l’extérieur (derrière) et penchée vers le bas pour compenser l’angle d’incidence et ne pas filmer le ciel… La première prise de vue se passe bien et en retournant au cerf-volant je constate que la caméra s’était éteinte: batterie épuisée. Par expérience je sais que dans ce cas on peut encore filmer 1 minute. J’ai retiré la caméra de son support pour la manipuler plus facilement et ce fut mon erreur…. A a fin de la seconde prise de vue, de retour sur le CV : plus de trace de la caméra: elle s’était détachée !!!!!!!!!!!

20130730_004 20130730_002

J’ai bien passé 2 heures à passer au peigne fin le terrain mais peine perdue. J’étais bon pour retourner au magasin après m’être maudit plus de cent fois de ne pas avoir respecté les règles suivantes:

sécuriser la caméra en l’attachant par le porte-dragonne

coller une pastille de couleur vive sur la caméra pour la retrouver facilement

Vidéo embarquée

PX8235Une caméra miniature qui filme en haute définition et pas cher. Me voilà prêt à faire de la vidéo embarquée depuis mes révo !

On arrive à l’accrocher la caméra sur la gaze du BA au milieu du CV. J’utilise un support livré avec la caméra et un fil de fer pour le fixer à la gaze. J’utilise une ficelle pour avoir un autre point d’attache relié au bridage. Cela marche aussi bien monté sur l’intrados que l’extrados.

J’ai fait un…. petit décrochage depuis le sommet de la fenêtre… résultat une chute de 37 mètres, BA vers la bas donc caméra la première à toucher l’herbe. Heureusement que la caméra a survécu cheers

Par contre j’ai oublié de charger la batterie de la caméra et n’ai pas pu filmer mes acrobaties… juste des petits bouts de 30s, à peine le temps d’aller au pognées et de retourner le CV que la caméra s’éteint Mad

Notons que les 37g se ressentent bien en vol. Le CV reste maniable mais quand on enlève la caméra on se sent tout léger bounce Demain je remets ça avec la batterie chargée à bloc Embarassed

Reprise du vol après… 5 jours d'arrêt

Ce matin une petite séance d’une heure et demi ce matin à Draveil. Cela fait du bien après quelques jours d’arrêt consécutifs à mon coup de soleil de vendredi dernier. Je voulais en profiter pour passer quelques appels téléphoniques mais finalement c’était tellement bon de voler de  nouveau que je n’ai pas gâché mon plaisir. J’arrive enfin à faire des lignes droites de gauche à droite, de droite à gauche puis de gauche à droite. Le virage sur le bout de l’aile est… je m’en contenterai pour l’instant !

Mais une autre idée me revient, je l’avait posté sur le forum au fil du vent: filmer depuis le cerf-volant ! Juste pour le plaisir !

En rouge et noir à Trouville-sur-mer

revo barresi à Trouvlle-sur-merMon Revo Barresi est allé prendre l’air de la mer aujourd’hui à Trouville-sur-mer. Le vent parfois au delà de 16 mph m’obligea à monter les barres de SUL en plus des UL. Séance inintéressante car le vent était moins fort qu’à Dieppe il y a 15 jours et j’ai pu apprécier pleinement l’usage des doubles barres.

Pratiquement pas de cerf-volant en l’air. Une voile de traction d’enfant par-ci, un delta de plage par-là, enfin si il y avait bien un 2 lignes qui avait fier allure au loin que son pilote mettait sur le dos.

Malheureusement, peu habitué à voler sous le soleil en bord de mer… j’ai pris un coup de soleil. Je suis devenu rouge comme mon revo…. Un noir à la peau rouge c’est un peu “too much” non ? Aller un peu de biafine pour que dure le plaisir !

20130719_014 20130719_013 20130719_012 20130719_011

Enfin un temps à Zen

B-Zen à DraveilAprès une semaine de vent, enfin Éole a pris des vacance aujourd’hui. J’ai pu sortir mon B-Zen. J’en avais perdu l’habitude et  j’ai du prendre un petit temps d’adaptation pour retrouver le toucher de la mise en pression… ben il y a encore du boulot !

Ce fut une petite séance avec quelque belle envolée d’abord à la faveur de quelques pics de vent mais ensuite en surfant sur la vague invisible de l’air pou’ aller chatouiller les nuages. Elle n’est pas belle ma planche ? Une fois arrivé au zénith j’ai remarqué que le B-Zen reste facilement en haut en le mettant bien à l’horizontal, il peut aller jouer avec les oiseaux. J’explore ainsi des techniques nouvelles où le positionnement des mains est loin d’être conventionnel i.e. les bras assez écartés pour aider le positionnement de l’aile.

La fin de la séance se termina mal, car bien fatigué, j’ai commencé à ranger les lignes alors que le cerf-volant était tombé devant moi. Les lignes non tendus, ce fut une très mauvaise idée. Je m’aperçus trop tard que j’avais commencé à faire un sac de nœud ! Je préférai alors dérouler les lignes et prendre le temps de tout démêler. Moralité: remettre le cerf-volant au loin, lignes tendus et démêlées avant de commencer le rangement.

Juste pour plus de plaisir !

Séance d'entrainement au Barresi STD à Draveil

Cette semaine le vent est fort c’est-à-dire trop fort pour mon B-Zen. C’est donc l’occasion de m’améliorer au revo 1.5 avec mon Barresi. Conscient de mon retard car j’ai commencé il y a à peine un an, je fais de mon mieux pour le combler en mettant les bouchées doubles. Je m’inflige un traitement de choc, m’entraîne 5 jours sur 7, en répétant toujours les mêmes gestes… à la recherche de la perfection et il y encore du chemin !

Mais en quoi consiste exactement une séance d’entraînement type ? Je commence toujours par les positions de surplace et l’horloge. Cela me permet de tester la force du vent, sa régularité et connaître quelle correction je dois apporter à chaque position du cerf-volant.
Ensuite je fais des chandelles i.e je fais monter le cerf-volant au zénith afin de voir jusqu’où porte le vent et des piqués afin d’aiguiser mes réflexes. Cet exercice permet de d’ajuster la force de freinage qui dépend de la force du vent et de la vitesse du piqué.
Puis je passe du temps à m’appliquer à faire des lignes droites et des angles droits en faisant des 8 carrés. Ce n’est pas évident pour moi car il faut exécuter le virage à angle droit de façon dynamique par rotation autour du bout de l’aile mais freiner en fin de virage…
La maîtrise de la vitesse est un aspect que je travaille également en me servant des passants à pieds ou à vélo. C’est amusant de les suivre avec le revo !
Finalement je fais aussi des 8 mais ils ne sont pas très beaux mais qu’importe, avec de la musique dans les oreilles, faire du revo est un vrai plaisir !

La première fois où j'ai vu un revo

C’était en avril 2012 au festival de Trouville-sur-mer…. des cerfs-volants étranges en forme de nœud papillon: des Revolutions ! Et puis cette chanson de Lana Del Rey “Video Game”… magnifique ! Il s’agissait de l’équipe de cerf-volant Les Loustik (on dit un team en jargon) dont je vous propose de regarder le ballet (on dit une routine en jargon) sur cette vidéo Youtube:

Revo Barresi à la plage bleue

Nouveau lieu pour mon Barresi en cette fin d’après-midi. A l’entrée du parc La Plage Bleu à Valenton, il y a une pelouse où des plants d’arbustes posés ici et là laissent un généreux espace où loger 37 mètres de ligne. Le vent venant du Nord soufflait entre 6 et 16 mph interdisant au B-Zen de sortir tout en ne rendant pas nécessaire de mettre le 2e jeu de barre… mais de justesse.

Surprise quand des usagers du parc sur le départ passant derrière moi s’exclament : “Un cerf-volant Revolution !”. L’occasion était trop belle pour ne pas engager la conversation. Ce n’était pas un cerf-voliste mais quelqu’un qui avait entendu parler de cerf-volant Revolution il y a longtemps. Comme quoi le terreau est là pour que le cerf-volant ne meurt pas. Ce serait dommage car le cerf-volant est un loisir peu onéreux si l’on considère le coût global: le matériel, l’espace de vol, les conditions météo, le temps de vol. A part le coût du revo soit 300€, cela ne coûte rien. Je vole dans des endroits publics donc gratuits, tous les jours, si je veux, mais soyons modeste disons 1 jour sur deux, 8 heures par jour, si je veux, mais soyons modeste disons 2 heures par jour. Faîtes le calcul, le coût horaire du cerf-volant est bien peu élevé. Comparez donc avec l’équitation ou même le football pour vous convaincre.

Le cerf-volant est un loisir, un sport qui mérite à être connu… juste pour le plaisir !